[Cip-idf]Les Parisiens davantage exposés au chômage, et pour une durée plus longue

From : yotogui@... , the 23rd décembre 2010 14:47
  • 2010-12-23 14:47:07 — yotogui@... - [Cip-idf]Les Parisiens davantage exposés au chômage, et pour une durée plus longue

Les Parisiens davantage exposés au chômage, et pour une durée plus   longue LEMONDE.FR avec AFP | 22.12.10 | 20h18  •  Mis à jour le 22.12.10 |   20h30 "Pourquoi tant de chômeurs à Paris ?" se demande le Centre d'études   de l'emploi (CEE), dans un document de travail daté de décembre 2010.   Ce dernier établit que"les Parisiens comptent parmi les Français les   plus exposés" au chômage, et pour une durée "anormalement longue" en   raison d'un décalage entre la demande et l'offre, les emplois étant   souvent situés assez loin de la capitale. Selon les chercheurs, ce constat "surprenant" prend "à contre-pied   l'image d'Epinal selon laquelle la capitale politique et économique   de la France constituerait un territoire favorisant l'accès à   l'emploi des chômeurs". UN TAUX AU-DESSUS DE LA MOYENNE NATIONALE "Depuis plus de trente ans, le taux de chômage de Paris se maintient   au-delà de celui de l'Ile-de-France et est très souvent au-dessus de   la moyenne nationale", note le CEE. Même si Paris s'est plutôt   rapproché des autres départements franciliens depuis le début des   années 1990, le chômage y reste de deux points supérieur à celui de   l'Essonne ou des Yvelines. Bien supérieur au taux de l'Ile-de-France   (8,3 %), le taux de chômage à Paris début 2010 (9,1 % au premier   trimestre) était ainsi proche du niveau national (9,5 %). Au sein de   l'Ile-de-France, le taux de chômage à Paris dépassait lui tous les   départements, Seine-Saint-Denis exceptée. C'est aussi à Paris que la part de chômeurs de longue durée et   d'allocataires de minima sociaux sont les plus élevés. La durée   moyenne du chômage était ainsi de quatorze mois à Paris au milieu des   années 2000, onze mois et demi en Ile-de-France et dix mois et demi   en France, expliquant "pourquoi le taux de chômage parisien est élevé   malgré le fait que Paris soit un bassin d'emploi particulièrement   dense et dynamique". "RÉSIDER À PARIS N'EST PAS UNE LOCALISATION OPTIMALE" Le CEE avance comme l'une des explications le fait que "les   caractéristiques des emplois offerts ne correspondent pas à celles   des emplois demandés". "Des offres d'emploi adéquates existent et   elles sont nombreuses, mais elles sont physiquement situées en   périphérie intermédiaire de l'agglomération parisienne, assez loin de   Paris intra-muros", ajoutent les chercheurs. Du coup, les demandeurs   d'emploi parisiens subissent un temps de recherche d'emploi plus long   que ceux d'autres villes et d'autres départements. "Cette explication n'interdit pas que d'autres facteurs jouent un   rôle, sans que l'on puisse administrer une preuve empirique", indique   le document, observant par exemple que la grande difficulté à accéder   à un logement social parisien peut limiter la mobilité géographique   des demandeurs d'emploi. Pour retrouver un emploi,"résider à Paris   n'est pas une localisation optimale, toutes choses égales par   ailleurs. Une localisation périphérique, dans la petite couronne et   jusqu'aux confins de l'agglomération, mais sans aller trop loin, est   préférable pour réduire la durée du chômage", juge le CEE.