[Migreurop]biométrie en contrôle aux frontières

From : charles@... , the 31st January 2008 15:04
  • 2008-01-31 15:04:41 — charles@... - [Migreurop]biométrie en contrôle aux frontières

on n'est pas loin du "bracelet électronique"... http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/01/29/l-union-europeenne-se-dote-d-un-registre-electronique-des-entrees-et-sorties-de-voyageurs_1004927_3214.html     L'Union européenne se dote d'un registre électronique des entrées et     sorties de voyageurs LE MONDE | 29.01.08 | 16h47  .  Mis à jour le 29.01.08 | 16h47 BRUXELLES BUREAU EUROPÉEN La Commission européenne adoptera, mercredi 13 février, sur proposition  de Franco Frattini, commissaire à la justice, la liberté et la sécurité,  un ensemble de mesures destinées à améliorer la protection des  frontières extérieures de l'Union. Ce nouveau dispositif, qui a été présenté, vendredi 25 janvier, aux  ministres européens de l'intérieur, réunis à Brdo, près de Ljubljana, en  Slovénie, vise, selon la Commission, à "renforcer les procédures de  contrôle frontalier" pour mieux lutter contre l'immigration clandestine. La principale innovation sera la création d'un registre électronique des  entrées et des sorties, qui permettra de vérifier si le voyageur entré  dans l'Union a dépassé la durée de séjour autorisé. Ce dépassement est  la principale source de l'immigration clandestine. IDENTIFIANTS BIOMÉTRIQUES "Nous ne pouvons pas tolérer que des personnes arrivées légalement  entrent ensuite dans l'illégalité", a déclaré M. Frattini. Le système  d'information sur les visas (VIS), que l'Union met en place  parallèlement, ne portera trace ni des entrées ni des sorties. Le  registre comportera des identifiants biométriques. Parmi les autres mesures prévues par M. Frattini figure la mise en place  d'un système d'autorisation électronique de voyage, par Internet, qui se  substituera, en partie, au système des visas, comme c'est aujourd'hui le  cas pour les demandes vers l'Australie. Le commissaire présentera  également un rapport sur le développement de l'agence européenne  Frontex, qui assure la gestion de la coopération opérationnelle aux  frontières extérieures, et recommandera la création, en trois phases,  d'un système européen de surveillance des frontières afin de combattre  l'immigration illégale et de réduire le nombre de décès d'immigrés  clandestins victimes de naufrages. "Nous devons trouver un équilibre entre la liberté de circuler et la  protection des frontières extérieures", a déclaré le commissaire. Thomas Ferenczi Article paru dans l'édition du 30.01.08. http://www.rfi.fr/actufr/articles/097/article_62159.asp     Un fichier pour construire une forteresse par  RFI Article publié le 31/01/2008 Dernière mise à jour le 31/01/2008 à 08:25 TU Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, testant le nouveau visa  biométrique au Consulat de France à Cotonou, le 21 juin dernier. La Commission de Bruxelles propose aux 27 de renforcer les contrôles  contre les immigrants clandestins en créant notamment un fichier  électronique des voyageurs étrangers. Le sujet a été discuté en début de  semaine par les ministres de l'Intérieur de l'Union réunis  informellement en Slovénie, mais le Commissaire Franco Frattini, en  charge de la justice et de l'immigration, compte bien soumettre des  projets précis aux Etats-membres et aux eurodéputés en février. Imprimer l'article Envoyer l'article Réagir à l'article Protéger l'Europe, ce n'est pas la fermer. L'idée est en vogue en ce  moment dans les instances européennes ; mais il y a bien longtemps que  le commissaire Frattini en a fait sa devise. L'argument sert aussi  d'ailleurs à repousser d'éventuelles protestations d'organisations de  défense des droits de l'homme. Le fichier biométrique européen serait constitué des données  personnelles de chaque voyageur étranger, c'est-à-dire non membre de  l'Union : empreintes digitales mais aussi identifiants de l'oeil (iris  ou rétine), et données personnelles comme l'adresse de résidence, les  dates d'entrée et de sortie du territoire... Ces données seraient  collectées à toutes les entrées terrestres, maritimes ou aériennes du  territoire européen, Ce type de fichier est inspiré des Etats-Unis, qui ont exigé et  finalement obtenu des Européens le transfert des données des passagers  aériens au printemps 2007,  mais existe aussi en Australie; le Japon  s'apprête lui aussi à expérimenter une de ses formes. Pour le commissaire Frattini, ce système d'autorisations de voyage  pourrait à terme remplacer celui des visas, en répondant à la nécessité  d'adapter la lutte contre l'immigration clandestine, le trafic mafieux  et le terrorisme à la nouvelle carte européenne. L'Europe de Schengen s'est en effet étendue le 21 décembre à 9 nouveaux  pays, aux confins de la Norvège et des pays baltes ou de la Pologne. Or  pour les ministres de l'intérieur des 27, réunis près de Ljubljana en  Slovénie, trop de demandeurs d'asile utliseraient déjà cette libre  circulation pour multiplier leurs demandes d'asile et prolonger leur  séjour sur le territoire européen, ce qui selon le droit est interdit,  les demandes devant être obligatoirement traitées par le pays d'entrée  des ressortissants étrangers. Les 27 approuvent le projet. La mesure accompagnée de demandes de  soutien à Frontex, l'agence européenne chargée des frontières, sera  soumise le mois prochain au parlement de Strasbourg. La France,   prochaine présidente de l'Union au deuxième semestre 2008, s'y est déjà  déclarée favorable.