[IACAM !]Week-end 1er Mai à la Rétive: "Contre le travail: luttes, solidarité & internationalisme"

From : iacam@... , the 26th April 2015 10:15
  • 2015-04-26 10:15:30 — iacam@... - [IACAM !]Week-end 1er Mai à la Rétive: "Contre le travail: luttes, solidarité & internationalisme"

WEEK-END PREMIER MAI CONTRE LE TRAVAIL : LUTTES, SOLIDARITÉ ET INTERNATIONALISME ! ** VENDREDI 1er MAI -             12h30 - Apéro-Aïoli après la manif             14h30 - Débat-retour historique sur le 1er mai             15h30 à 20h – Projection - La mise à mort du travail Discussion et petit retour historique (14h30) LE PREMIER MAI, LUTTE, FÊTE ET INTERNATIONALISME 1er mai 1886, le mouvement pour la journée de 8 heures est lancé aux  États-Unis. Une grève à Chicago est réprimée par les milices patronales,  plusieurs ouvriers sont tués. Le 4, lors d'une manifestation   de solidarité une bombe éclate tuant 12 policiers. 8 anarchistes en  seront accusés et condamnés à mort. En 1889, l'Internationale socialiste  appelle à une journée de lutte le 1er mai. Cette mobilisation annuelle se perpétuera, devenant traditionnelle et  festive mais obtenue par la seule volonté des prolétaires. Ces  travailleurs qui, par son intermédiaire, se sont reconnus les uns les  autres, par-delà les frontières de professions, de langues, et même de  nationalités, comme une classe unique, en décidant délibérément, une  fois par an, de ne pas travailler. Comme il a été dit en 1893 : « C’est  le sentiment du congé de Mai, du repos pris sur le travail que craignent  nos adversaires. C’est ce qu’ils perçoivent comme étant révolutionnaire.  » Projection - LA MISE À MORT DU TRAVAIL (15h30 à 20h) Jean-Robert Viallet, 2009, doc. en 3 parties de 68 min. : Ce documentaire n'est pas un film sur la souffrance au travail, les  malversations de telle ou telle entreprise, ou de certains supérieurs  tyranniques etc. La crise révèle des problèmes beaucoup plus profonds,  mettant en cause le système d'exploitation lui-même. 1/ La destruction - Dans les supermarchés comme dans bien d'autres  secteurs, les objectifs de productivité et les méthodes de management  poussent les salariés au-delà de leurs limites. C'est ce que révèlent  les histoires d’hommes et de femmes chez les psychologues, médecins du  travail, à l’Inspection du Travail ou au conseil de prud’hommes. 2/ L'aliénation - En France, 3 salariés sur 4 travaillent dans les  services. Comme chez Carglass, les mots d'ordre - satisfaction des  clients et esprit d'équipe - poussent les travailleurs à se mettre en  concurrence, se surveiller... 3/ La dépossession - Fabricant industriel de matériel de manutention né  en France il y a 150 ans, Fenwick est racheté en 2006 par un financier  américain. Avec ce rachat, pour les salariés français de Fenwick, la  donne va radicalement changer. Cette même histoire se déroule dans des  milliers d'entreprises à travers le monde... ** SAMEDI 2 MAI -            18h30 - Projection Ouvrier c'est pas la classe (18h30)            20h30 - Débat sur les résistances au travail avec Marcel  Durand                    auteur et ancien ouvrier de chez Peugeot (20h30) Projection - OUVRIER... C'EST PAS LA CLASSE. les mutations de la classe ouvrière (18h30) Patrick Jan, 2002, 52 min. En 1978 Peugeot employait jusqu’à 42 000 personnes. Vingt-trois ans plus  tard, les salariés permanents de l’usine ne sont plus que 18 000, plus  environ 5000 intérimaires. Ce film décrit les mutations du monde ouvrier observées depuis Sochaux-  Montbéliard, où Peugeot et ses entreprises de sous-traitance sont en  situation de mono employeurs. Plusieurs générations, dans une même  famille, ont passé leurs vies sur les chaînes de montage automobile.  Mais au fil du temps et avec l’évolution du contexte socio-économique,  les comportements et les réactions ont changé au sein de la classe ouvrière, ainsi que les mentalités : la logique individualiste  et de concurrence prime désormais chez les jeunes ouvriers et prend la  place des réflexes de solidarité. Un de ces jeunes, qui, depuis quatre ans, enchaîne les missions  d’intérim, témoigne de ses «galères»: « Ouvrier... c’est pas la classe !    » Discussion - RÉSISTANCE ET CONTRE CULTURE OUVRIÈRE (20h30) Débat avec Hubert Truxler (alias Marcel Durand) ouvrier retraité après  30 ans sur les chaînes de Peugeot et auteur de Grain de sable sous le  capot. Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de  Peugeot (1972-2003), Agone, 2006. "Je prenais des notes à l’occasion d’événements marquants : prises de  gueule avec le chef, rigolades entre collègues, débrayages, grèves. Je  voulais garder une trace de cette vie à la chaîne, décrire l’ambiance du  travail. Pour moi. Pour les copains de galère aussi. [...] Huit heures  par jour au boulot, ce n’est pas rien. Même si on résiste, la chaîne  déteint sur nous. [...] On laisse des plumes au boulot. Plusieurs  copains y ont laissé leur peau." Travailleur récalcitrant et conscient qu’il vaut autant que les autres,  Hubert Truxler raconte la vie au jour le jour d’un Ouvrier Spécialisé et  comment l’usine ne cesse d’exercer sa violence. Avec lui nous verrons  comment une résistance, à la fois spontanée et organisée, se manifeste  sous des formes toujours nouvelles face aux « innovations  » du  management. Bibliothèque La Rétive 42 rue du faubourg d'Auvergne - Alès Permanence tous les mercredis et samedis de 14 à 19 heures laretive-at-riseup.net - https://laretive.info S'abonner/se désabonner à la liste d'infos:  https://lists.riseup.net/www/info/laretive-infos