[Coordsanspap-ouest]Fwd: lettre ouverte du collectif UCIJ- st nazaire au sujet du budget de l'état

From : me.allaire@... , the 14th October 2014 10:38
  • 2014-10-14 10:38:02 — me.allaire@... - [Coordsanspap-ouest]Fwd: lettre ouverte du collectif UCIJ- st nazaire au sujet du budget de l'état

la discussion du budget de l'état à l'assemblée nationale commence ce  jour ! super, justement on a quelque chose à dire ! voici le texte de la lettre ouverte que le collectif UCIJ st nazaire (  dont fait partie le CSPSP) envoie aux parlementaires locaux ( députée  marie odile Bouillé, sénateur : yannick Vaugrenard) *seulement* sur  le  défaut des aides sociales et de l'hébergement d'urgence . (droit de  copie libre ! ). suite à demain : conférence de presse ! cordialement, M.elisabeth *Collectif UCIJ (Uni-es Contre Une Immigration Jetable)* composé de : Citoyens et Citoyennes, et d'organisations : Artisans du Monde, ATTAC, CCFD, Collectif  Solidarité Algérie, Comité Solidarité Palestine, Collectif Soutien aux  Personnes Sans-Papiers, EELV, Femmes Solidaires, FCPE, FSU, LDH, LO,  Mouvement de la Paix, MRAP, NPA, PCF, PG. St Nazaire le 13/10/2014 *objet* : Lettre ouverte à la députée et au sénateur de St Nazaire. Madame la Députée, Monsieur le Sénateur, Du fait de vos responsabilités, vous êtes amenés à voter le budget national. Nous nous adressons à vous, en tant que citoyens et citoyennes,  associations, militant aux côtés des étrangers en recherche de  régularisation administrative sur notre territoire. *Par notre expertise, nous sommes à même de vous préciser les  conséquences de la politique budgétaire française sur leur situation en  ce qui concerne l'aide sociale, l'hébergement d'urgence.* /Nous ne parlerons donc pas ici du traitement du droit d'asile, pas plus  que des conditions de délivrance des titres de séjour qui souffrent eux  aussi des restrictions budgétaires quand il ne s'agit pas de politique  hostile aux étrangers et étrangères.../ Par notre action d'accompagnement auprès de ces personnes démunies en  démarche pour obtenir des titres de séjour, que ce soit au titre de  l'asile, de regroupement familial, de victimes de violences conjugales,  pour raison de santé, travail, nous constatons avec elles*les  conséquences concrètes *_*sur leur vie*_*des baisses des budgets sociaux  suite aux économies décidées par la politique gouvernementale.* Ainsi, le budget du Conseil Général pour l'aide à la subsistance  seulement pour les enfants, le budget du CCAS pour les aides d'urgence  sont soumis aux restrictions budgétaires. Le manque de logements  d'urgence avec accompagnement social, la restriction de contrats sociaux  aux jeunes mineurs isolés et à ceux devenant majeurs, sans être pour  autant autonomes, et particulièrement aux jeunes étrangers se font  durement sentir. Nos demandes dans ces Collectivités sur ces sujets se heurtent à : "vous  savez qu'il y a diminution de nos budgets ! " Diminution donc des  dotations de l'État. Or, nous parlons ici de familles à la rue avec enfants, des femmes  enceintes avec jeune enfant à qui, après un référé logement, on propose  une chambre d'hôtel loin de tout CMS, toute organisation caritative, et  parfois sans accès aux transports collectifs pour lesquels d'ailleurs  elles n'ont pas de tarif réduit à défaut de gratuité ! *Il y a là défaut d'assistance à personne en danger !* *Ce n'est pas possible de continuer ainsi. * *Il est nécessaire *que soient rétablies des revalorisations des «aides  à la subsistance» (à leur niveau de 2007par exemple) et *des  affectations *_*mensuelles *_*d'aides **selon les besoins.* *Il est nécessaire *que ces aides soient attribuées en**_*espèces*___et  non en "bons alimentaires" affectés pour certains magasins favorisant la  grande distribution au détriment des petits commerces et des marchés. *Il est nécessaire* que les contrats (CSAJ) des jeunes mineurs isolés  français ou non soient en nombre suffisant afin de répondre aux besoins  d'une jeunesse prête à s'investir. Ces mesures constituent un simple rétablissement de la situation qui  prévalait dans un passé récent ! *Il est nécessaire* d'inventer de nouvelles prestations permettant les  déplacements pour aller à la préfecture ou sous préfecture, aux centre  medico sociaux, à l'hôpital, aux organisations caritatives. L'octroi de  bons de transports est indispensable en urgence sans attendre des  commissions qui ont un délai trop long et ne donnent pas la gratuité à  des gens qui n'ont aucun revenu. *Il est nécessaire *de promouvoir des ouvertures de logements d'urgence  en Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) : on ne doit  plus voir des personnes à la rue en 2014 ! C'est l'application de la  Déclaration des Droits Humains ! *Tout ceci doit être pris en compte dans le budget de l'État.* Le budget de la politique sociale doit être revu à la hausse afin de  répondre, à minima, aux urgences et aux besoins. Il vous appartient,*Madame la Députée, Monsieur le Sénateur, de ne pas  donner votre accord à un budget préjudiciable en tout premier aux plus  vulnérables*. Pour le Collectif UCIJ, Marie -- Elisabeth Allaire Augustin Grosdoy