[Gisti-info] Lettre d'information du site web - 2018/10

From : gisti@... , the 6th March 2018 12:17
  • 2018-03-06 12:17:40 — gisti@... - [Gisti-info] Lettre d'information du site web - 2018/10

Cher·e·s Ami·e·s, Voici la lettre d'information du site Web du Gisti. Elle recense les  informations diffusées ces dernières semaines. *1) Actualité récente ------------------* - Dénonciation des dérapages à la Cour d’appel de Paris : le Gisti et la  Cimade persistent : Lettre ouverte à la première présidente de la Cour  d’appel de Paris / Action collective, le 1er mars 2018     Madame la Première présidente,     Vous avez bien voulu répondre, par un courrier du 22 février 2018     , à     nos interrogations      relatives aux conditions dans lesquelles une décision de votre cour,     rendue le le 9 février 2018 en méconnaissance manifeste des textes     applicables, avait pu être ensuite modifiée et enregistrée dans la     base de données juridiques Jurica de la cour de cassation.     Nous vous en remercions et nous souhaitons poursuivre cet échange,     tant pour lever tout malentendu quant au sens de notre démarche que     pour dissiper les doutes que votre réponse peut laisser subsister.     Après nous avoir apporté quelques explications, sur lesquelles nous     reviendrons ci-après, relatives au processus qui a conduit à ce que     vous identifiez comme une « erreur », vous avez souhaité observer, «     /au-delà des critiques qui sont formulées contre cette décision     isolée, que la chambre en charge du contentieux de la rétention     administrative et du maintien en zone d’attente des étrangers rend,     chaque année, plus de 5700 décisions, en conformité avec la     jurisprudence de la Cour de cassation, de la Cour de justice de     l’Union Européenne et de la Cour Européenne des Droits de l’Homme/ ».     Si pointait ici la critique d’une démarche qui se focaliserait à     tort sur une « décision isolée », nous tenons à souligner que le     grave vice de motivation affectant cette décision n’est pas un     incident unique.(...)     www.gisti.org/spip.php?article5871      - La rétention est utilisée pour punir les étrangers : Interview de  Patrick Henriot, publiée par Alternatives Économiques / le 28 février 2018     Cette interview de Patrick Henriot, membre du Gisti, réalisée par     Céline Mouzon, a été publiée le 23 février 2018 par le site de la     revue Alternatives Économiques     .     /La prolongation de la rétention inscrite dans le projet de loi     asile-immigration présenté le 21 février en Conseil des ministres     fonctionne comme un moyen de pénaliser ou de punir les étrangers     qu’on veut éloigner, estime Patrick Henriot, membre du Gisti et     ex-premier vice-président du TGI de Bobigny à la retraite. Fait sans     précédent pour cet ancien secrétaire national du Syndicat de la     magistrature, on légalise pour la première fois le placement en     rétention de personnes dont il n’est pas établi qu’elles soient en     situation irrégulière/     _Alternatives Économiques_ : Le projet de loi asile-immigration     prévoit d’augmenter la durée maximale en rétention d’un étranger en     situation irrégulière, de 45 jours, à 90 jours, voire à 135 jours     dans certains cas. Qu’est-ce que la rétention ?     _Patrick Henriot_ : La rétention est une privation de liberté à     l’encontre d’un étranger qui se trouve en situation irrégulière sur     le territoire français. Cette privation de liberté est décidée par     l’administration : c’est le point fondamental. En principe, la     privation de liberté est décidée par le juge judiciaire, gardien de     la liberté individuelle selon la Constitution [1]. Pour la     rétention, l’administration se passe de l’autorisation préalable     d’un juge. L’autre exemple d’une privation de liberté sans     autorisation préalable du juge est l’hospitalisation d’office sous     contrainte, l’hospitalisation forcée.     Cette privation de liberté ne peut être que d’une durée limitée.     Mais qu’entend-on par là ? L’hospitalisation d’office est valable     pendant 15 jours. Lorsque ce délai est atteint, l’administration     doit demander à un juge judiciaire d’en valider le principe et     éventuellement de la prolonger.     Il en va de même pour les étrangers en rétention. Le délai au terme     duquel l’administration doit faire valider sa décision est de 48     heures. Ce délai a fait l’objet de beaucoup de débats, notamment     parce qu’en 2011, la loi Besson l’avait étendu à cinq jours, avant     que la loi du 7 mars 2016 ne le ramène à 48 heures. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5870      - La France expulse vers la mort une personne porteuse du VIH / ODSE, le  22 février 2018     Pour la première fois depuis des années, l’administration française     a pris la décision d’expulser une personne malade porteuse du VIH     vers un pays où elle ne pourra pas être soignée. Cette expulsion     vers la mort a été décidée contre l’avis officiel que le médecin de     l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) avait     pourtant adressé au préfet compétent. Interpellés par des     associations et des citoyen.nes, les ministères de l’Intérieur et de     la Santé n’ont pas empêché cette expulsion.     La personne visée vivait en France depuis plus de 10 ans et avait     bénéficié de titres de séjour pour soins. Condamnée à une peine     d’emprisonnement, elle avait rencontré de grandes difficultés pour     faire renouveler son titre de séjour en raison de l’impossibilité     d’accomplir ce type de démarche depuis une prison. Un rendez-vous en     préfecture lui avait toutefois été accordé courant janvier 2018,     postérieurement à sa sortie prévue. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5868      - Contrôles au faciès : il est urgent d’agir ! / Action collective, le  21 février 2018     /Alors que quatre des policiers ont été renvoyés en correctionnelle     pour des violences commises sur 18 jeunes de 14 à 18 ans et que leur     procès va s’ouvrir ce mercredi matin au palais de justice de Paris,     les membres de la plateforme « En finir avec les contrôles au faciès     » réagissent aux vidéos sorties par Mediapart relatives aux actions     de patrouilles de police dans le XIIe arrondissement de Paris./     Mediapart et Le Monde ont publié le 14 février des images vidéo     prises par la camera-piéton d’une policière du XIIe arrondissement     de Paris. Sur la vidéo, on entend une agente ordonner à un groupe     d’enfants sur la voie publique : « Contre le mur… Contrôle de police     ! », et l’on voit ceux-ci se ranger face à un mur, bras et jambes     écartés. En dépit de leur jeune âge, il est évident qu’ils     connaissent déjà par cœur cette « position de contrôle », qui n’est     bien sûr prévue par aucun texte.     Dans une autre séquence, on entend une policière annoncer : « Ah,     mais il y a mon pote D. », avant d’aborder cette personne pour lui     faire subir un contrôle d’identité. Autre scène : un homme noir,     sortant de chez lui, est lui aussi contrôlé. Lorsqu’il demande     pourquoi, il se voit répondre : « Vous êtes là tout le temps ». Et     une autre encore : la caméra se détourne quelques instants au cours     d’un contrôle, et lorsqu’elle revient vers la scène, nous entendons     l’homme en train d’être contrôlé dire « vous faites quoi là ? Je     n’aime pas ce qu’on me fait là », puis « j’ai pas aimé là où on me     tape le cul ».     Cette fois, c’est une source policière qui révèle le caractère     humiliant de ces contrôles discriminatoires « de routine », dans des     vidéos exposant de manière très parlante ce que le sociologue     Emmanuel Blanchard qualifie de « cérémonie de dégradation ». Il ne     s’agit en effet nullement d’incidents isolés ou exceptionnels mais     de pratiques hélas routinières, qui ciblent certains citoyens comme     des individus suspects, indésirables ou étrangers sur la seule base     de leur apparence physique ou de leur origine supposée. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5867      - Mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s : pour une protection de l’enfance, immédiate,  pleine et entière / Action collective, le 20 février 2018     La mission bipartite (composée de ministères et de départements),     nommée par le Premier ministre, a rendu son rapport sur la réforme     du dispositif d’évaluation et d’accueil provisoire d’urgence des     mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s étranger⋅e⋅s.     Loin des considérations de protection de l’enfance, ce rapport     confirme la vision purement budgétaire et technocratique qui semble     animer les pouvoirs publics, n’utilisant même jamais le terme «     enfant » lui préférant celui de « flux ».     Tout en décrivant deux scénarios possibles, ce rapport semble     privilégier le transfert de compétences des missions d’évaluation et     d’hébergement d’urgence des départements vers l’État, ce qui     aboutirait à un régime discriminatoire à l’égard des jeunes exilé.e.s.     Nous nous opposons à ce transfert de compétences, les mineur⋅e⋅s     isolé⋅e⋅s devant relever de la protection de l’enfance et être     considéré⋅e⋅s avant tout comme des enfants et non comme des     étranger⋅e⋅s.     Les dysfonctionnements actuels proviennent essentiellement d’un     manque de moyens financiers et humains criant, avec pour conséquence     des évaluations empreintes de suspicion, des mises à la rue brutales     et/ou des conditions de prise en charge indignes. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5866      - Tour de passe-passe de la Cour d’appel de Paris : le Gisti et la  Cimade saisissent sa première présidente / Action collective, le 20  février 2018     A l’occasion d’une récente décision concernant le maintien en     rétention d’une demandeuse d’asile et de son bébé de treize mois, la     Cour d’appel de Paris réussit un triple exploit : commettre une     grossière erreur de droit, en prétendant que les juges ne sont pas     liés par les dispositions de la Convention européenne des droits de     l’homme, pourtant applicable par les tribunaux français depuis près     de quarante ans ; s’asseoir sur la jurisprudence de la Cour de     justice de l’Union européenne et de la Cour de cassation, qui a     récemment jugé qu’on ne pouvait placer une personne en rétention     dans le cas de figure qui lui était soumis ; et pour couronner le     tout dissimuler ces méfaits grâce à la diffusion d’une version     tronquée de son arrêt, différente de celle rendue en audience publique.     Avec ce tour de passe-passe, la Cour d’appel de Paris s’inscrit dans     une logique incarnée par la proposition de loi « permettant une     bonne application du régime d’asile européen », adoptée le 15     février , qui va     permettre aux préfectures de multiplier l’enfermement en rétention     des personnes dites « dublinées », et du projet de loi présenté par     le gouvernement ce 21 février      : évacuer discrètement     les demandeurs d’asile avant que leur demande ait été examinée. Pour     y parvenir, tous les moyens sont bons, y compris, pour la Cour     d’appel de Paris, valider des décisions d’enfermement prises par     l’administration au mépris du droit en vigueur.     Stupéfaits de constater à quelles extrémités cette logique     d’exclusion peut conduire, la Cimade et le Gisti ont décidé     d’interpeller la Première présidente de la Cour d’appel de Paris.     www.gisti.org/spip.php?article5865      - Pour mettre hors-la-loi le « délit de solidarité » : Argumentaire et  proposition d’amendement / Délinquants solidaires, le 19 février 2018     « /Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité     ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour     irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement     de cinq ans et d’une amende de 30 000 Euros/ ». Cette disposition     introduite dans la réglementation par le décret-loi de 1938 dans un     climat particulièrement xénophobe figure encore, quatre-vingt ans     après, dans le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du     droit d’asile (Ceseda, articles L. 622-1 et suivants).     Or cette pénalisation de l’aide à l’entrée et au séjour a été déviée     de sa cible. Elle était censée sanctionner les personnes et les     organisations qui font du passage illégal des frontières un business     hautement lucratif, exploitant les personnes étrangères qui     souhaitent entrer ou séjourner sur le territoire français. Mais elle     sert souvent de fondement à des poursuites, voire à la condamnation,     d’aidant⋅e⋅s solidaires qui ne tirent aucun profit de leurs actions,     seulement dictées par le refus de laisser les personnes sur le bord     de la route. Il s’agit de ce que les associations ont dénommé «     délit de solidarité ». (...)     www.gisti.org/spip.php?article5864      - D’une réforme à l’autre, l’asile en danger / CFDA, le 13 février 2018     /Alors qu’une nouvelle réforme de l’asile et de l’immigration se     prépare, sans qu’aucune évaluation de la précédente réforme n’ait     été faite par les pouvoirs publics, la Coordination Française du     droit d’asile (CFDA) publie aujourd’hui le rapport « D’une réforme à     l’autre, l’asile en danger »./     Moins de deux ans et demi après l’entrée en vigueur de la loi     relative à la réforme de l’asile de 2015 et alors qu’aucune     évaluation n’a été menée par les pouvoirs publics, la CFDA confronte     les principales mesures qu’elle contient avec la situation concrète     des personnes qui demandent l’asile en France.     Sur la base de leurs actions quotidiennes aux côtés de ces     personnes, les associations membres de la CFDA mettent en évidence,     dans ce rapport, une nette dégradation de leur situation à toutes     les étapes de leur parcours.     Alors que le nombre de demandes d’asile n’a jamais été aussi     important en France, le rapport de la CFDA va à l’encontre de     l’analyse du gouvernement : la dite « crise migratoire » n’est pas     la cause des multiples dysfonctionnements qui caractérisent la     procédure d’asile. Ces dysfonctionnements sont dus à l’inadaptation     des pratiques administratives ainsi qu’à une gestion de l’urgence     qui a contribué à rendre opaque et incompréhensible le dispositif     procédural et d’accueil des personnes. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5853      - La ville de Lille et l’État condamnés pour l’expulsion illégale des  habitants d’un bidonville / Action collective, le 12 février 2018     La ville de Lille et l’État ont été condamnés, le 6 février, par le     juge des référés du tribunal de grande instance de Lille, à réparer     le préjudice causé par l’expulsion illégale, le 3 novembre dernier,     de 15 personnes vivant dans un bidonville. Cette décision rappelle     que les propriétaires de terrains, quels qu’ils soient, ne peuvent     porter atteinte au droit de toute personne à la protection de son     domicile mais doivent recourir à l’intervention du juge comme prévu     par la loi.     Plusieurs familles en situation de précarité — dont celle qui a     porté l’affaire en justice — avaient été expulsées par les polices     municipale et nationale, sans qu’aucune décision de justice ne l’ait     ordonné, alors qu’elles habitaient ce terrain vide (propriété de la     ville de Lille) depuis trois semaines, faute d’une autre solution de     logement digne.     Cette décision sanctionne la pratique, trop fréquente, des     expulsions de bidonvilles réalisées sans autorisation de la justice,     y compris pendant la trêve hivernale, pratique que les autorités     prétendent à tort justifier en prétextant un « flagrant délit ».     Ces dérives s’inscrivent dans une logique récurrente d’expulsions de     bidonvilles, qui prive leurs habitants du peu de stabilité qui avait     pu s’y instaurer, de leurs biens et du lien avec ceux qui les     accompagnent, les renvoyant ainsi à des conditions de vie plus     précaires encore. (...)     www.gisti.org/spip.php?article5851      - Gisti, LDH : Le gouvernement est responsable du sort de Kamel Daoudi /  Action collective, le 12 février 2018     Maintenir un homme sous le régime d’assignation à résidence pendant     dix ans et faire voter discrètement une modification de la loi afin     d’encore prolonger cette situation n’est pas acceptable. Depuis     2008, après avoir purgé une peine de six ans de prison pour avoir     projeté un attentat contre l’ambassade des Etats-Unis en France et     avoir été déchu de sa nationalité française, Kamel Daoudi a changé 5     fois de lieu de résidence. Il est astreint à un couvre-feu, doit     pointer 4 fois par jour à la gendarmerie et vit séparé de sa femme     et de ses enfants, sans pouvoir travailler et sans revenus.     Les autorités de la République infligent ainsi une véritable mort     civile à un homme au prétexte qu’elles ne peuvent l’expulser.     Désavoué par le Conseil Constitutionnel, le gouvernement, avec la     complicité d’un Sénat et d’une Assemblée qui deviennent coutumiers     du fait, tente de contourner la décision rendue par le Conseil     Constitutionnel au moyen d’une modification du Code de l’entrée et     du séjour des Etrangers destinée spécifiquement à perpétuer le     régime subi par Kamel Daoudi.     www.gisti.org/spip.php?article5850      *2) Nouvelle/s publication/s ------------------* - Mariage, divorce, filiation des personnes étrangères en France : Quel  juge saisir, quelle loi applicable ?  / Cahier juridique      Dans certains litiges en droit des personnes et de la famille, des     personnes étrangères qui résident habituellement en France ou des     Français·es vont avoir à se poser des questions liées à leur     « statut personnel » :       * Quelle est la loi qui s’applique dans telle affaire ? La loi         française ? Une loi étrangère ?       * Doit-on saisir un tribunal français ou bien d’un autre pays ?       * Est-ce que telle décision prise par une juridiction étrangère         s’applique sur le sol français ?     Cette publication s’efforce d’exposer de la manière la plus claire     possible les règles du droit international privé qui répondent à ces     questions.     Dans ce cahier juridique, les règles dites « de conflit » sont     présentées par thèmes : minorité et majorité, mariage, divorce,     droits et obligations des époux, règles sur la filiation, sur les     obligations alimentaires, sur les successions. À chaque fois, est     indiqué le mode de raisonnement à adopter pour résoudre un problème     concret.     janvier 2018, 36 pages, 15 €     Sommaire      Commander le livre          ou l'ebook      Publications précédentes :     Cahier juridique « Singularités du droit des personnes étrangères     dans les Outre-mer  »     Commander le livre          ou l'ebook          « Villes et hospitalités      », /Plein droit/ n° 115     Commander le livre      ou     l'ebook          Hors-collection « Atlas des migrants en Europe      », 3e édition, Migreurop     Penser l’immigration autrement « Faillite de l’État de droit ?     l’étranger comme symptôme  »     Présentation & sommaire          Commander le livre          ou l'ebook          Note pratique « À jour de la réforme Puma (Protection universelle     maladie)  : La prise en charge des frais de santé des personnes     étrangères par la sécurité sociale      », Co-édition Comede, Gisti     Commander le livre          ou l'ebook          « L’Europe et ses voisins : marchandages migratoires      », /Plein droit/ n° 114     Commander le livre          ou l'ebook          Note pratique « Comment bénéficier de l’aide juridictionnelle ?      », 2e édition     Commander le livre          / PDF gratuit      Note pratique « Résidence de longue durée et mobilité dans l’Union     européenne : carte de résident longue durée-UE      », 2e édition     Commander le livre          / PDF gratuit      Cahier juridique « Les droits des étudiantes et des étudiants     étrangers en France  »     Commander le livre          ou l'ebook          « Exploitations  »,     /Plein droit/ n° 113     Commander le livre      ou l'ebook          Hors-collection « Droits des habitants de terrain en procédure     d’expulsion : rappel de la législation en vigueur et avancées     législatives récentes  »,     Fondation Abbé Pierre, Amnesty International France, CNDH Romeurope,     ASAV, Parcours d’Exil, Jurislogement, Gisti et Acina     Télécharger le PDF      Guide pratique « Le guide de l’entrée et du séjour des étrangers en     France  », 10e édition     Commander le livre          Cahier juridique « La procédure d’asile en France      »     Commander le livre          ou l'ebook          « Travailleurs sociaux précarisés, étrangers maltraités      », /Plein droit/ n° 112     Commander le livre          ou l'ebook          Hors-collection « Étrangers quels droits ?      », éditions Dalloz,     collection « À savoir »     Cahier juridique « Droit des étrangers en France : Ce que change la     loi du 7 mars 2016  »,     Co-édition ADDE / Anafé / Fasti / Gisti / La Cimade / LDH / Mom /     ODSE / Saf / SM     Commander le livre          ou l'ebook          Note pratique « Que faire après une obligation de quitter le     territoire français ou une interdiction d’y revenir ?      », 2e édition     Commander le livre          / PDF gratuit      « Quelle « crise migratoire » ?      », /Plein droit/ n° 111     Commander le livre      ou     l'ebook          [ Toutes les publications  ] *3) Les Formations à venir ------------------* - 12 mars 2018 - *La situation juridique des personnes étrangères :  l’entrée et le séjour* [Session de 5 jours (35H)]     I. Introduction générale au droit des étrangers —II. L’entrée en     France : Visas ; Autres conditions à remplir pour un court séjour ;     Cas pratique —III. Le séjour en France : Généralités sur les titres     de séjour ; Carte « retraité » ; Cartes de séjour temporaire (CST) ;     Carte de séjour temporaire « vie privée et familiale » (délivrance     de plein droit et cas de délivrance discrétionnaire) ; Demande à la     préfecture (présentation, enregistrement, instruction) ; Carte de «     résident » et carte de « résident longue durée CE » ; Le     regroupement familial (champ d’application, conditions requises,     procédure, remise en cause du regroupement familial) —IV. Le travail     : Accès au marché de l’emploi ; Autorisations de travail salarié ;     Admission exceptionnelle : l'accès au travail des personnes sans     papiers —V. L’accompagnement des démarches d’admission au séjour :     Repères pour une évaluation globale de la situation ; Lien à faire     entre une demande d'admission au séjour et l'exercice d'autres     droits (sociaux) —VI. Le droit d’asile : Contexte et cadre juridique     ; Règles de procédure et les principes liés à la protection     individuelle ; Admission sur le territoire français ; Procédures «     normale » et « prioritaire » ; Aide au récit ; Droits respectifs et     droits sociaux —VII. Le refus de séjour : mesures d’éloignement :     Principales mesures d’éloignement : l'obligation à quitter le     territoire français et l'interdiction de retour (catégories     protégées, délais) ; Recours et aide juridictionnelle (OQTF avec et     sans délai) ; Exécution des mesures d’éloignement : rétention,     assignation à résidence et bracelet électronique —VIII. Étude de cas     pratiques     Détails de la formation      / Inscription  - 22 mars 2018 - *La protection sociale des personnes étrangères*  [Session de 2 jours]     I. Introduction : Protection sociale en France ; Accès des étrangers     à la protection sociale : problèmes spécifiques ; Hiérarchie des     normes et instruments internationaux —II. L’accès des étrangers à la     protection sociale : les points clefs : Condition de nationalité ;     Condition de résidence en France ; Condition de régularité du séjour     ; Condition portant sur l'entrée en France des enfants ; Condition     d’ancienneté de présence ou de durée de résidence préalable —III. La     protection maladie : Architecture du système et principe de     fonctionnement ; Conditions pour les personnes étrangères ; Autres     systèmes de financement des soins ; Étude de cas pratiques —IV.     Prestations familiales et prestations assimilées : Condition de     résidence en France (allocataire, enfants) ; Condition de charge     effective et permanente de l'enfant ; Condition de régularité de     séjour de l’allocataire étranger ; Condition portant sur l'entrée en     France de l'enfant étranger ; Rétroactivité des droits aux     prestations pour les personnes étrangères obtenant le statut de     "réfugié" ; Rétroactivité de tous les droits sociaux à la date de     reconnaissance du droit au séjour par une juridiction administrative     —V. Le revenu de solidarité active (RSA) : Condition de régularité     de séjour / condition d'antériorité de résidence ; Cas pratiques     pour contester la durée de résidence préalable de 5 ans —VI.     Retraite (base et complémentaire), minimum vieillesse (ASPA) et     minimum invalidité (ASI) : Pension de retraite versée par lé régime     de base de la sécurité sociale ; Pensions de retraite complémentaire     versée par les régimes complémentaires ; Minimum vieillesse     (allocation de solidarité aux personnes âgées - ASPA) ; Minimum     invalidité (allocation supplémentaire d'invalidité - ASI) —VII.     Comment contester les pratiques et les décisions des organismes de     protection sociale : les différents contentieux en matière de     sécurité sociale et d'aide sociale     Détails de la formation      / Inscription  - 29 mars 2018 - *Le travail salarié des personnes étrangères* [Session  de 2 jours]     I. Introduction : Évolution de la législation sur le travail ;     Rappel des règles générales ; Restriction dans l’accès à certains     emplois —II. L’accès au marché de l’emploi : Obligation de disposer     d'une autorisation de travail ; Titres de séjour donnant droit au     travail —III. Les titres de séjour délivrés sur le fondement du     travail salarié : Principaux titres de séjour permettant l'exercice     d'une activité salariée ; Quelques catégories particulières —IV.     L’autorisation de travail salarié : Procédure de demande ; Recours     contre un refus de délivrance —V. Le renouvellement de     l’autorisation de travail salarié : Conditions générales de     renouvellement d'une autorisation de travail ; Difficultés pouvant     se poser au moment du renouvellement —VI. L’admission exceptionnelle     au séjour par le travail : Possibilités de régularisation     exceptionnelle pour le sans-papiers ; Risques encourus ; Procédure à     mettre en œuvre et statut pendant l'instruction de la demande —VII.     L’absence d’autorisation de travail : L’emploi sans titre de séjour     et/ou de travail ; Conséquences pour l’employeur ; Les droits des     sans papiers     Détails de la formation      / Inscription  - 17 mai 2018 - *Le droit de la nationalité française* [Session de 2 jours]     —I . Attribution de la nationalité française : A/ Le « droit du sang     » La loi applicable et principes : article 17 et suivants du code     civil ; L’établissement de la filiation Les conflits de loi / mode     de preuve de la loi étrangère ; La validité des actes d’état civil     étrangers ; ; B/ Le « droit du sol » Le Principe du double droit du     sol et exception ; Apatridie / nationalité non dévolue —II.     Acquisition de la nationalité : A/ Naissance et résidence en France     : article 21-7 du code civil B/ Déclaration acquisitive : Mariage,     ASE , possession d’état, adoption C/ Naturalisation —III.     Contentieux de la nationalité : A/ Contentieux judiciaire La preuve     de la nationalité française : valeur du certificat de nationalité     française (CNF) ; Déroulement de la procédure ; B/ Contentieux     administratif Recours hiérarchique obligatoire ; Recours devant le     tribunal administratif     Détails de la formation      / Inscription  - 11 juin 2018 - *La situation juridique des personnes étrangères :  l’entrée et le séjour* [Session de 5 jours (35H)]     I. Introduction générale au droit des étrangers —II. L’entrée en     France : Visas ; Autres conditions à remplir pour un court séjour ;     Cas pratique —III. Le séjour en France : Généralités sur les titres     de séjour ; Carte « retraité » ; Cartes de séjour temporaire (CST) ;     Carte de séjour temporaire « vie privée et familiale » (délivrance     de plein droit et cas de délivrance discrétionnaire) ; Demande à la     préfecture (présentation, enregistrement, instruction) ; Carte de «     résident » et carte de « résident longue durée CE » ; Le     regroupement familial (champ d’application, conditions requises,     procédure, remise en cause du regroupement familial) —IV. Le travail     : Accès au marché de l’emploi ; Autorisations de travail salarié ;     Admission exceptionnelle : l'accès au travail des personnes sans     papiers —V. L’accompagnement des démarches d’admission au séjour :     Repères pour une évaluation globale de la situation ; Lien à faire     entre une demande d'admission au séjour et l'exercice d'autres     droits (sociaux) —VI. Le droit d’asile : Contexte et cadre juridique     ; Règles de procédure et les principes liés à la protection     individuelle ; Admission sur le territoire français ; Procédures «     normale » et « prioritaire » ; Aide au récit ; Droits respectifs et     droits sociaux —VII. Le refus de séjour : mesures d’éloignement :     Principales mesures d’éloignement : l'obligation à quitter le     territoire français et l'interdiction de retour (catégories     protégées, délais) ; Recours et aide juridictionnelle (OQTF avec et     sans délai) ; Exécution des mesures d’éloignement : rétention,     assignation à résidence et bracelet électronique —VIII. Étude de cas     pratiques     Détails de la formation      / Inscription  - Pour en savoir plus :   * Toutes les formations    * Plaquette détaillée : Formations 2018      (PDF, 196.6 ko)   * Formations sur site  *4) Dossiers ------------------* - *Projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile  effectif » * [Mise à jour le  5 mars 2018]     Cette rubrique du site du Gisti a pour objet de vous présenter     toutes les étapes de la genèse de la future loi réformant le Code de     l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda).     Elle est complétée au fil de l’actualité avec les versions     successives du texte, des consolidations du Ceseda permettant de     mieux se rendre compte de l’impact du texte sur la législation     actuelle, des avis d’autorités indépendantes, mais aussi des     communiqués et analyses d’organisations militantes, ainsi qu’une     liste non exhaustive d’articles de presse.     Nous vous invitons donc à la consulter régulièrement :     https://www.gisti.org/projetdeloi2018 - *Proposition de loi « permettant une bonne application du régime  d’asile européen » (Dublin, assignation à résidence)  *[Mise à jour le 26 février  2018]     Cette proposition de loi a été adoptéele jeudi 15 février 2018 en     seconde lecture par les député⋅e⋅s après discussion publique (TA n° 90).     Le Conseil Constitutionnel aura à se prononcer dans le courant du     mois de mars en réponse à la saisine effectuée par plus de soixante     sénateurs socialistes contre ce texte. - Pour mettre hors-la-loi le « délit de solidarité »      Lorsqu’un décret-loi du 2 mai 1938 a créé un nouveau délit     applicable à « Tout individu qui par aide directe ou indirecte aura     facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour     irréguliers d’un étranger », un manifeste intitulé « Nous ne nous y     plierons pas ! » proclamait « les soussignés déclarent qu’ils ne     tiendront personnellement aucun compte d’un décret-loi illégal,     inhumain, contraire aux plus nobles traditions de notre pays » [8].     Ce même délit a cependant été repris par la législation française,     exactement dans les mêmes termes, de 1945 à ce jour. Depuis     quatre-vingt ans, il est (...) - Campement Canal Saint-Martin      Photos d’un campement d’exilés en plein hiver (8 février 2017) alors     qu’au même moment les pouvoirs publics s’expriment sur l’accueil des     réfugiés et sur le plan grand froid à Paris : Sur les mêmes     thématiques : Manifestation Migrants : « Où est la liberté ? Où est     l’égalité ? », Samedi 21 octobre 2017 Porte de la chapelle - Paris :     Migrants / réfugiés / demandeurs d’asile - 21 juin 2017 Porte de la     Chapelle - Solidarité avec les migrants - 25 février 2017 - Action     des Tailleurs de pierres Manifestation « Migrant-es bienvenue », 26     novembre 2016 Camp Migrants Stalingrad - Paris (...) *5) Jurisprudences ------------------* - Mayotte : faut-il choisir un référé-liberté contre une OQTF sans délai  et une saisine du JLD sur la rétention ?  *6) Droit ------------------* Le Ceseda du Gisti (v. 1er septembre 2017) :     www.gisti.org/ceseda  - Arrêté du 21 février 2018 fixant la liste des diplômes et  certifications attestant le niveau de maîtrise du français requis, pour  l’obtention d’une carte de résident ou d’une carte de résident portant  la mention « résident de longue durée – UE » (NOR : INT/V/18/05032/A)     www.gisti.org/spip.php?article5873      | /Séjour     / |  - Information du 26 février 2018 relative au niveau de connaissance de  la langue française requis, à compter du 7 mars 2018, pour la délivrance  d’une carte de résident ou d’une carte de résident portant la mention  « résident de longue durée - UE ». (NOR : INTV1804752J)     www.gisti.org/spip.php?article5874      | /Séjour     / |  - Instruction ministérielle du 12 janvier 2018 relative à la réduction  des délais d’enregistrement des demandes d’asile aux guichets uniques  (NOR : INT/V/18/00126/N)     www.gisti.org/spip.php?article5849      | /Asile     / |  - Instruction du 12 janvier 2018 relative à la réduction des délais  d’enregistrement des demandes d’asile aux guichets uniques (NOR :  INTV1800126N)     www.gisti.org/spip.php?article5847      | /Asile     / |  Par ailleurs, la rubrique /Protection sociale des étrangers/   fait en l'objet de très  nombreux ajouts, ventilés entre à peu près toutes ses sous-parties. *7) Les rubriques du site ------------------* - Rester informé·e :     La liste de diffusion Gisti-Info@...          Flux RSS  & Ical          Blog Mediapart          Facebook     Twitter      - Aider le Gisti     www.gisti.org/don  - Adresses (administrations, organisations, collectifs de sans-papiers)     www.gisti.org/adresses  - Communiqués et actions     www.gisti.org/idees  - Dossiers     www.gisti.org/dossiers  - Modèles de lettres et recours     www.gisti.org/modeles  - Publications ?     Collections  / Catalogue     complet      Index de la revue /Plein droit/ : auteurs      / mots clés          www.gisti.org/commandes      www.gisti.org/abonnement      (abonnements)     www.gisti.org/diffusion  (diffusion     en librairie)     www.cairn.info/revue-plein-droit.html      (achat d'articles à     l'unité) - Tous les textes     www.gisti.org/droit-textes  - Formations     www.gisti.org/formations  - Moteur de recherche     www.gisti.org/recherche  - Boutique en ligne     https://boutique.gisti.org     T-shirts, Sacs, Affiches, etc. :     https://boutique.gisti.org/papeterie-textile-et-musique À bientôt. Le Gisti [5874] La newsletter Gisti-info   Les  fils RSS du Gisti     Blog du Gisti sur Médiapart    Page Facebook du Gisti    Page Twitter du Gisti