[Agib]Témoignage Cannes

From : unterberger@... , the 19th May 2004 17:21
  • 2004-05-19 17:21:05 — unterberger@... - [Agib]Témoignage Cannes

Samedi 15 mai dans l'après-midi. La Croisette à Cannes. Je distribue des tracts "interluttants" dans la manifestation unitaire, qui est maintenant arrivée devant le cordon de CRS, devant le Palais du Festival. Je sais qu'un certain nombre de mes camarades sont partit en action quelques minutes plus tôt. Résolu à les rejoindre, je m'engage dans une rue de la ville. Je croise finalement deux d'entre eux qui me renseignent: le cinéma le Star, rue d'Antibes, qui est utilisé par le marché du film, est occupé par quelques dizaines d'entre nous. J'arrive sur les lieux. Dans le hall d'entrée, un petit groupe rédige un communiqué de presse à même le sol. D'autres collent des affichettes "abrogation" ou "annulé". Une banderole "zone hors AGCS" a été installée devant le cinéma. La plus grande partie des personnes présentes bloquent l'entrée du hall du cinéma et l'entrée des salles, à l'intérieur. Après un certain temps une grosse brute en civil tente de forcer le passage et se présente comme étant de la police. Il est repoussé par le barrage que nous constituons.Trois ou quatre autres malabars surexcités arrivent. La situation dégénère très rapidement.Coups, provocations. Des CRS arrivent et chargent. Trop agressif peut-être, je tente de repousser un RG avec un talkie-walkie. Celui-ci et un policier en civil avec un brassard me tombent dessus et m'envoient deux coups de poings en pleine figure. Je recule. J'ai le nez qui saigne. A coté de moi, sous la poussée des CRS, toute une partie de la vitrine du cinéma a volé en éclats. Les coups de poing ou de matraque pleuvent sur certains de mes camarades. Je n'ai pas le temps de réfléchir, je fonce tête baissée, en zigzagant entre les CRS; je me tire finalement de la mêlée sans coups supplémentaires. Les coups, par ailleurs, continuent à pleuvoir, certains CRS et les flics s'acharnent... Blessés. Interpellations. Confusion. Fatigue. Exaspération. Arrivent les pompiers. La Légal Team s'active dans tous les sens, se renseigne, pour connaître l'identité des interpellés et des blessés. Nous nous retrouvons au Théatre des mutilés et des réformés (sic!) pour un bilan de la situation. L'ambiance est électrique. Après moult débats, décision est prise par un certain nombre d'entre nous d'aller faire un sit-in devant le commissariat pour exiger la libération des six personnes interpellées. 100 à 150 personnes bloquent le carrefour devant le commissariat, en scandant "libérez nos camarades". Le carrefour en question, se situe sur un des principaux axes de circulation de la ville de Cannes. Un embouteillage assez conséquent commence à se former; un certains nombre de CRS sont déjà sur place. Les autres sont bloqués dans l'embouteillage: on voit les cars avec les gyrophares, au loin. Finalement, les CRS qui sont arrivés à pieds, chargent: c'est là qu'ils règlent son compte au journaliste de France 3, qu'ils molestent une journaliste de l'AFP, et un journaliste norvégien. Je n'ai pas bien vu ce qui s'est passé, j'ai détalé au loin, sur le boulevard où entre les voitures immobilisées, avec une partie de mes camarades. Le réalisateur Luc Leclerc Du Sablon, accompagné de Samuel Churin sont présents, et avec d'autres tentent de calmer les esprits et de négocier. Nous rentrons groupés au Théatre des mutilés et des Réformés. Saluts    Eckart   ------------------------------------------ Faites un voeu et puis Voila ! www.voila.fr