[IACAM !] 02/10 - Rassemblement au tribunal de Mende

From : iacam@... , the 13th September 2014 11:41
  • 2014-09-13 11:41:01 — iacam@... - [IACAM !] 02/10 - Rassemblement au tribunal de Mende

RASSEMBLEMENT JEUDI 2 OCTOBRE  à partir de 9h (devant le tribunal de Mende) Contre la prohibition du cannabis Contre le fichage ADN Le 25 juillet, Patrick se fait saisir par la gendarmerie 27 pieds de cannabis destinés à sa consommation personnelle. Face à la répression, plutôt que de courber la tête, il choisit de revendiquer clairement son opposition à la prohibition et refuse de se soumettre au prélèvement ADN. Que nous soyons ou non consommateurs de cannabis, nous avons collectivement décidé de nous solidariser avec lui et d'appeler publiquement à le soutenir lors de son procès le 2 octobre à 9h au tribunal de Mende. Parce que la prohibition et les trafics qu'elle engendre permettent le développement d'un capitalisme mafieux avec le cortège de plaies qui l'accompagnent : produits frelatés, violences, corruption... La répression, ciblée essentiellement sur les petits trafics, envoie des milliers d'usagers, de petits dealers, d'auto-producteurs en prison avec les coûts psychologiques, sociaux, financiers qui vont avec. L'usage du cannabis s'est largement répandu en France depuis de nombreuses années et ce dans toutes les couches de la société, mais ce sont bien les « classes dangereuses » (Traduisez : les plus pauvres) qui sont désignées comme boucs émissaires et subissent de pleins fouet la répression. Les arguments sanitaires et ou moralistes que L'État oppose à une évolution de la loi ne tiennent pas la route tant que l’alcool, le tabac, les médicaments psychotropes seront vendus en France en toute légalité pour le plus grand profit de l'État et des trusts qui nous vendent leur poisons. De nombreux État en Europe et dans le monde ont fait évoluer leur législation, transformant ainsi un capitalisme mafieux illégal en capitalisme commercial légal. Permettant ainsi à l'État de prélever au passage des taxes conséquentes. Mais pas en France... Quels sordides intérêts politico-financiers liés au post-colonialisme Français notamment au Maroc (premier fournisseur, et de loin, de résine de cannabis qui arrive massivement pour alimenter le marché français) ? Quelles caisses noires de l'État, quelles magouilles des services secrets sont alimentées par l'énorme flux financier que provoque la prohibition ? En attendant, nous continuons de subir la répression et la criminalisation des usagers parce que pour des intérêts politiques et financiers les États décident au gré des circonstances de la légalité ou non. D'une plante qui accompagne l'humanité depuis des millénaires, qui a été longtemps inscrite dans notre pharmacopée, qui a permis de développer une industrie florissante autour de la fabrication de cordages, de textiles, etc... Il s'agit bien là de poser la critique de la marchandisation légale comme illégale que le capitalisme, en tant que système économique de domination, impose à une plante de consommation courante afin de réaliser le plus possible de plus-value, légale ou non, sur sa commercialisation. Ainsi, au-delà de l'opposition apparente entre prohibition et légalisation (même si la légalisation est un moindre mal pour les usagers), nous luttons pour une totale dépénalisation du cannabis. Que l'herbe sous toute ses formes, reste de l'herbe appréciée tant pour fabriquer des cordes imputrescibles, que pour se soigner ou en user de manière récréative. Refusons la marchandisation de la nature et de nos vies ! Non content de nous interpeller, de nous racketter, de nous embastiller pour quelques brins d'herbe, l'État en profite pour nous prélever notre ADN. Au delà de l'atteinte flagrante à l'intégrité de notre personne, la généralisation du fichage est un danger permanent pour nos libertés individuelles et collectives. Le développement rapide de l'informatique et des bio-technologies, soutenu par celui des idéologies sécuritaires, permet à l'État d'étendre son contrôle sur tous les aspects de notre vie afin de faciliter la « gestion » des populations au plus grand profit de la classe dominante. Refusons cette logique de mort Résistons et soyons solidaires Refusons le fichage ADN Collectivisons nos luttes Rassemblement jeudi 2 octobre à partir de 9h devant le tribunal de Mende (27 Boulevard Henri Bourillon) Kaliméro sous le soleil Manifestez votre soutien notamment en :
  diffusant massivement ce texte   participant au rassemblement devant le tribunal de Mende   soutenant financièrement Kaliméro sous le soleil
*Tract à télécharger ici : https://lists.riseup.net/www/d_read/kalimerosouslesoleil-news/Tract%202%20octobre.pdf *Affiche à télécharger ici : https://lists.riseup.net/www/d_read/kalimerosouslesoleil-news/Affiche%202%20octobre.pdf ____________________________________________________ KALIMÉRO SOUS LE SOLEIL, C’EST QUOI AU ZUSTE ? Parce que le quotidien de ceux qui ne possèdent rien ou pas grand-chose consiste à survivre dans un monde où s’intensifient contrôle, exploitation et répression. Parce que, souvent, les griffes de la justice se referment sur ceux qui luttent contre ce monde capitaliste... Plutôt que de rester isolés face à la police, aux tribunaux et au monde carcéral, il est nécessaire de développer des solidarités entre ceux qui sont confrontés aux offensives du système pénal. Le collectif Kaliméro sous le soleil se propose d’aider financièrement les inculpés (envois de mandats mensuels aux prisonniers, prise en charge des frais de défense lorsque le besoin s’en fait sentir...). Davantage qu’une caisse de solidarité, Kaliméro sous le soleil est donc un outil pour intensifier les rapports de force face à la justice de classe, en faisant circuler les informations sur les procédures et incarcérations en cours, en appelant éventuellement à des rassemblements devant les tribunaux, en tissant des jonctions entre les différentes luttes. Plutôt que d’invoquer en pleurnichant une position de victime, de crier au dysfonctionnement de la justice ou de la démocratie, ou de baisser la tête en se limitant à des actions défensives, Kaliméro propose de reprendre l’offensive contre ce monde de fric et de flics. Commencer par réfléchir sur les mécanismes de la répression pour s’adapter à son évolution, ne pas reproduire les erreurs passées qui ont pu conduire à des inculpations... La solidarité est une arme ! kalimerosouslesoleil@no-log.org