La bolivie indienne rejoint la gauche latina

From : info-diplo@... , the 23rd December 2005 00:00
  • 2005-12-23 00:00:38 — info-diplo@... - La bolivie indienne rejoint la gauche latina

____________________________________________________                   COUP DE TONNERRE À LA PAZ              La bolivie indienne rejoint la gauche latina                       (22 décembre 2005)       ___________                          _______________       Au-delà du symbole, dont nul ne sous-estimera la portée, le       fait que M. Evo Morales soit Indien, et le premier d'entre       eux à accéder au pouvoir en Bolivie, ne constitue pas       l'essentiel. Après tout, ce pays a déjà connu un       vice-président aymara, M. Victor Hugo Cardenas : son origine       ethnique ne l'a pas empêché de mener, ou de cautionner, une       politique férocement néolibérale, lors du premier mandat de       M. Gonzalo Sánchez de Lozada (1993-1997). Tout comme       l'actuel chef d'Etat du Pérou, M. Alejandro Toledo (métis       quechua), qui, pour se faire élire, a amplement joué sur la       présence de sang indigène dans ses veines.       C'est certes en Indien aymara, et fier de l'être, mais en       refusant tout « ethnicisme », que M. Morales a su, au-delà       de sa communauté d'origine, rassembler autour de lui métis,       classe moyenne et intellectuels. Cela lui a permis de       remporter le premier tour de l'élection présidentielle du       18 décembre, avec, sans doute, 52 % des voix - chiffre annoncé       le 20 décembre par le Tribunal national électoral, après le       dépouillement de 60 % des suffrages. Ce faisant, M. Morales       offre au pays le plus pauvre du continent américain - 74 %       de la population, majoritairement indigène, y vit au-dessous       du seuil de pauvreté - un espoir de changement depuis trop       longtemps attendu. Président des six fédérations de       planteurs de coca, député de Cochabamba depuis 1997,       principal dirigeant de la première force politique du pays,       le Mouvement vers le socialisme (MAS), M. Morales a       accompagné et dirigé, en compagnie d'autres leaders des       nombreux mouvements sociaux, les soulèvements qui, en deux       ans, ont fait tomber deux présidents - MM. Gonzalo Sánchez       de Lozada (17 octobre 2003) et Carlos Mesa (6 juin 2005).       Dès lors, le changement est à l'ordre du jour, largement       annoncé : remise en cause du « modèle néolibéral » et de       l'« Etat colonial », nationalisation des ressources naturelles,       en particulier les hydrocarbures, réforme agraire,       revalorisation des langues indigènes, processus d'autonomie       des régions, élection d'une Assemblée constituante, en juin       2006, pour « refonder le pays ».       En Bolivie, nul ne l'ignore : les obstacles ne manqueront       pas. Si les partis traditionnels ont été balayés, il n'en       demeure pas moins que le MAS - 65 députés sur 130 et       13 sénateurs sur 27 - ne disposera que d'un rapport de force       fragile au Congrès.       ... Lire la suite de cet article inédit de Maurice LEMOINE :                 http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/bolivie/       ainsi qu'une sélection de liens et d'articles extraits       de nos archives.       ________________________________________________                 Voyage au Venezuela       A l'occasion du Forum social mondial, « Le Monde       diplomatique » vous invite à participer à un voyage       à Caracas, du 20 au 31 janvier 2006.                 http://www.monde-diplomatique.fr/voyages/       ________________________________________________       Votre inscription à la liste « info-diplo » :       Si vous désirez résilier votre inscription à info-diplo,       rendez-vous à la page :                 http://www.monde-diplomatique.fr/info-diplo/       Pour signaler un changement d'adresse de courriel, il suffit       d'inscrire votre nouvelle adresse, puis de résilier       l'ancienne.