« On n'a plus le temps... »

From : info-diplo@... , the 11th October 2012 18:29
  • 2012-10-11 18:29:30 — info-diplo@... - « On n'a plus le temps... »

____________________________________________________    **  Le Monde diplomatique  **        11 octobre 2012     http://www.monde-diplomatique.fr/ _____________________________________________________ * « On n'a plus le temps... »   par Serge Halimi   Ceux qui se désolent du manque d'attention à leur cause, à leur activité, se voient souvent opposer la même explication : « On n'a plus le temps. » On n'a plus le temps de se plonger dans un livre « trop long », de flâner dans une rue ou dans un musée, de regarder un film de plus de quatre-vingt-dix minutes. Ni celui de lire un article abordant autre chose qu'un sujet familier. Ni de militer ni de faire quoi que ce soit sans être aussitôt interrompu, partout, par un appel qui requiert d'urgence son attention ailleurs. Pour une part, ce manque de temps découle de l'apparition de technologies qui ont permis de... gagner du temps : la vitesse des déplacements s'est accrue, celle des recherches, des transmissions d'informations ou de correspondances aussi, souvent à un coût modeste ou dérisoire. Mais, simultanément, l'exigence de vitesse n'a cessé d'obérer l'emploi du temps de chacun, et le nombre de tâches à réaliser a explosé. Toujours connecté. Interdit de musarder. On n'a plus le temps . Parfois, c'est aussi l'argent qui fait défaut : on n'a plus les moyens. S'il coûte toujours moins cher qu'un paquet de cigarettes, un journal comme *Le Monde diplomatique* implique une dépense que bien des salariés, chômeurs, étudiants, précaires ou retraités ne jugent pas anodine. Parmi d'autres, ces raisons expliquent la désaffection de la presse payante. Une fraction de ses anciens lecteurs l'abandonne à mesure que la fenêtre de papier ouverte sur le monde, l'attente du postier ou du kiosquier se métamorphosent en une contrainte de lecture supplémentaire dans un calendrier surchargé - et surtout s'il faut payer. Un des propriétaires de Free et du *Monde,* M. Xavier Niel, anticipe que les journaux auront disparu d'ici une génération. Si leur financement se faisait sur des écrans, des tablettes, il n'y aurait peut-être guère motif à s'alarmer : ceci remplacerait cela. Mieux encore, la science, la culture, les loisirs, l'information se diffuseraient plus vite, y compris dans les lieux les plus reculés. Au reste, nombre de périodiques conçus sans autre projet rédactionnel que d'arrondir les profits (ou l'influence) de leurs propriétaires peuvent bien succomber sans que la démocratie y perde. Seulement, les nouvelles technologies de l'information n'assurent au journalisme ni les emplois ni les ressources des anciennes. A moins de travailler à titre bénévole, c'est-à-dire en tirant ses revenus d'ailleurs, comme la plupart des blogueurs, la profession se trouve menacée du pire : elle ignore si elle dispose d'un avenir. Un train, un métro, un café, un congrès politique : autrefois, dans ces endroits, la presse régnait ; dorénavant, combien de gens y déploient encore un journal autre que « gratuit » ? Ne s'agit-il que d'une impression ? Les chiffres s'entêtent et confirment la réalité d'un décrochage. En Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis, la diffusion des journaux a décliné de 17 % au cours des cinq dernières années. Et le recul se poursuit. En France, une période de fièvre électorale ne provoque plus aucun retour vers les kiosques ; de janvier à août 2012, les quotidiens généralistes ont ainsi accusé un reflux moyen de leurs ventes de 7,6 %par rapport à l'an précédent. Même l'été dernier, pourtant marqué par les Jeux olympiques, les ventes de *L'Equipe,*  un titre sportif en situation de monopole,  ont continué à baisser (...) Lire la suite de cet article de Serge Halimi : http://www.monde-diplomatique.fr/2012/10/HALIMI/48240 _____________________________________________________ Soutenez-nous, faites un don           Le *Diplo* offre une autre manière de voir l'actualité et l'accès à deux années d'archives. Aidez-nous à défendre notre conception du journalisme ! Si vous êtes contribuable imposé en France, vous pouvez bénéficier d'un abattement fiscal de 66 % du montant de votre don (dans la limite de 20 % du revenu imposable). *Ainsi, lorsque vous faites un don de 1 000 euros, il vous en coûtera seulement 340 euros.* *Faire un don :   http://dons.monde-diplomatique.fr/ _____________________________________________________ * Nous contacter Pour toute requête concernant votre abonnement au journal :   abo@monde-diplomatique.fr À propos des commandes passées sur  notre boutique en ligne :    boutique@monde-diplomatique.fr * Votre inscription à la liste info-diplo Si vous désirez résilier votre inscription à info-diplo, ou changer d'adresse, rendez-vous à la page :   http://www.monde-diplomatique.fr/info-diplo _____________________________________________________ © Le Monde diplomatique octobre 2012