[Cntait-info] Le territoire dynamique

From : cntait-info@... , the 11th March 2010 01:44
  • 2010-03-11 01:44:33 — cntait-info@... - [Cntait-info] Le territoire dynamique

Le territoire dynamique Qu'est-ce qu'un territoire ? Une première réponse amènerait à dire qu'il  s'agit d'un espace géographique donné. Certes, mais il n'est pas que  cela. Il se détermine également et surtout par les personnes qui y  vivent et véhiculent avec elles leurs modes de pensées et d'actions. Le  territoire apparaît alors comme un espace géographique lié à une  activité humaine et sociale. Allant plus loin dans l'approfondissement de cette analyse, nous pouvons  avancer que le territoire n'est que la résultante des interactions  sociales. Les frontières dites géographiques, déterminées plus ou moins  aléatoirement, apparaissent alors pour ce qu'elles sont : des frontières  fluctuantes déterminées par des réseaux sociaux (au sens sociologique du  terme) des acteurs (c'est-à-dire des individus) qui le composent. En  fonction de leurs capital social, c'est à dire des autres individus  qu'ils connaissent, de leurs liens avec des personnes pouvant se situer  parfois en des lieux très différents et très éloignés, ces acteurs  sociaux créent un espace de référence abstrait, une territorialité, qui  n'est pas contenue sur une surface restreinte dans l'espace. Cette vision moderne du territoire met en exergue les imbrications  potentielles de différentes territorialités et de différentes cultures  qui, nous y reviendrons plus loin, détermineront à leur tour de nouveaux  champs territoriaux spécifiques. Découlant d'une analyse objectives et empirique de la réalité, le  territoire apparaît pour ce qu'il est : un « construit social » (pour  reprendre la terminologie sociologique), une résultante des interactions  et activités sociales et humaines. Composé socialement, le territoire  est ainsi un territoire en devenir, en mouvement permanent, « biologique  » pour ainsi dire et vivant. Loin de l'image statique, de la citadelle  qu'il faut défendre, qu'en donnent tous les conservateurs, il n'est que  ce que les individus qui y exerce une activité en font. Le territoire n'est en fait rien d'autre qu'un lieu (spatial ou virtuel)  de rencontre et d'échange de différentes subjectivités d'individus.  Allons même plus loin et remarquons que toute composante culturelle  spécifique liée à un espace géographiquement donné n'est que le produit  de rencontre intersubjectives. Notons ici que c'est bien de ces  rencontres, qui fluctuent au grès du temps et du hasard, que se dégage  une pensée originale, solide et forgée dans les consciences. Qu'en est il alors de la formation, de l'évolution et de la progression  du patrimoine culturel et des us et coutumes plus ou moins spécifiques  qui sont habituellement rapportés à un espace géographique donné ? Nous retiendrons pour notre part, en empruntant des outils au géologique  pour comprendre le géographique, un raisonnement s'appuyant sur la  stratification territoriale, ce qui permet d'obtenir une vision  dynamique - synchronique plus précisément - du territoire, illustrant le  fait qu'un territoire donné à un instant « t », se trouve être différent  de ce même territoire à un instant « t+1 ». A l'instar de la géologie, le territoire peut s'envisager comme une  accumulation de strates, reposant les unes sur les autres, mais, plus  qu'en géologie, s'interpénétrant à l'extrême. Ainsi, les avancées  technologiques, scientifiques, philosophiques, les migrations,  l'évolution générales des moeurs, font se transformer progressivement  les territoires. Ceux-ci obtenant leur relative spécificité d'un moment  en fonction de la superposition et du mélange des différentes évolutions. L'histoire et le progrès (ou la régression) [1] de chaque espace  géographique suivent ce processus d'accumulation (ou d'amenuisement,  voire de destruction) [2] et d'échange des connaissance et des  subjectivités. Suivant ce raisonnement nous pouvons alors développer la notion  d'immanence territoriale. Les normes, us et coutumes, de référence sur  un espace géographiquement délimité sont labiles et se voient évoluer en  fonction des individus qui le composent. Ces normes se trouvent être  immanentes à la communauté des individus qui participent socialement à  la détermination de ce territoire. C'est bien ici l'ensemble des  individus se rencontrant sur un espace donné qui déterminent et mettent  au point en commun, consciemment ou pas, les normes en vigueurs qui  leurs semblent justes. Toute notion de normes imposées, cherchant à enfermer dans des  frontières géographique (qui, nous l'avons vu, sont par essence  arbitraires) des espaces et des individus qui y demeurent est donc  parfaitement arbitraire elle aussi. Des notions telles que l'État et la  Nation, qui découlent de cette vision totalitaire du territoire que nous  dénonçons ici, sont de ce fait des impostures. L'État, les nations, les provinces... rappelons le, ne sont que  l'héritage des royaumes anciens, destinés à assoir le pouvoir d'une  minorité (le souverain et ses vassaux) sur des ensembles plus vastes de  personnes. Ces entités interclassistes niant la lutte des classes, ne  visent intrinsèquement qu'à imposer une hiérarchie avec un sommet de  privilégiés dominant la base des asservis. Sous-couvert d'appartenance à  un groupe artificiellement homogène, elles permettent de maintenir en  place les privilèges de certains et de maintenir les autres dans la  misère et la servitude. Divan Article d'Anarchosyndicalisme ! n°116 --- février - mars 2010 =============================== ABONNEMENT UN AN - Tarif normal : 10 euros, Abonnement de soutien : 20 euros ou plus Libellez les chèques à : CDES (CCP 3 087 21 H Toulouse) Anarchosyndicalisme ! 7, rue St Rémésy, 31000 Toulouse Anarchosyndicalisme ! est adressé gratuitement sur demande aux prisonniers Il est également disponible dans les kioskes de la région Midi Pyrénées Pour diffuser Anarchosyndicalisme ! autour de vous : Vous pouvez recevoir plusieurs exemplaires pour les diffuser. Prenez  contact avec le journal pour les modalités pratiques. Les articles et des infos en lignes sur les sites : http://cnt-ait-toulouse.fr http://cnt-ait.info (CNT-AIT de Paris-Nord) http://cnt.ait.caen.free.fr (CNT AIT de Caen avec forum Rouge et noir :  http://cnt.ait.caen.free.fr/forum) et http://anarsonore.free.fr (enregistrement audios d'articles et  archives sonores anarchistes) Liste de diffusion électronique : http://liste.cnt-ait.info