[Agib]Ca bouge côté étudiants bisontins. Fin du 6, rue de la Madeleine ?

From : fabien.thomas@... , the 26th November 2003 19:48
  • 2003-11-26 19:48:46 — fabien.thomas@... - [Agib]Ca bouge côté étudiants bisontins. Fin du 6, rue de la Madeleine ?

Bonjour,   Deux informations importantes, du moins à mes yeux :   - Ca bouge du côté des étudiants. Ils manifestent demain à partir de 14h00, départ place St Pierre. Ils se réunissent avant à l’amphi Donzelot (FAC de lettres) à 13h30. Ils se posent des questions sur la convergence des luttes, même si pour beaucoup les problématiques spécifiques à chaque corporation participent d’une même volonté d’appauvrissement et de précarisation  des secteurs de la culture, social, de l’éducation et plus généralement de l’emploi. On me questionne sur des possibilités d’actions en commun. Je ne sais pas quoi répondre, vu la faible mobilisation que nous rencontrons sur Besançon.  Pour leur apporter un semblant de réponse, il semble impératif de se compter, d’évaluer nos forces.  Alors je suis désolé, mais je propose qu’on se retrouve, pour ceux que ça intéresse au 6, rue de la Madeleine lundi prochain à 14h00.  Faisons marcher les téléphones pour  ceux qui n’ont pas internet.   S’il n’y a personne ou qu’on se compte sur les doigts de la main, je considérerais pour ma part le mouvement des intermittents sur Besançon mort et enterré.   - Les services de la mairie m’appellent pour reconsidérer notre accord en ce qui concerne les locaux du 6, rue de la Madeleine. Sachant que la CGT commence à nous demander une participation pour le prêt de la salle David, le 6 semblait une bonne alternative pour nos réunions. Rendez vous est pris avec un représentant du maire lundi prochain à 11h00. Là encore, je ne sais pas quoi lui répondre. Il me semble important qu’on soit un certain nombre lundi à 10h00 pour pouvoir en discuter ; si bien sur cette problématique vous intéresse.   S’il n’y a personne ou qu’on se compte sur les doigts de la main, je considérerais pour ma part le 6, rue de la Madeleine mort et enterré, et je rendrai les clefs.   Désolé si tout cela vous semble sentencieux mais je pense vraiment que ça correspond à une réalité. Nous ne sommes plus une force, du moins une force collective. Ca reviendra peut-être... pourquoi pas.  Et ça n’engage que moi.   Fabien