Présidentielle, le débat malgré eux

From : info-diplo@... , the 19th April 2012 13:39
  • 2012-04-19 13:39:00 — info-diplo@... - Présidentielle, le débat malgré eux

____________________________________________________    **  Le Monde diplomatique  **        19 avril 2012     http://www.monde-diplomatique.fr/ _____________________________________________________ La valise diplomatique * Présidentielle, le débat malgré eux   Les campagnes électorales ne sont pas toutes inutiles. Pour une fois, celle qui s'achève en France n'aura pas été confisquée par les sondeurs, les commentateurs, et orientée par le désir de courtiser l'électorat bourgeois à coups de promesses de baisses d'impôts. Les questions relatives à l'orientation de l'Union européenne, à la pertinence des politiques d'austérité, à la surpuissance des marchés financiers, à la partialité des grands médias et des « économistes de banque » ont été posées. Et ont rencontré un écho dans le pays. Nicolas Sarkozy a d'abord espéré rejouer sa campagne victorieuse de 2007 en se présentant comme un outsider extérieur au « système », porte-parole autoproclamé de la *« majorité silencieuse »* en butte à une *« gauche caviar ».* Après cinq années à l'Elysée, consacrées pour une bonne part à « réhabiliter » l'argent et ceux qui le détiennent, la gageure était de taille. Plus sa réalisation devenait aléatoire, plus les anciens « amis » et obligés de M. Sarkozy, ministres ou intellectuels, désertaient sa cause, signalant ainsi que l'intérêt de leur carrière leur imposait de rompre avec le candidat sortant, plus celui-ci a durci le ton. En matière d'immigration et de démagogie antimusulmane, son discours n'a cessé de se rapprocher de celui de Marine Le Pen. Quatre jours avant le premier tour, interrogé par France Inter, il a cru bon d'insister à la fois sur la question du droit de vote des immigrés et sur celle de l'interdiction de la burqa, un peu à la manière d'un joueur surclassé qui en désespoir de cause en revient à son vieux répertoire vermoulu. Mais même l'utilisation des assassinats de Toulouse et quelques interpellations à grand spectacle, largement relayées par les médias, n'ont pas suffi. Il lui faudrait donc faire peur autrement. Le terrain choisi par le président sortant a été celui de la « crise de confiance » que provoquerait selon lui l'élection d'un candidat de gauche : *« Nous ne sommes pas en 1981, nous sommes en 2012. En 2012, il ne faudra pas deux ans, il faudra deux jours pour qu'ils* [la gauche] *conduisent notre pays dans une gigantesque crise de confiance. Et à ceux de nos compatriotes qui veulent la gauche je dis : vous aurez la Grèce, vous aurez l'Espagne. »* La menace manque d'élégance, mais cette qualité n'est pas la plus prisée à l'Elysée. Au-delà et plus important sans doute, une éventuelle victoire de la gauche à l'élection présidentielle la conduira en effet très vite à devoir choisir entre l'audace et l'enlisement, mettre en oeuvre une politique nouvelle ou mendier la « confiance » des marchés financiers. Les contraintes budgétaires à venir et auxquelles ont déjà consenti trois des principaux candidats - déficit ramené à 3 % du PIB en 2013 et à 0 % en 2015 (M. Bayrou), 2016 (M. Sarkozy) ou 2017 (M. Hollande) - rendent improbable autre chose qu'une nouvelle cure d'austérité. L'application du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), en cours de ratification, garantirait une telle perspective et l'assortirait d'un dispositif de sanctions imposé aux Etats contrevenants (...) Lire la suite de cet article inédit :  http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2012-04-19-presidentielle   _____________________________________________________   Toujours en kiosques, avril 2012    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/04/ *Dans le numéro d'avril, toujours en kiosques,  plusieurs articles sont consacrés à l'élection présidentielle :* *« L'audace ou l'enlisement »*,  de Serge Halimi Quelques semaines après le scrutin du 6 mai, le nouveau président participera à un sommet du G20 : d'emblée, il devra accepter, renégocier ou refuser un traité européen inspiré par la droite allemande qui aggraverait les politiques d'austérité. *« Carnets de campagne »*, de Julien Brygo Pendant cinq semaines, un journaliste s'est établi dans un village de l'Aisne (Picardie), Merlieux-et-Fouquerolles, pour suivre la campagne électorale et sa résonance à l'échelle locale. *« Acrobaties doctrinales au Front national »*,  de Eric Dupin Revendiqués par un jeune homme se réclamant d'Al-Qaida, les meurtres de Toulouse et Montauban ont provoqué un recentrage du Front national sur ses sujets de  prédilection : immigration et islam. Auparavant, Marine  Le Pen avait fait campagne sur une thématique sociale  pour le moins nouvelle dans son parti.   _____________________________________________________ * Nous contacter Pour toute requête concernant votre abonnement au journal :   abo@monde-diplomatique.fr À propos des commandes passées sur  notre boutique en ligne :    boutique@monde-diplomatique.fr * Votre inscription à la liste info-diplo Si vous désirez résilier votre inscription à info-diplo, ou changer d'adresse, rendez-vous à la page :   http://www.monde-diplomatique.fr/info-diplo _____________________________________________________ © Le Monde diplomatique avril 2012