Désertion calculée de l'opposition vénézuélienne

From : info-diplo@... , the 7th December 2005 19:41
  • 2005-12-07 19:41:45 — info-diplo@... - Désertion calculée de l'opposition vénézuélienne

____________________________________________________                   UN SCRUTIN SABOTÉ       Désertion calculée de l'opposition vénézuélienne                   (7 décembre 2005)    ___________                          _______________    Le meilleur moyen de ne pas perdre une élection    est... de ne pas y participer. Assommée par sa    cuisante défaite lors du référendum révocatoire gagné    par le président Hugo Chávez, le 15 août 2004, avec    59,06 % des voix, l'opposition vénézuélienne voyait    approcher l'élection législative du 4 décembre 2005    avec appréhension. Pourtant sous son contrôle, les    instituts de sondage ne lui octroyaient qu'une    trentaine de sièges sur les 167 à pourvoir, alors    qu'elle en possédait 79 dans l'ancienne Assemblée. A    quelques encablures du jour fatidique, les principaux    partis qui la composent - Action démocratique, Copei,    Projet Venezuela, Primero Justicia - ont annoncé leur    retrait en raison « d'absences de garanties    suffisantes pour garantir la transparence du    scrutin ».    Criant à la fraude, comme ils l'avaient fait au terme    du référendum de 2004, dont les résultats furent    pourtant validés par les observateurs de    l'Organisation des Etats américains (OEA) et du    Centre Carter (de l'ancien président des Etats-Unis),    les opposants ont mis en cause la composition du    Conseil national électoral (CNE) et la fiabilité du    système électronique de vote. Conciliant, le CNE a    accepté plusieurs de leurs demandes, dont celle de    supprimer les appareils vérificateurs d'empreintes    digitales censés, d'après ces opposants, violer le    secret du vote. Cette décision a entraîné la    publication d'un communiqué des observateurs de l'OEA    se félicitant de l'accord obtenu. Rien n'y fit... Le    boycott fut maintenu, avec l'appui bruyant de Súmate    (organisation financée par le National Endowment for    Democracy américain), dont la dirigeante María Corina    Machado a été récemment reçue par M. George Bush --    sans doute pour la féliciter d'avoir signé le décret    qui a dissous l'Assemblée nationale et tous les corps    constitués, le 12 avril 2002, lors du coup d'Etat    avorté contre le président Chávez.    L'appui de Washington se trouva confirmé lorsque    M. McCormack, porte-parole du Département d'Etat,    déclara le 30 novembre, « les Vénézuéliens, comme    tous les autres peuples, ont le droit à des élections    libres et justes », avant d'affirmer que son    gouvernement était « préoccupé car ce droit est    chaque fois un peu plus en danger ». Sans apporter    aucune preuve susceptible d'appuyer cette allégation.    Le 3 décembre, le même McCormak, sans doute mal    informé, déclara ne pas connaître le communiqué de    l'OEA appuyant la réalisation du scrutin et    garantissant le haut niveau technologique du matériel    utilisé.    Tandis qu'explosaient quelques bombes de faible    puissance à Caracas et sur un oléoduc, dans l'Etat de    Zulia, les médias privés incitaient les électeurs à    aller prier pour la démocratie, à l'église, plutôt    que de se rendre dans les bureaux de vote.  ... Lire la suite de cet article inédit de Maurice LEMOINE :      http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/venezuela1205/    ainsi qu'une sélection de liens et d'articles de nos archives.     ________________________________________________     Commandez notre « Agenda 2006 »     « l'urgence écologique »     http://www.monde-diplomatique.fr/livre/agenda/     Chaque semaine, retrouvez des analyses et des propositions     pour que nous transmettions aux générations futures un monde     encore vivable. Ces textes sont illustrés par Nicolas Vial.     ________________________________________________     Votre inscription à la liste « info-diplo » :     Si vous désirez résilier votre inscription à info-diplo,     rendez-vous à la page :      http://www.monde-diplomatique.fr/info-diplo/     Pour signaler un changement d'adresse de courriel,     il suffit d'inscrire votre nouvelle adresse, puis de     résilier l'ancienne.