[Chiche-info]numéro sept, Chiche ! sur Barcelone encore

From : aude@... , the 20th March 2002 17:37
  • 2002-03-20 17:37:24 — aude@... - [Chiche-info]numéro sept, Chiche ! sur Barcelone encore

***********************chiche-info********************* *****************l'actu de Chiche ! en hebdo**************** Beaucoup d'activité sur la liste chiche-interne (disponible en version digeste) cette semaine. Et des nouvelles de Barcelone. Voici donc un communiqué de presse sur le conseil européen et des retours sur le contre-sommet. ************************************************* Les  15  et  16  mars,  les  ministres  chargés  de  la  guerre, de la protection   de   la   propriété  privée,  de  l'exploitation,  de  la stérilisation  des  esprits,  et  de  l'entraînement à la résignation, venus  de  toute  l'Europe,  se  réuniront à Barcelone. Ces honorables personnages  y prendront des décisions primordiales pour les centaines de  millions  d'européens  qui  leur ont confié le soin de gérer leurs vies. Hé bien, on s'en fout. Parfaitement. Et même, on les plaint, ces beaux hommes pressés cravatés : ça ne doit pas  être  facile  tous  les  jours,  de  trouver le temps de voir ses gosses,  entre  les  trajets  Paris-Bruxelles,  les  réunions  qui finissent  à  minuit,  et  le  travail  sur  l'ordinateur  portable le ouikènde. Pour  eux,  la  grasse  matinée  et les bisous sous la couette ne sont certainement plus que de vieux souvenirs. Leur  dernière  expérience d'épanouissement par la création artistique spontanée  remonte  aux  vacances à l'île de Ré, quand, âgés de 9 ans, ils faisaient des châteaux de sable sur la plage. Vous  l'aurez  compris,  ces  gens là ont une vie de merde. Et encore, s'ils s'en contentaient. Car ils veulent nous imposer la même. Merde. Et re-merde. Nous  refusons  de  nous  crever  au travail pour que l'Europe ait une croissance forte qui nous tue à coups de désastres écologiques. Les  poids  lourds se croisant sur l'autoroute pour livrer des tomates hollandaises  en  Espagne  et  des tomates italiennes en Belgique, non merci, sans façon. Nous  voulons  cultiver  et  fabriquer  localement  ce dont nous avons besoin. Nous  voulons  décider nous-mêmes des richesses à produire en fonction de nos envies, et non selon des calculs marketing. Nous  refusons  l'étouffement  de  nos  rêves et de nos désirs sous le pouvoir des chefs, petits ou grands. Ainsi,  nous,  jeunes  écolos  alternatifs  solidaires  de  Chiche  !, considérons ce jour que les mesures adoptées par " nos " gouvernants à Barcelone  ne  nous  concerneront  aucunement : ici, maintenant, nous, conscients,  vivants  et  révoltés, nous inventons un autre futur, une autre  Europe,  nous créons du possible, nous osons reprendre nos vies en main, sans nous soucier des hiérarchies préexistantes. Et nous continuerons. Chiche ! les jeunes écolos alternatifs solidaires (d'après Guillaume, Chiche ! Dijon) 44, rue St-Georges 69005 Lyon www.chiche.ouvaton.org ******************************************************* salut a tous je n'ai rien recu sur ce qui s'est passe a Barcelone sur la chiche liste alors je vous envoie quelques news de la Rambla de la catalunya ou ca a pas mal chauffe vendredi entre 13h30 et 16h avec des vagues continuelles de charges de la guardia civile sur un attroupement d'environ mille a deux milles personnes, la rambla ait cernee des deux cotes par des robotcops et des minibus de flics, auparavant ils avaient charge une manif des lobbybusters durant la matinee mais j'etais encore en train de faire du stop, il y a eu des arrestations toute la journee,  je n'ai rencontre que deux toulousains, plus flora ce vendredi la, il y a eu une manif festive anti ogm, puis un concert-jonglage etc, une diffusion de film sur la sitation du zapatisme Christophe aulnaie@..., Barcelone, le vendredi 15 mars ************************************************** Bonjour. Quand on compare la folie sécuritaire de 2001 avec celle de 1995 on a du mal à trouver ça raisonnable. S'inquiéter qu'après la station St-Michel ce soit le lieu public le plus près de chez toi qui soit visé, c'est compréhensible. Mais qu'un attentat apparemment unique à force d'être spectaculaire, qui visait un autre pays et une autre civilisation (eh oui, nous en Europe on a arrêté y'a quelque temps de cela de faire les gendarmes du monde... je sais qu'on envoie des troupes pour aider les USA mais bon nous ne sommes pas tous Américains, loin de là), que cet attentat terrorise les masses sur un autre continent, ça c'est un mystère. On a tous entendu parler de cette ministre de Blair qui s'est écrié le 11 septembre "chouette on va pouvoir encore plus fliquer les gens sans qu'ils se plaignent". Eh bien je repense à tout ça après mon petit séjour à Barcelone. Dans la grande gare de Barcelona Sants, des gardes civils (oui, des robocops, comme dit Christophe : en bleu foncé, casquette américaine, jambières et matraque) nous ont pour la énième fois demandé nos papiers. Vous allez à la manif ? Non msieur l'agent on va manger avec des copains (en vrai on voudrait dire : et toi, il est de quelle couleur ton caleçon et en quoi un flic peut nous demander notre emploi du temps ?). Olivier est embarqué (faut dire qu'Olivier il est du genre à se balader avec un Opinel dans la voiture pour découper le saucisson, ils savent débusquer le terroriste) et fouillé. Dans son sac, des affiches à se coller dessus : une cible avec marqué "mouvement social". Confisquées. C'est si dangereux que ça le papier, qu'on doive le confisquer ? Dis plutôt que c'est un crime d'ouvrir sa gueule et d'aller à une manif autorisée. Sous prétexte de sécurité on bâillonne les mouvements politiques protestataires. Lutte contre le terrorisme ? Mon oeil. L'Opinel d'Olivier confisqué à la douane après une fouille en règle alors que dans les boutiques de Barcelone on trouve des couteaux de cinquante centimètres ; les bus ATTAC bloqués à la fontière dans cette fabuleuse zone Schenghen ; les banderoles confisquées ; les contrôles constants d'identité, tout ça ne sert pas à combattre le terrorisme mais à emmerder les gens du commun qui ont la prétention de vouloir faire de la politique. Notre belle démocratie sans frontières et avec l'euro laisse de temps en temps apparaître son visage répressif. Le moment de prendre une photo. Le mot de l'histoire ? "Nous sommes tous des terroristes." Nous ne sommes pas ces Américains menacés par le terrorisme, nous sommes ce peuple pour qui la peur bien entretenue du terrorisme fait passer la pilule de la répression. Aude, le 19 mars aude@...