Re: [Cip-idf] Point de vue: Une dernière ballade au soleil.

From : fabmiller@... , the 3rd October 2003 10:34
  • 2003-10-03 10:34:12 — fabmiller@... - Re: [Cip-idf] Point de vue: Une dernière ballade au soleil.

A propos de comptage il y deux erreurs 75 mètres de rue et non pas 200 mètres a peine 50 CRS et non pas 200 Salut Fab ----- Original Message ----- From: "frederic saumagne"  To: "colin legras" ; "cip-idf-@rezo.net" Sent: Friday, October 03, 2003 10:05 AM Subject: Re: [Cip-idf] Point de vue: Une dernière ballade au soleil.
 cip-idf  --------  c'est ton message qui ne sert en rien le mouvement excuse moi mais ta
petite
 idée de la fin n'est pas très folichone un signe distinctif une étoile par  exemple !  t'es bourré d'à priori sur le mouvement syndicale  il faut aller aux manif quand elles sont organisées  il faut se mobiliser en vrai  il faut être unis  il faut arrêter de se taper sur la tête et si tu n'es pas d'accord avec la  manif tu ne viens pas si c'est la meilleure façon pour toi de t'engager il  n'y a pas de problemes , mais tu ne dis pas que çà ne sert à rien parce
que
 tout simplement tu n'en sais rien!!  et si les artistes  et technicein syndiqués n'existait pas le petit régime  d'intermitence n'existerais même plus et depuis longtemps alors piano sur  les reproches fait un petit retour sur toi : qu'est ce que tu as fait ces  dernières années pour le métier ? quelle mobilisation as tu eu ? pas
depuis
 trois mois mais depuis plusieurs années ?  j'espère que tu trouveras des réponses satisfaisantes pour toi ! moi j'ai  les miennes et je suis solidaire quoiqu'il arrive  ----- Original Message -----  From: "colin legras"   To:   Sent: Friday, October 03, 2003 9:51 AM  Subject: [Cip-idf] Point de vue: Une dernière ballade au soleil.
  cip-idf   --------   Une dernière ballade au soleil.   Il faut plus y aller! il faut plus faire ces conneries là: accepter des   appels à manifs comme celle d'hier. Il faut économiser nos forces, agir   parcimonieusement, mais de manière très efficace, ne pas suivre ce genre   d'impasse épuisante et épuisée.   J'accuse ici la CGT d'avoir fomenté un traquenard syndicale, je le
 supputais
  depuis longtemps, mais hier c'était évident. La CGT a peur des
 coordinations
  parce qu'elle ne les contrôle pas, elle en a peur parce qu'elles   représentent un grignotage progressif de son pouvoir de syndicat
installé,
  la CGT a peur des coordinations et de leur organisations plus proches
des
  groupes libertaires dans leur fonctionnement que du centralisme
 démocratique
  stalinien qui la caractérise. Elle ne contrôle pas.   Biensûr, la CGT est là dans la lutte depuis longtemps, biensûr la CGT
est
  une structure syndicale et, à ce titre, a la possibilité légale, de
 déposer
  des préavis de grève, des parcours de manifs auprès de la préfecture,
etc.
    Hier, donc, il y avait une espèce de demeuré CGT au micro qui essayait
de
  prononcer le mot démocratie et ses dérivés le plus de fois possibles
dans
  une seule phrase, il y avait trois camions sono CGT pour couvrir   d'éventuelles velléités de slogans (Vous avez remarqué que plus cela va,   plus la musique remplace les slogans dans les manifs?), il y avait
quinze
  gros bras que je connais bien, et si ce n'est eux ce sont leurs frères,
 les
  mêmes, ceux qui tapaient sur les jeunes beurs il y a dix ans à
 l'enterrement
  de Dulcie September parce que "la lutte contre l'apartheid, c'est celle
du
  parti", hier, enfin, il y avait mon pote Jean-Marcel, cégétiste, qui   expliquait à un jeune homme, le pourquoi de la manif: "organisée par la
 CGT
  pour les intermittents du spectacle et soutenue par la ..coord.la   coordination qui est apolitique." Et oui! La coordination, elle est   apolitique! Je sais pas pourquoi mais cela me rappelle curieusement un
"la
  politique ne s'occupe pas de la vie" du Premier Sinistre. (Mais en
effet,
  peut-être qu'en Poitou-Charentes Polis cela ne veut pas dire cité.), et
 puis
  il y avait les quelques milliers de courageux qui s'étaient déplacés,
 ..pour
  rien. Pour rien, parce que cela ne sert à RIEN de se promener au rythme   d'une ballade dominicale dans la ville, en discutant avec ces potes, le   portable greffé dans l'oreille, cela ne sert à RIEN une manif qui ne
fait
  pas du bruit, qui ne laisse pas de traces sur son passage (merci les
 petits
  hommes verts de la Mairie de Paris).   Une manif, c'est une tentative d'imposer un rapport de force dans la
cité
  (la Polis, vous vous souvenez?) C'est une masse de gens qui marchent
dans
 la
  rue (pour ceux qui ne le saurait pas marcher dans la rue et pas sur le   trottoir, c'est important, c'est ce qui vous différencie des
"passants"),
  une manif c'est une action qui trouble l'ordre établi et habituel de la   cité, qui la DERANGE, qui l'empêche de vivre son quotidien normalement,   c'est un événement, un accident dans l'ordre des choses, et c'est cet   accident qui permet de parler du débât, qui permet de créer la parole,   l'agora.   La CGT ne crée même plus un rapport de force,  ne veut plus en créer un   qu'elle ne contrôle pas, parce qu'aujourd'hui elle fait partie du
système,
  mais surtout parce qu'elle fait partie des forces de la réaction, de la   crispation, de la peur. Et nous ne pouvons pas céder à la peur, c'est
elle
  qui gouverne aujourd'hui, et c'est la meilleure arme de nos ennemis.   Mais rassurez vous, hier il y avait quand même deux raisons de se
réjouir:
  -il y avait plus de monde derrière la banderole de la coordination que   derrière celle de la CGT (je vous jure, j'ai compté, si la CGT dément,
 elle
  procèdera d'une technique bien connue: celle de la police. Vous vous   souvenez? Celle qui NE GERE PAS la cité. Qu'est-ce qu'elle est censée
 faire,
  alors?)   -quand la manif a été détournée pour aller perturber un tournage d'M6,
 Place
  des Vosges, qui est-ce qui a réussit à contourner les flics de vitesse?
La
  Coordination. Et tout à coup, il y eut cette situation loufoque de
200CRS
  casqués défendant 200m de rue (où il n'y avait rien à défendre, puisque
le
  tournage était sur la place!) coincés de part et d'autre par les   manifestants. La rue en question elle s'appelle Rue du pas de la
 mule...(je
  vous laisse apprécier)   Dont acte: NOUS  N'AVONS  PAS  BESOIN DE LA CGT!     Nous avons l'intelligence pour nous et la libertés des individus qui   redoutent les appareils.   Hier, il suffisait d'une action, une seule. Puisqu'à 19h30, il y avait
une
  générale à l'Opéra Bastille, il fallait convoquer la manif sur les
marches
 à
  l'heure dîte, il aurait suffit que nous soyons 1000, avec un signe   distinctif, debout sur les marches, laissant passer les spectateurs,
mais
  créant un EVENEMENT. Nous aurions économiser nos forces, et nous aurions   certainement eut un impact médiatique garanti et symboliquement beaucoup   plus fort que cette pauvre manif rachitique.   Désolé pour la colère.   Merci à vous qui prenez part.   Colin     _________________________________________________________________   Hotmail : un compte GRATUIT qui vous suit partout et tout le temps !   http://g.msn.fr/FR1000/9493     ------------------------------------------   cip-idf est la liste de débat de la Coordination des Intermittents et
 Précaires d'ile de france.
  ------------------------------------------   Inscription/désinscription/archives   http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/cip-idf   ------------------------------------------   Pour tout problème technique:   cip-idf-owner@...   ------------------------------------------   pour vous inscrire sur la liste d'info:   http://www.cip-idf.org/cgi-bin/mailman/listinfo/info  
 ------------------------------------------  cip-idf est la liste de débat de la Coordination des Intermittents et
Précaires d'ile de france.