[IACAM !]Communiqué de la CLE : L'énergie et notre avenir. A propos de la guerre d'ener...gît à Clermont

From : iacam@... , the 14th December 2014 18:08
  • 2014-12-14 18:08:48 — iacam@... - [IACAM !]Communiqué de la CLE : L'énergie et notre avenir. A propos de la guerre d'ener...gît à Clermont

-------- Message original -------- Objet: Communiqué de la CLE : L'énergie et notre avenir. A propos de la  guerre d'ener...gît à Clermont Date: 2014-12-13 00:21 De: cle@... À: L’énergie et notre avenir À propos de la guerre d’ener…gît à Clermont-Ferrand Pour rappel : fin août, un technicien ERDF, réquisitionné par la  préfecture, était venu couper le jus au Guantanamo, sous prétexte qu’on  volait l’électricité. Afin de sécuriser les habitant-e-s qui allaient  passer l’hiver dans le bâtiment, nous avons jugé que le seul moyen de  remettre le jus de manière pérenne était  de payer une partie de la  somme réclamée pour régulariser notre situation. Le service contentieux  a accepté la démarche, nous avons commencé à payer et malgré ça, ERDF  refuse toujours de remettre l’électricité : « danger de mort imminent »  qu’ils disent. Comme si on ne pouvait pas mourir de froid… Pour le deuxième bâtiment ouvert, La Crochette, on s’est dit qu’on  allait essayer de ne pas nous retrouver dans la même situation. C’est  pourquoi nous avons pris la décision de souscrire un contrat avec un  fournisseur officiel : Enercoop, « énergie citoyenne et militante ».  (Comment a-t-on pu être si naïf ? Avec un nom comme ça on aurait du se  douter que ça allait mal se passer !) A 9h le mardi 9 décembre, ERDF  intervient pour ouvrir officiellement la ligne ; le même jour à 13h,  ERDF intervient à nouveau pour couper le jus depuis l’extérieur du  bâtiment. La surprise passée, on commence à rassembler des informations.  On apprend que c’est l’OPHIS, propriétaire du bâtiment, qui a fait  pression sur ERDF. Dès le lendemain, frais et dispos – surtout frais –  on va chez ERDF pour demander des explications et exiger qu’on nous  remette l’électricité. On nous répond, après plus de deux heures et  demie de pourparlers et de tergiversations, que tant que le propriétaire  ne donnera pas son accord, la remise du courant est impossible. Du coup,  le lendemain, jeudi 11 décembre, on refait la même à l’OPHIS, dont  l’ensemble du personnel a réussi à s’auto-prendre en otage, nous  enfermant dehors et refusant de nous rencontrer. On commençait à se dire  qu’on allait passer l’hiver dans le froid… et là surprise ! Le vendredi  12 décembre au matin, ERDF revient pour remettre l’électricité. Est-ce  grâce à nos menaces de porter plainte, à la mobilisation immédiate ou à  nos têtes de dangereux-ses terroristes ? Quoi qu’il en soit, on écrit  aujourd’hui ce communiqué éclairé-e-s à l’énergie nucléaire ! Ouvrir un squat autonome, dans n’importe quelle ville, c’est défier  l’Etat. Et dans chaque ville, l’Etat choisit sa stratégie. A Lyon, Caen  ou Toulouse, ce sont des expulsions sauvages. Ici, c’est tenter de nous   faire partir en nous coupant l’eau et l’électricité, toutes les  institutions main dans la main. Malheureusement pour eux, nous avons  pris un engagement : ne jamais reculer. Leur stratégie de siège ne nous  fera pas partir. On vient de gagner une bataille, la prochaine se profile à l’horizon. On  a rendez-vous jeudi prochain au tribunal pour la première comparution  dans le cadre du procès d’expulsion de la Crochette. Avec RAGE et JOIE !   Tous-tes devant le Palais de Justice de Clermont-Ferrand (place de  l’Etoile) le jeudi 18 décembre à 8h30 pour soutenir la CLE