[Coordsanspap-ouest]Mur des expulsés à Billère

From : andry_nicolas@... , the 23rd June 2012 20:40
  • 2012-06-23 20:40:36 — andry_nicolas@... - [Coordsanspap-ouest]Mur des expulsés à Billère

http://www.sudouest.fr/2012/06/20/pau-gros-dispositif-policier-pour-le-proces-de-trois-militants-du-bloc-identitaire-748841-4043.php Pau : gros dispositif policier pour le procès de trois militants du Bloc identitaire 20/06/2012 Par Elisa ARTIGUE-CAZCARRA  Des militants d'extrême gauche ont manifesté devant le palais de justice où trois membres du Bloc identitaire devaient comparaître pour des  dégradations commises sur le Mur des expulsés à Billère. Le procès est  renvoyé au 25 septembre   Des CRS présents pour empêcher tout contact entre les membres  antifascistes de Libertat et ceux du Bloc identitaire (Nicolas Rebière) Un important dispositif policier était en place cet après-midi devant le palais de justice de Pau où trois militants girondins du mouvement d'extrême droite Bloc identitaire devaient comparaître devant le tribunal correctionnel suite à une plainte de la mairie de Billère pour dégradation. Un comité d'accueil les attendait : une vingtaine de militants d'extrême gauche de Libertat ! manifestaient devant l'édifice munis de banderoles dénonçant "le  fascisme" du Bloc identitaire. Insultes et bras d'honneur ont fusé entre les deux groupes à l'arrivée des identitaires, mais on n'a déploré  aucun débordement majeur. Le procès des trois Girondins a d'ailleurs étérenvoyé au 25 septembre à la demande de l'avocat de la défense. Le 8 mai 2010, ces trois hommes faisaient partie de la dizaine d'individus qui avaient recouvert de peinture le Mur des expulsés de Billère et inscrit dessus "C'est fait, M.le préfet !". Cette fresque, inaugurée en septembre 2009 sur un bâtiment communal, avait été commandée par le  maire de cette municipalité de gauche pour rendre hommage aux familles  de sans-papiers reconduites à la frontière. Une initiative que le préfet des Pyrénées-Atlantiques de l'époque, Philippe Rey, avait attaqué en  justice, invoquant le principe de neutralité des édifices publics. En janvier 2010, le tribunal administratif de Pau lui donnait raison et  ordonnait l'effacement de la fresque. La mairie de Billère faisait  aussitôt appel. Le Bloc identitaire entrait alors dans la danse,  agissant en plein jour, alors que se tenait non loin de là les  cérémonies de commémoration du 8 mai 1945. Et revendiquait son geste sur Internet. La mairie portait plainte dans la foulée. Aujourd'hui, le Mur des expulsés a disparu de Billère, la municipalité ayant perdu en appel. Mais elle a revu le jour tout près de là, sur un bus de la communauté Emmaüs de Lescar : un lieu privé où elle n'est plus attaquable.