[Chiche ! info]numero cent-trente-huit , la liberté en question

From : aude@... , the 4th September 2006 23:56
  • 2006-09-04 23:56:18 — aude@... - [Chiche ! info]numero cent-trente-huit , la liberté en question

________________________________________________
          Chiche ! info
     un bulletin écolo-alternatif et tout et tout,                    à parution quasi-hebdomadaire                                          <<<<<<<< _______ n° 138 __________________________________ Bonjour à touTEs, nous sommes 702 abonnéEs sur cette liste. C´est la rentrée, une petite réflexion avant de reprendre le cours des choses, le compte-rendu de notre banquet, les projets des grouplokos, etc. Notre liberté n’est pas négociable Les écolos ne sont pas très à l’aise avec la notion de liberté, y consacrant une faible part de leurs interventions. Nous parlons bien de la liberté de se mettre des godemichés dans le cul ou de fumer des joints, mais nous laissons la culture politique dominante nous expliquer à longueur de chronique sur France Culture ce que c’est que la liberté : une liberté inconditionnelle. Le droit de nuire, d’exprimer sa domination, de faire passer son désir avant toute réflexion éthique. Il y a peu, devant la pénurie annoncée de pétrole et le prix de l’essence à la pompe qui ne cesse d’augmenter, des avocats de la décroissance donnaient l’exemple de tickets de rationnement sur cette ressource précieuse (dont il s’agit de limiter la consommation tant en raison de se rareté que de sa nocivité sur l’effet de serre mondial). Pourquoi ne pas distribuer équitablement des mini droits à polluer individuels, des bons donnant un accès égal à l’essence ? Nous savons tou-te-s bien que le prix de l’essence va réduire drastiquement les possibilités de mobilité des plus pauvres sans mettre en question celles des plus riches. Il y a bien sûr beaucoup à changer sur nos besoins de mobilité et la façon dont nous les pensons… Mais l’urgence n’est-elle pas d’organiser la répartition des ressources plutôt que de laisser le marché en accepter la prédation par des individu-e-s ayant le mérite d’être plus fortuné-e-s ? A cela les chantres de la liberté répondent qu’il est impossible de limiter cette liberté de la personne, notion devenue sacrée et impossible à questionner. Entendons-nous bien. Est-ce qu’une famille pauvre à qui le marché ne permet plus de partir en vacances exerce ainsi une quelconque « liberté » ? Est-ce que la « possibilité » de nuire aux autres en saccageant leur environnement ou en prenant leur part des ressources de la Terre mérite encore d’être appelée « liberté » ? Pour revenir au domaine de la sexualité, il est désormais entendu (il ne l’était pas dans les années 1970) que la liberté de son désir doit se limiter quand l’adhésion de l’autre n’est pas obtenue. Et qu’elle ne peut l’être dans un cas flagrant de domination : celle d’un adulte sur un enfant, d’un employeur sur un employé, d’un homme entreprenant jusqu’à l’intimidation sur la personne qu’il désire. Dans certains cas il n’est plus possible de dire non, car la domination empêche l’expression du refus. C’est la même chose qui se passe dans d’autres champs de l’activité humaine, dont l’économie qui semble être devenue le plus important. Être adulte, c’est savoir dire non. Savoir dire non aux autres, mais également à soi-même et à ses désirs. On appelle cela le principe de réalité, et il est assez ridicule de le considérer comme une entrave à notre liberté, alors qu’il est la condition première à notre possibilité de vivre ensemble. Je laisserai le mot de conclusion (relative) à Jean-Pierre Dupuy, auteur de Pour un catastrophisme éclairé, qui de la lecture de Rousseau et de Kant retient que le concept de « liberté » tel que nous le galvaudons doit laisser place à celui d’« autonomie » : « La plus haute faculté morale, l’autonomie, est celle qui consiste à limiter son individualité en se donnant à soi-même une loi ou règle impartiale, transcendante et fixe, et à s’y tenir. » (1) aude [at] chicheweb.org (1) Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé, Le Seuil, 2002, p.40 _______________________________________________ Retrouver virtuellement la multitude de Chiche !              sur                   http://chicheweb.org _________________________________________________