[Cip-idf]La CAf contrôle plus, et veut du personnel pour faire face à l'instauration du RSA

From : yotogui@... , the 24th September 2008 21:31
  • 2008-09-24 21:31:14 — yotogui@... - [Cip-idf]La CAf contrôle plus, et veut du personnel pour faire face à l'instauration du RSA

Ciao, La Caf avait dû mettre en oeuvre l'allocation de parent isolée en   1976 (des familles sans père !), celle du revenu minimum d'insertion   (un revenu sans emploi !) ; après-coup, au bout de 30 ans, le pdt de   la CNAf parle, à propos de l'instauration du RSA, c'est à dire, entre   autres modifications, de la suppression du RMI et de l'API, d'un   "tournant de la branche famille". La clairvoyance de la technocratie   syndicale est décidément remarquable. On constate quand même que   l'impact de cette unification administrative des dispositifs, parce   qu'ellei va réunir des figures de salariés, avec ou sans emploi,   encore plus diverses et nombreuses n'est pas sans inquiéter... l. http://www.france-info.com/spip.php?article189342&theme=69&sous_theme=69 Augmentation de 70% des fraudes recensées par la Cnaf en 2007 23/09/2008-[18:27] - AFP PARIS, 23 sept 2008 (AFP) - Le nombre de fraudes recensées par la   Cnaf (caisse nationale des allocations familiales) en 2007 a augmenté   de plus de 70%, passant de 3.654 en 2006 à 6.314, a déclaré mardi à   la presse Philippe Georges, directeur général de la Caisse. "On ne   peut pas imaginer que la société fraude plus, cela signifie donc que   ce résultat est dû à un effort accru et une meilleure sensibilisation   des Caf", s’est félicité M. Georges lors d’une conférence de presse.   Le montant des fraudes s’est élevé à 58,37 millions d’euros, ce qui   ne représente que 0,1% des prestations versées (66 milliards d’euros). Les prestations les plus fraudées sont le revenu minimum d’insertion   (RMI), l’allocation de parent isolé (API) et les aides au logement.   62% des fraudes résultent de déclarations d’activité ou de ressources   non à jour, 24% sont des dissimulations de concubinage et 14% des   escroqueries, faux et usages de faux documents. Chaque année, 35% des   déclarations sont vérifiées et, en 2007, 40 millions de contrôle ont   été réalisés, notamment des vérifications de l’état-civil des   personnes. La politique de contrôle s’est centrée en effet depuis   2006 sur la fraude à l’identité et la détection de faux documents. Le "répertoire national des bénéficiaires" (RNB), prélude au futur   "répertoire national commun de la protection sociale", mis en place   cette année, en se substituant aux fichiers individualisés des 123   Caf, va permettre, a rappelé la Cnaf, de signaler automatiquement les   doubles affiliations. Chaque Caisse d’allocations familiales a,   depuis 2007, la possibilité de sanctionner les allocataires fraudeurs   par le biais de pénalités proportionnelles à la gravité de la fraude.   Depuis 2008, une nouvelle sanction a été instaurée : la suspension   des aides au logement pendant un an maximum. Lorsque le préjudice est   supérieur à 11.092 euros (montant valable jusqu’à fin 2008), les   Caisses doivent déposer plainte auprès du procureur de la République. http://www.lesechos.fr/info/france/4775941.htm PROTECTION SOCIALE - RSA, fraude : les caisses d'allocations familiales demandent plus de   moyens [ 24/09/08  ] Les CAF devront mobiliser 2.000 personnes supplémentaires pour mettre   en oeuvre le revenu de solidarité active. Les contrôles ont permis de   déceler deux fois plus de fraudes en 2007 qu'en 2006. La Caisse nationale d'allocations familiales réclame des moyens   supplémentaires pour mettre en oeuvre le revenu de solidarité active   (RSA). « Nous estimons nos besoins à 2.000 équivalents temps plein de   plus », a annoncé, hier, Jean-Louis Deroussen (CFTC), président de la   CNAF. Les caisses d'allocations familiales gèrent déjà le RMI et   l'allocation de parent isolé (API), que le RSA va remplacer en   juillet 2009. Mais la réforme amènera « environ 800.000 nouveaux   bénéficiaires » vers les guichets, estime le directeur général de la   CNAF, Philippe Georges, en plus du travail à fournir sur les 1,2   million d'allocataires actuels du RMI et de l'API. « Nous allons   demander des moyens nouveaux pour faire face aux nouvelles missions   qui nous sont confiées », a expliqué Jean-Louis Deroussen, qui parle   d'un « tournant pour la branche famille ». Les caisses emploient   aujourd'hui quelque 34.000 personnes. Résultat des mesures de   réduction de coûts, l'effectif était en baisse depuis 2005. Il   devrait donc repartir à la hausse pour faire face à l'activité   supplémentaire. « Sensibilisation des équipes » Avant même la généralisation du RSA, l'activité des CAF « reste   tendue » cet automne, selon Philippe Georges, en raison notamment du   renforcement des contrôles des versements indus, des fraudes et des   escroqueries. La CNAF a décelé un peu plus de 6.300 fraudes l'an   dernier, presque deux fois plus qu'en 2006. Leur montant atteint 58   millions d'euros, sur un total de 66 milliards de prestations   versées. Là encore, presque deux fois plus que deux ans auparavant,   grâce à « un effort accru » et « une meilleure sensibilisation des   équipes », selon Philippe Georges. Les versements indus, le plus   souvent dus à des erreurs ou des retards de déclaration, ont   représenté 2,1 milliards. Les 588 contrôleurs effectuent des visites au domicile des   allocataires, vérifient les pièces administratives, détectent les   faux documents et font la chasse aux doubles affiliations (un   allocataire inscrit simultanément dans plusieurs CAF). Plus du tiers   des déclarations sont passées au crible chaque année. La lutte   antifraude est facilitée par les échanges d'informations avec   l'administration fiscale et l'Unedic. Depuis quelques mois, les CAF   peuvent sanctionner les fraudeurs en infligeant des amendes ou   suspendre les aides au logement. VINCENT COLLEN