[Agib] LE VRAI SCANDALE CLEARSTREAM C'EST L'OPACITE DES CHAMBRES DE COMPENSATION

From : unterberger@... , the 18th May 2006 10:44
  • 2006-05-18 10:44:25 — unterberger@... - [Agib] LE VRAI SCANDALE CLEARSTREAM C'EST L'OPACITE DES CHAMBRES DE COMPENSATION

LE VRAI SCANDALE CLEARSTREAM C'EST L'OPACITE DES CHAMBRES DE COMPENSATION http://www.france.attac.org/a6270 Il n’y aurait certainement pas d’ « affaire Clearstream » aujourd’hui,  avec les apparitions épisodiques de noms de personnalités politiques,  administratives et du monde des affaires français, si la société  Clearstream faisait preuve de transparence et était soumise à contrôle.  La fonction officielle de cet organisme est de servir de chambre de  compensation pour les opérations de règlement-livraison de titres entre  établissements financiers. C’est une mission indispensable pour faciliter les transactions de  titres entre tous les établissements financiers. Ayant eu accès à une  partie des listes des clients de Clearstream lors de ses recherches, le  journaliste Denis Robert a pu montrer qu’il existait des comptes  occultes. Bien entendu, même dans les listes non publiées, les personnes  ou les sociétés apparaissent rarement sous leur vrai nom ; elles ont  recours à des sociétés aux intitulés plus ou moins exotiques ou très  "business" pour cacher les réels donneurs d’ordres des opérations. C’est  parmi ces listes "occultes" qu’auraient été glissés les noms de  personnalités françaises. A côté d’opérations relativement claires,  correspondant aux compensations des opérations de règlement-livraison de  titres (actions, obligations et autres types de titres), il apparaît  donc que ces comptes non publiés joueraient le rôle essentiel de «  banque notariale » dans la circulation de l’argent du crime, dans la  dissimulation quasi parfaite des transactions financières  internationales douteuses et qu’ils constitueraient un circuit vital  dans l’alimentation des paradis fiscaux en argent de toute nature. Les représentants de Clearstream nient évidemment ces faits, mais la  meilleure réponse serait certainement une surveillance de cette société  et de Euroclear (l’autre chambre de compensation située à Bruxelles),  confiée à un organisme public international. Le "secret bancaire"  opportunément invoqué par quelques Etats (dont le Luxembourg) ne doit  pas faire obstacle à un suivi régulier des opérations d’organismes  financiers dont les conséquences peuvent être dramatiques pour des  populations, des collectivités de travail, des Etats, des entreprises ou  des personnes. Attac sollicite une rencontre avec M. Thierry Breton,  ministre français de l’économie et des finances, pour lui demander de se  faire l’avocat d’une telle demande auprès du gouvernement  luxembourgeois, auprès du prochain conseil Eco-Fin de l’Union européenne  et lors des prochaines rencontres internationales à l’OCDE et à l’ONU. Il faut rappeler qu’en août 2004, une demande similaire avait été faite  auprès du ministre des finances de l’époque, M. Nicolas Sarkozy, qui  avait annulé le rendez-vous au dernier moment. Attac France, 17 mai 2006