[IACAM !] Octobre 1956

From : iacam@... , the 29th October 2015 17:29
  • 2015-10-29 17:29:12 — iacam@... - [IACAM !] Octobre 1956

Salut, Plus fort que les émeutes de 2005 en France, la Hongrie en 1956 ! Les surréalistes surent rendre hommage comme il le fallait aux insurgés hongrois malgré l’emprise stalinienne de l’époque sur les mentalités. Cette dernière grande insurrection ouvrière de l’histoire avec constitution de conseils ouvriers et visée explicite de gestion de la production et de la société par les travailleurs enthousiasma les camarades révolutionnaires de Socialisme ou Barbarie tout comme les émeutes des étudiants et la grève générale ouvrière de Mai 68 enthousiasmèrent ceux de l’Internationale Situationniste (et d’autres !). Ce sont eux qui, sur le moment, firent les meilleures analyses, les plus précises, les mieux informées, sur cette insurrection, ce qu’elle signifiait, ce qu’elle impliquait : http://archivesautonomies.org/IMG/pdf/soub/SouB-n20.pdf Ils revinrent sur ces événements dans les deux numéros suivants de leur revue : http://archivesautonomies.org/IMG/pdf/soub/SouB-n21.pdf http://archivesautonomies.org/IMG/pdf/soub/SouB-n22.pdf 20 ans plus tard, à 54 ans, Castoriadis en parlait toujours avec autant de passion et d’enthousiasme : https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf/pdf_pdf_LaSourceHongroise_Castoriadis-Arendt_.pdf http://acontretemps.org/spip.php?article155 Il y a eu de belles révoltes des jeunes et des femmes contre les hiérarchies sociales vermoulues et contre les rapports autoritaires patriarcaux (qui faisaient encore de la résistance) pendant les années 60 et 70 en Occident, il y avait une moralité, des barrières moyenâgeuses, des carapaces caractérielles parentales à abattre pendant ces années-là. Il y a eu aussi de belles et grandes grèves ouvrières, générales ou non, sauvages ou non,  en Europe et en Amérique pendant toutes ces années. Mais nulle part il n’y a eu de nouveau de telles visées gestionnaires explicites de la société par les travailleurs depuis lors, pas plus en Mai 68 en France que dans les années 70 en Italie, en 1974 au Portugal, en 1976/1977 en Espagne ou en 1980 en Pologne… Ces désirs d’autogestion, de gestion ouvrière, d’autonomie collective, etc… n’étaient plus présents que dans les têtes (et les textes), de certains « intellectuels » ou dans celles des révoltés et des « révolutionnaires » les plus conséquents et cohérents de l’époque (pas toujours les plus lucides…), très rarement ou exceptionnellement dans celles des travailleurs ou des ouvriers, en rupture de classe ouvrière le plus souvent… Il en est de même depuis le début des années 80 au niveau planétaire… La multiplication des révoltes et des émeutes partout sur la planète depuis un bonne trentaine d’années (on est bien dans «le temps des émeutes » comme l’avaient bien vu certains au début des années 90) n’infirme pas hélas ces constatations : Le système capitaliste, c’est sa logique, détruit les communautés, les liens sociaux, plonge les gens dans la précarité, la misère, la solitude, l’exclusion, la confusion, le, chaos mental, etc…. Ceux qui se révoltent actuellement, et qui vont continuer à se révolter de façon nihiliste de plus en plus violemment et de plus en plus souvent, s’insurgent d’abord, en général, contre le fait de subir ces exclusions, d’être exclus de la société de consommation, contre le fait que ce système est incapable de tenir les promesses, qu’il a répandues faussement, et su faire miroiter/ accepter, d’intégration, de promotion ou de réussite sociales auxquelles la grande majorité des dominés, notamment tous ceux qui ont fait ou font des « études » (80 à 90% des classes d’âge aujourd’hui en Occident…) ont bien voulu croire et veulent bien croire encore, et non pour abattre ce système, ou si peu, le remplacer par un autre plus rationnel, plus juste ou plus bénéfique pour eux-mêmes… Les dégâts, profonds, passés et présents, du stalinisme, de la société de consommation et de l’individualisme moderne sur les consciences de la grande majorité de nos contemporains semblent, pour le moment encore, empêcher toute possibilité d’une renaissance d’un désir partagé par le plus grand nombre d’un monde, concret et réel, de justice et d’égalité pour tous, partout… Conclusion en forme de vœu pieux donc : Avant de tout casser ou de massacrer tout le monde autour de toi, ce qui est parfois légitime et qui peut être parfois compréhensible dans ce monde indécent et révoltant d’injustices monstrueuses, chauffe ta cervelle Marcel ! (Marcel, c’est une bombe humaine, y en a plein dans les banlieues d’ Amérique, bourgeoises ou non… plein dans nos banlieues et les bidonvilles de la planète…) Bonne lecture au cas où. Cordialement. Henri [Afficher l'image d'origine] PS : Mississippi John Hurt ! Ramasseur de coton toute sa chienne de vie et véritable artiste plein d’élégance et de dignité : https://www.youtube.com/watch?v=9gytJemzNTM https://www.youtube.com/watch?v=tvJrkQf-w-c Un autre à vous donner la chair de poule : https://www.youtube.com/watch?v=DB7C7BgxEWw MISSISSIPPI JOHN HURT Avalon Blues: The Complete 1928 Okeh Recordings [Epic/Legacy, 1996] Although Hurt was beloved in his time--from his first Northern gigs in 1963 at age 69 until his death at 73--his story isn't the stuff of blues legend. A lifelong sharecropper who raised 14 kids with one woman, he was the least dangerous-looking of the '60s rediscoveries, which is one reason folkies found him so irresistible. But however suspect hardboiled postmoderns may find his rep, his music is damn near unique. The school of John Fahey proceeded from his finger-picking, and while he's not the only quietly conversational singer in the modern folk tradition, no one else has talked the blues with such delicacy or restraint. Since his approach didn't sap his adrenaline or testosterone and his skills matured with the years, the many albums he cut in his seventies (try Rounder's casual Worried Blues 1963, or Vanguard's sweetly eerie Last Sessions) betray none of the diminishment of late Son House or Bukka White. Yet these crisp, detailed digital remasters from half a lifetime before pack an added authority: they establish that the gentleness of his music in no way reflects the frailty of a defenseless old age. Emanating from vocal cords that have plenty spring in them at 35, his equanimity seems chosen and vigorous, as befits a major 20th-century artist. A- Rediscovered [Vanguard, 1998] Who needs a best-of on the most important artist ever to emerge from the Mississippi Delta? With every Vanguard save the live double superb, buy all three like he was Al Green or Otis Redding and be done with it. Only (a) you don't believe me so you're not gonna and (b) this skillfully selected and segued bargain is the one I'll play too. Beyond his songster's repertoire and his self-taught guitar style (it's said Segovia asked who the other guy was), Hurt's gift was a sweetness of temperament that normalized every subject he touched, from murderous men and adulterous women to Maxwell House coffee and shortnin' bread. Hence, Robert Johnson gets all the ink. Violence as only an aspect of life--what a wimp! A+ BLIND WILLIE JOHNSON The Complete Blind Willie Johnson [Columbia/Legacy, 1993] Between 1927 and 1930, in his early thirties and probably his prime, the Texas-based Johnson applied his gravelly voice and dexterous bottleneck to 28 gospel sides. On 19 of these he was accompanied by a female singer, usually his first wife Willie Harris, and in a sense lyrics and melodies are rendered superfluous by the sound of his gruff false bass shadowed and set right by a simpatico soprano: a sane, haunting aural image of suffering and succor that's hard to get too much of. But most of the songs are at least solid in themselves, and refreshingly unfamiliar unless Johnson planted the seed of their renown, as he did with "Motherless Children," "If I Had My Way," "John the Revelator," and the indomitable "Praise God I'm Satisfied." Like most gospel, they value melodic flow and rhythmic momentum more than the Delta blues other Johnsons purveyed. I'm not going to say they rock. But you might. A