[Cip-idf]Le Monde et Libération du jour : L'intermittence

From : al.guy@... , the 29th September 2005 10:44
  • 2005-09-29 10:44:17 — al.guy@... - [Cip-idf]Le Monde et Libération du jour : L'intermittence

Salut à tous, Ci-dessous les articles successifs dans la presse nationale à propos de  la nouvelle réunion des partenaires sociaux cet après-midi au ministère  de la culture. Bonne lecture - Guy Le dossier des intermittents à la veille d'une étape décisive LE MONDE | 28.09.05 | 13h13  •  Mis à jour le 28.09.05 | 13h13 e n'est sûrement pas le dernier acte. Mais, dans la longue pièce que  jouent les partenaires sociaux autour du conflit des intermittents du  spectacle, la scène promet d'être essentielle. Jeudi 29 septembre, les  confédérations syndicales et les représentants patronaux se retrouvent  au ministère de la culture pour tenter de tracer la première ébauche du  futur système d'indemnisation du chômage des artistes et techniciens. Depuis qu'il a été signé, en juin 2003, par le patronat et une partie  des syndicats (dont la CFDT), le protocole actuellement en vigueur n'a  cessé de susciter la contestation. Après avoir dénoncé son opacité et  les risques d'exclusion de nombreux intermittents, les opposants au  texte ont découvert qu'il n'avait surtout pas permis de réduire les  pertes financières. En 2004, les annexes 8 et 10 de la convention  Unedic, qui régissent l'indemnisation des intermittents, ont enregistré  un déficit record de 952 millions d'euros. Mais, au-delà de la contestation, un élément plus essentiel encore  contraint les partenaires sociaux à agir. La convention Unedic vient à  expiration à la fin du mois de décembre. L'ensemble du dispositif  -  déficitaire de plus de 13 milliards d'euros  - doit être revu d'ici là.  Le monde de la culture, inquiet de se trouver écrasé par l'enjeu  général, souhaiterait donc voir son sort scellé le plus tôt possible. Chargé en juin par le ministre de la culture d'"aider les partenaires  sociaux", Jean-Paul Guillot devrait présenter, jeudi, de nouvelles  analyses et des propositions afin de permettre l'ouverture de la phase  ultime de négociation. Pendant tout l'été, l'économiste a disposé de  l'ensemble des données de l'Unedic. Il a donc pu mesurer les résultats  précis du protocole de 2003 mais aussi, plus largement, les effets  pervers récurrents du système. Après avoir reçu les syndicats et  recueilli leurs propositions, il a testé celles-ci, tenté d'en mesurer  l'effet sur les 110 000 intermittents et sur les comptes de  l'assurance-chômage. Chacun attend donc ses conclusions et ses recommandations avec une  certaine impatience. Réduire le champ de recours à l'intermittence ou  abaisser le niveau d'indemnisation ? Contraindre sévèrement les  dépenses ou trouver de nouvelles ressources ? L'expert devrait tracer  des pistes. Il reviendra, ensuite, aux partenaires sociaux de s'y  aventurer ou non. Nathaniel Herzberg Article paru dans l'édition du 29.09.05 Intermittents : retour à la case négociations Les syndicats doivent prendre connaissance aujourd'hui des nouvelles  orientations du ministère de la Culture. Par Bruno MASI    jeudi 29 septembre 2005 (Liberation - 06:00) es vacances sont finies et les confédérations syndicales reprennent le  chemin de l'école. La route mène aujourd'hui au ministère de la  Culture, rue de Valois, où le ministre ouvre dès cet après-midi un  nouveau cycle de rencontres en vue de réformer le système d'assurance  chômage des intermittents du spectacle. Pompier de l'emploi. Depuis le début de la crise, en juin 2003, on ne  semble jamais avoir été aussi près de trouver une issue de secours:  Renaud Donnedieu de Vabres, en pompier de l'emploi culturel, s'y est  engagé. Un nouvel accord doit impérativement voir le jour le 1er  janvier 2006. Sur quoi la rencontre portera-t-elle ? Les travaux de Jean-Paul Guyot  devraient très largement nourrir les débats. Depuis le début de  l'année, cet expert indépendant mandaté par Donnedieu de Vabres analyse  les différents aspects du système d'assurance chômage et leurs  répercussions sur l'emploi, les conditions de vie des intermittents et  les caisses de l'Unedic. Le nouveau système doit être élaboré à partir de son constat et de ses  propositions, dont les syndicats prendront connaissance aujourd'hui. En  substance, ces orientations doivent rectifier les nombreuses  incohérences du statut actuel, et éclaircir certaines règles (le  périmètre des métiers pris en compte, la date anniversaire où les  droits de chacun sont réévalués, et les durées d'indemnisation). Mais les partenaires sociaux ont aussi à résorber le déficit des  annexes 8 et 10 de la convention Unedic, celles dont dépendent les  artistes et techniciens du spectacle, de l'audiovisuel et du cinéma. Ce  déficit s'élève à plus de 950 millions d'euros, contre 820 en juin  2003. Le système a généré de nombreuses inégalités entre les  allocataires, et n'a pas permis de faire des économies. Banderoles. Au ministère, on s'estime «confiant mais très prudent».  Pour la coordination des intermittents et précaires d'Ile-de-France,  les cartables sont prêts, tout comme les banderoles et slogans : dans  un communiqué, le collectif appelle à faire «de cette date le jour de  notre rentrée» et exige «l'ouverture de réelles négociations avec  l'ensemble des concernés et la prise en compte de nos propositions». La coordination appelle à un rassemblement, dès 14 h 30, place du  Palais-Royal.