Serbie: Les réfugiés serbes kosovars ont remplacéles touristes (Reporter), 14-06-2000*

From : cdb@... , the 23rd June 2000 15:48
  • 2000-06-23 15:48:31 — cdb@... - Serbie: Les réfugiés serbes kosovars ont remplacéles touristes (Reporter), 14-06-2000*

Reporter 14 juin 2000 (traduit par Persa Aligrudic) A MATARUSKA BANJA, LES R=C9FUGI=C9S SERBES KOSOVARS ONT REMPLAC=C9 LES=  TOURISTES A Mataruska Banja, l=92intol=E9rance s=92aggrave de jour en jour. Il n=92est=  pas exclu que de s=E9rieux conflits surviennent entre les habitants et les=  r=E9fugi=E9s. Par Milorad Vesic =93Autrefois c=92=E9tait un endroit bourgeois. Des gens distingu=E9s se=  rendaient =E0 la cure thermale de Mataruska Banja. On fl=E2nait, on=  s=92arr=EAtait, on profitait du moment. Avant la Deuxi=E8me Guerre=  mondiale, vous ne vous en rappelez pas, le patriarche serbe Varnava, le=  Premier ministre Dragisa Cvetkovic, l=92acteur Milivoje Zivanovic, etc., et=  beaucoup d=92autres venaient ici=94, se rappelle Tiosav Vukosavljevic,=  personnage l=E9gendaire de Mataruska banja, =E2g=E9 de 86 ans et ancien=  joueur d=92accord=E9on qui aurait, dit-on, lanc=E9 Lepa Lukic (chanteuse=  populaire tr=E8s connue). =93Maintenant lorsque vous regardez autour de=  vous vous ne voyez que du malheur.=94 Le malheur sommeille en dessous des b=E2ches des tracteurs =E0 remorques=  gar=E9es =E0 l=92ombre de vieilles villas, autrefois luxueuses. Des cordes=  =E0 linge =E9tendues entre des troncs centenaires, du plastique ou des=  couvertures =E0 la place des vitres, des bouches =E0 =E9gout et des=  r=E9servoirs vides d=92essence pour automobiles aux plaques=  d=92immatriculation PR, PE, UR=85 (Pristina, Pec, Urosevac) Diaspora =93Pr=E8s de 70 % de nos capacit=E9s d=92h=E9bergement sont occup=E9es par=  les r=E9fugi=E9s. L=92h=F4tel Thermal est le seul =E0 travailler comme=  complexe h=F4telier =E0 des fins commerciales=94, explique Slavoljub=  Cubric, directeur de la Soci=E9t=E9 =93Mataruska & Bogutovacka Banja=94. Ljubinko Kostic, pr=EAtre =E0 Mataruska Banja, affirme que tous les=  standards mondiaux selon lesquels le nombre de r=E9fugi=E9s dans une ville=  ne devrait pas d=E9passer 5 % du nombre total de la population ont =E9t=E9=  enfreints. Les r=E9fugi=E9s =E0 Mataruska Banja forment, dit-on, 50 % de la=  population. Le chef du Bureau local =93Mataruska Banja=94, Zelimir Savicevic, dispose=  d=92informations pr=E9cises. On compte actuellement trois mille cent =E0=  trois mille cinq cents habitants =E0 Mataruska Banja, dont mille neuf cent=  soixante-seize r=E9fugi=E9s et parmi ceux-ci, mille trois cent soixante=  viennent du Kosovo. La diff=E9rence repr=E9sente des r=E9fugi=E9s venus=  pr=E9c=E9demment de Croatie et de Bosnie. La rencontre de quatre mentalit= =E9s diff=E9rentes sur un si petit espace n=92a pu se passer sans probl=E8me= s. Les habitants autochtones se sentent menac=E9s car les nouveaux venus=  sont maintenant en plus grand nombre et ne montrent aucune intention de=  s=92adapter =E0 leur nouveau milieu. Leur arriv=E9e =E0 Mataruska Banja met en danger tourisme et=  infrastructures. La p=E9nurie d=92eau est de plus en plus fr=E9quente,=  causant des probl=E8mes d=92hygi=E8ne, et plus de cinq cent familles=  autochtones vivant du tourisme sont menac=E9es. =93Il ne se passe pas un=  soir sans qu=92une bagarre n=92=E9clate entre nos jeunes et ceux du Kosovo.=  Les Kosovars se servent souvent de leurs armes, ce qui s=92ajoute =E0 la=  r=E9volte des habitants du pays=94, raconte Savicevic. Les r=E9fugi=E9s jurent que ce n=92est pas vrai. =93Personne n=92est assez=  fou pour tirer ici. Il y a parmi nous beaucoup d=92hommes en uniforme et=  ils pourraient perdre leur emploi =E0 cause de cela. Nos maris travaillent=  dans la police (MUP) et sont souvent sur le terrain. Les seuls coups de feu=  tir=E9s de notre c=F4t=E9 se sont produits =E0 la mi-mai lors d=92une=  noce=94, explique Sladjana Janicijevic, r=E9fugi=E9e des environs de=  Kacanica. Ni les uns ni les autres ne veulent faire de commentaires sur deux cas de=  viols =E0 Kraljevo, alors que les bruits courent que les coupables sont des=  Serbes du Kosovo. Un habitant de Kraljevo, employ=E9 =E0 Mataruska Banja,=  explique que =93les Kosovars se comportent de mani=E8re agressive et=  cavali=E8re, et s=92emparent de ce qu=92ils croient leur appartenir=94. Il=  mentionne comme exemple le cas de la villa =93Stolovi=94. =93Des r=E9fugi=E9s du Kosovo se sont install=E9s d=E9but mars dans l=92uniq= ue villa libre du complexe =93Stolovi=94. Ils avaient d=E9j=E0 un lieu=  d=92h=E9bergement mais cela ne leur plaisait pas. Nous avons port=E9=  plainte au tribunal, qui a d=E9cid=E9 que nous devions r=E9int=E9grer nos=  locaux. Mais pour le moment ils n=92entreprennent rien pour quitter les=  lieux=94, explique Cubric, le directeur de =93Mataruska & Bogutovacka=  Banja=94. Citoyens de seconde zone Devant la villa =93Stolovi=94 se trouve un tracteur et deux remorques=  pleines recouvertes d=92une b=E2che. A l=92entr=E9e, =E0 la place de la=  porte, un grand plastique indique =93UNPROFOR=94. Les fen=EAtres aussi sont=  garnies de plastique. Des couvertures font office de volets. Dans l=92entr= =E9e, un coffre recouvert d=92une planche sert de table =E0 manger et des=  cageots =E0 bouteilles sont utilis=E9s comme chaises. =93Nous nous sommes install=E9s le 7 mars. On nous avait log=E9s dans un=  centre collectif =E0 Vitanovci, dans des esp=E8ces de box s=E9par=E9s par=  des cloisons en agglom=E9r=E9, sans eau. M=EAme les cochons ne pourraient y=  vivre. Pendant six mois nous avons cherch=E9 un logement convenable et puis=  nous avons su que cette maison =E9tait vide. =C0 huit familles (vingt huit=  personnes en tout), nous sommes venus nous y installer. Nous avons =E9t=E9=  oblig=E9s de le faire, nos enfants =E9taient d=E9j=E0 malades. La direction=  de la cure thermale a essay=E9 de nous chasser et puisqu=92ils n=92ont pas=  r=E9ussi, ils ont emport=E9 tout leur mobilier, enlev=E9 les portes et=  fen=EAtres, retir=E9 les interrupteurs, prises de courant, les robinets,=  coup=E9 le courant. En plein hiver, il a neig=E9, et nous =E9tions sans=  =E9lectricit=E9, sans eau, sans fen=EAtres. Nous venons r=E9cemment de nous=  brancher sur le r=E9seau, sur notre propre initiative=94, confie Ratomir=  Gajic, de Klina, porte-parole officieux de ce groupe. Il se plaint que les=  habitants du pays =93[les] traitent comme des citoyens de seconde zone.=94 =93On nous fait du chantage en nous proposant des salaires inf=E9rieurs =E0=  ceux du pays. Certains sont contraints d=92accepter. Ils nous injurient,=  nous jettent hors des bus quand nous n=92avons pas de ticket. Comment=  emmener mon enfant chez le docteur? A la pharmacie on ne nous donne pas de=  m=E9dicaments lorsque nous pr=E9sentons nos cartes de r=E9fugi=E9s. Et les=  enfants, c=92est tout ce qui nous reste=94, constate avec ranc=9Cur Gordana=  Stankovic, =E0 la villa =93Morava=94. Les locataires de la villa =93Morava=94 - si l=92on peut ainsi appeler un=  b=E2timent pratiquement en ruines qui appartenait =E0 la police (MUP) et=  d=92o=F9 =E9manent les relents de canalisations - sont un peu plus ouverts=  =E0 la conversation que leurs voisins de la villa =93Maricic=94. =93Les personnes d=E9plac=E9es ont de bonnes relations entre elles, mais=  nous ne sommes pas en tr=E8s bons termes avec les habitants du pays.=  D=92abord avec le chef du Bureau local qui cr=E9=E9 des diff=E9rences parmi=  nous. A certains il distribue de l=92aide humanitaire, =E0 d=92autres il ne=  donne rien=94, constate Milovan Petrovic, originaire du village de Babljak,=  pr=E8s d=92Urosevac. =93L=92aide est en principe distribu=E9e par le Bureau local qui d=E9tient=  des listes pr=E9cises des personnes d=E9plac=E9es=94, constate le p=E8re=  Ljubinko. Lorsqu=92on =E9voque les rumeurs comme quoi l=92aide n=92est pas=  distribu=E9e de fa=E7on =E9gale, il r=E9pond qu=92il y aura toujours ce=  genre de m=E9contentements, mais que l=92aide reste distribu=E9e. =93Ce n=92est pas notre souhait de rester ici les bras crois=E9s. S=92ils=  nous donnaient seulement des garanties, c=92est =E0 pied que nous=  partirions chez nous, m=EAme sur des terres incendi=E9es. Les habitants du=  pays nous ont =E0 plusieurs reprises pos=E9 un ultimatum pour que nous=  partions=94, raconte Petrovic. D=E9m=E9nagement L=92intol=E9rance s=92aggrave de jour en jour. On n=92exclut pas la=  possibilit=E9 de conflits s=E9rieux entre les deux camps. =93Nous avons d=E9j=E0 entrepris des d=E9marches pour leur d=E9part de=  Mataruska Banja. Le Bureau local a prononc=E9 une d=E9cision ex=E9cutoire=  mais la police ne veut pas aider. Il nous reste encore le rassemblement des=  citoyens o=F9 nous devrions d=E9cider de leur exclusion, mais nous=  ajournons cette d=E9marche car dans ce cas un conflit pourrait =E9clater du=  fait que nous serions oblig=E9s de leur couper le courant et l=92eau. Nous=  allons demander =E0 l=92=C9tat qu=92il prenne sur lui l=92obligation de les=  reloger dans des lieux plus appropri=E9s. Les r=E9fugi=E9s que nous avons=  ici viennent en g=E9n=E9ral de milieux agricoles et il faut leur donner les=  moyens de faire de l=92agriculture. Ou alors que ce soit d=92autres mairies=  qui les prennent en charge! Que les habitants de Dedinje et de Senjak=  (quartiers r=E9sidentiels de Belgrade) voient un peu les tracteurs =E0=  remorques devant leurs maisons!=94, conclut Savicevic. Savicevic explique que l=92une des raisons principales de la crainte=  provoqu=E9e par le grand nombre de r=E9fugi=E9s log=E9s =E0 cet endroit est=  que Kraljevo est une commune de l=92opposition. Les r=E9fugi=E9s du Kosovo=  ont des options politiques diff=E9rentes et leur nombre pourrait faire=  balancer les futures =E9lections municipales. =93Aucun des r=E9fugi=E9s n=92est pour l=92opposition ni pour le mouvement=  =93Otpor=94 (r=E9sistance). Nous sommes tous pour le parti dirigeant m=EAme=  si nous avons =E9t=E9 chass=E9s du Kosovo. Nous savons ce que propose=  Otpor: que Kouchner vienne et qu=92il gouverne ici=94, continue Milovan=  Petrovic. =93C=92est pourquoi on ne nous aime pas ici. Ils ont peur que le parti=  dirigeant (le SPS de Milosevic) ne reprenne le pouvoir =E0 Kraljevo=94,=  ajoute son voisin. Une femme r=E9plique: =93Et ils y arriveront. Nous=  allons tous les chasser=94. Petrovic continue: =93R=E9cemment nous avons re=E7u la visite de quelques=  Italiens, probablement des humanitaires. La premi=E8re question qu=92ils=  nous posent est: =93qui consid=E9rez-vous comme coupable du fait que vous=  =EAtes rest=E9s sans rien?=94 Nous r=E9pondons =93Clinton et les=  Am=E9ricains=94, mais je remarque que cela ne leur pla=EEt pas. Mais quoi=  d=92autre puisque c=92est Clinton qui a tout concoct=E9! Et pas seulement=  chez nous, il est coupable dans le monde entier! Pour nous c=92est =E9viden= t. Celui qui te bombarde pendant trois mois ne peut pas =EAtre ton ami. Ils=  disent qu=92ils nous ont bombard=E9 pour emp=EAcher une catastrophe=  humanitaire! Pourquoi maintenant Clinton ne bombarde-t-il pas les Albanais=  pour que nous revenions au Kosovo?=94 (mis en forme par Sandra Popovic/Emmanuelle Rivi=E8re) _____________________________________ =A9 Tous droits r=E9serv=E9s 2000 Le Courrier des Balkans - La presse ind=E9pendante des Balkans en fran=E7ais - (Le Courrier des Balkans n'est pas responsable des opinions formul=E9es par=  les auteurs des textes traduits) http://bok.net/balkans/ cdb@...