[Migreurop] Strengthening/Renforcer FRONTEX

From : rodier@... , the 6th March 2007 11:30
  • 2007-03-06 11:30:01 — rodier@... - [Migreurop] Strengthening/Renforcer FRONTEX

ANGLAIS puis FRANCAIS 22.02.2007 * Federal Ministry of the Interior and FRONTEX pursue common goal:  Strengthening border management agency FRONTEX to fight illegal  migration at EU's external borders* Peter Altmaier, Parliamentary State Secretary at the Federal Ministry of  the Interior, Brigadier General Ilkka Laitinen, Executive Director of  the European border management agency FRONTEX, and Lieutenant General  Minze Beuving, chair of the FRONTEX Management Board, were briefed at  Frankfurt Airport on an operation currently under way to combat illegal  migration at the EU's external borders.  This year's first FRONTEX  operation concerning migration by air focuses on illegal migration from  South America. "As our risk analysis has shown, there is major migration by air from  South America in conjunction with the misuse of visas and other travel  documents, much of it destined for Spain and Portugal, but also  involving other European airports," FRONTEX Executive Director Laitinen  explained. In addition to Frankfurt Airport, the airports in Madrid, Barcelona,  Lisbon, Paris, Amsterdam, Milan and Rome are participating in this  operation. Twenty-nine border police experts from seven European Member  States are deployed at the eight airports. Seven border police officers  from Greece, Romania, Bulgaria and Poland are taking part as observers  in this multilateral operation. All participating officers wear their  country's uniform during the operation. The operation is being coordinated by the FRONTEX Operational  Coordination Centre (F.O.C.C.) in Warsaw. The F.O.C.C. includes the  agency's own experts as well as national experts from Germany, Spain,  Portugal and the UK. Border police officers from European neighbouring states deployed to  Germany have been given executive powers, which considerably enhances  their effectiveness. Against this background, Parliamentary State  Secretary Altmaier and Executive Director Laitinen underlined the  importance of rapidly implementing the European regulation establishing  a mechanism for the creation of rapid border intervention teams. In addition to the planned rapid intervention teams, the new regulation  for the first time provides for the possibility of granting guest  officers executive powers under the supervision of the Member State  hosting the operation. "This will allow border police officers in these  teams to be deployed even more effectively than before. In Europe, only  the German Federal Police currently has comparable provisions granting  executive powers to guest officers. This proved extremely helpful during  the 2006 FIFA World Cup," Altmaier noted. The EU Commission's draft regulation is currently being discussed by the  competent bodies. "One of the objectives of Germany's Council Presidency  is to achieve political consensus between the Parliament and the Council  on the text of the regulation before the next meeting of home affairs  ministers in April," Altmaier said. Laitinen provided an overview of the entire range of FRONTEX activities  beyond the current operation. "There are four major routes for illegal  migration to the EU: via the external sea borders to the south, the land  borders to the east, via the Balkans and via major international  airports," Laitinen said. FRONTEX plays a coordinating role to assist  and complement the Member States' national border protection agencies.  "Before starting an operation, we run through what we call operational  phases." The first step always involves having FRONTEX draw up a risk  analysis to determine what is needed. This serves as the basis for an  operational plan, which FRONTEX and the relevant Member States design  together. A request for assistance is sent to other Member States. The  concrete operational plan for all participating partners is drawn up  using the Member States' offers of assistance. "FRONTEX has a  coordinating role, and our strength depends on the willingness of the  Member States to take part in joint operations," Laitinen said. FRONTEX  has no operational equipment and supplies of its own for guarding and  monitoring the EU borders. "The centralized record of technical equipment is another important tool  for strengthening FRONTEX," Altmaier stated. This record lists technical  equipment for the control and surveillance of external borders which  Member States are willing to provide temporarily at the request of  another Member State.  "So far, we have received a considerable number  of offers from the Member States, which is a good foundation. But we  need more equipment and supplies and are hoping for further  contributions from the Member States," Laitinen said. This need is particularly urgent in view of the anticipated rise in  attempted migration this spring via the southern external borders.  "Citizens expect Europe to provide effective protection for the common  external borders. Implementing the centralized record of technical  equipment not only strengthens the European border management agency  FRONTEX, it also sends a clear signal that all the Member States are  committed to working together at European level to combat illegal  migration," Altmaier stressed, noting Germany's contribution: "The  Federal Police has already registered four helicopters for land and sea  surveillance, one boat for operations in the North and Baltic seas and  ten portable thermal imaging cameras plus the necessary staff with the  centralized FRONTEX record." http://www.eu2007.de/en/News/Press_Releases/February/0222BMIFrontex.html 22.02.2007 *Le ministère fédéral de l'Intérieur et FRONTEX poursuivent un objectif  commun : renforcer l'agence européenne de gestion des frontières FRONTEX  en vue de la lutte contre la migration illégale aux frontières  extérieures de l'UE* A l'aéroport de Francfort, le secrétaire d'Etat parlementaire auprès du  ministre fédéral de l'Intérieur, M. Peter Altmaier, le directeur  exécutif de l'agence européenne de gestion des frontières FRONTEX, le  général de brigade Ilkka Laitinen, et le président du Conseil  d'administration de Frontex, le général de corps d'armée Minze Beuving,  ont communiqué des informations sur une mesure opérationnelle actuelle  placée sous l'égide de FRONTEX et visant à lutter contre l'entrée  illégale par la voie aérienne. Cette première opération de FRONTEX de  l'année dans le domaine des frontières aériennes se concentre sur les  déplacements illégaux en provenance de l'Amérique du Sud. « Il appert de notre analyse des risques qu'il existe des forts flux  migratoires par voie aérienne, liés à l'usage frauduleux de visas et de  documents de voyage, en provenance de l'Amérique du Sud et avec une  forte tendance pour les destinations de l'Espagne et du Portugal, mais  également vers d'autres aéroports européens », a déclaré le directeur  exécutif de FRONTEX, M. Laitinen. La mesure susmentionnée englobe outre l'aéroport de Francfort également  ceux de Madrid, Barcelone, Lisbonne, Paris, Amsterdam, Milan et Rome.  Vingt-neuf experts de gestion des frontières, venant en tout de sept  Etats membres européens, sont déployés sur ces huit aéroports. Par  ailleurs, sept agents des polices aux frontières de la Grèce, de la  Roumanie, de la Bulgarie et de la Pologne participent en tant  qu'observateurs à cette opération multilatérale. Tous les agents  impliqués porteront leur uniforme national pendant cette opération. Les mesures opérationnelles seront coordonnées par le centre de  coordination opérationnelle de FRONTEX, « Operational Coordination  Centre » (F.O.C.C.), situé à Varsovie. A côté d'experts appartenant à  l'agence FRONTEX, des experts nationaux de l'Allemagne, de l'Espagne, du  Portugal et du Royaume-Uni sont également représentés au sein du F.O.C.C. En outre, les agents des polices aux frontières venant des pays voisins  européens et déployés en Allemagne se sont vus attribuer des compétences  exécutives, ce qui augmente sensiblement l'efficacité. Dans ce contexte,  le secrétaire d'Etat Altmaier et M. Laitinen ont souligné l'importance  que revêt une mise en oeuvre rapide du « Règlement instituant un  mécanisme de création d'équipes d'intervention rapide aux frontières ». En plus de la création d'équipes d'intervention rapide, ce nouveau  règlement prévoit pour la première fois d'attribuer des compétences  exécutives à des agents détachés intégrés dans une équipe placée sous la  direction de l'Etat membre dirigeant l'intervention. « Ainsi, les agents  de police des frontières, appartenant à ces équipes, sauront être  déployés sur place de manière encore plus efficace que par le passé.  Jusqu'à présent, seule la Police fédérale allemande dispose en Europe de  réglementations similaires permettant d'attribuer des compétences  d'exécution à des agents détachés -- réglementations qui se sont avérées  très utiles à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 », a  souligné M. Altmaier. Ce projet de règlement de la Commission européenne fait actuellement  l'objet de délibérations auprès des organes compétents. « L'une des  ambitions de la présidence allemande consiste à aboutir, d'ici à la  prochaine réunion des ministres des Affaires intérieures en avril, à un  accord politique entre le Parlement et le Conseil en ce qui concerne la  rédaction du règlement », a déclaré M. Altmaier. Au-delà de la mesure opérationnelle en cours, M. Laitinen s'est prononcé  sur tout l'éventail d'activités de FRONTEX : « La migration illégale à  destination de l'UE emprunte quatre itinéraires principaux : il s'agit  là du passage par les frontières maritimes extérieures du Sud, par les  frontières terrestres extérieures de l'Est, par les Balkans ainsi que  par de grands aéroports internationaux », a constaté M. Laitinen. A  FRONTEX incombe une fonction de coordination en vue de venir au soutien  ou au complément des organisations nationales de gestion des frontières  des Etats membres. « En amont d'une opération, nous passons par  plusieurs étapes dites d'intervention. » La première consiste toujours à  l'établissement d'une analyse des risques par FRONTEX, faisant constat  du besoin existant. Celle-ci sert de base pour élaborer, en coopération  avec les Etats membres concernés, un plan d'intervention. Une demande de  soutien est adressée à d'autres Etats membres. Connaissant les offres  des Etats membres, le plan d'intervention concret pour la mesure  opérationnelle est établi conjointement avec tous les partenaires  associés. « FRONTEX joue un rôle de coordination, et notre performance  dépend de la volonté des Etats membres de participer aux mesures  opérationnelles conjointes », a expliqué M. Laitinen. FRONTEX ne dispose  pas de propres moyens d'intervention pour le contrôle et la surveillance  des frontières. « Un autre outil important en vue de renforcer FRONTEX est la mise en  place de l'inventaire technique central », a constaté le secrétaire  d'Etat, M. Altmaier. Cet inventaire contient les matériels d'équipement  technique destinés au contrôle et à la surveillance des frontières  extérieures que les Etats membres sont prêts à mettre volontairement et  temporairement à la disposition d'un autre État membre qui en aura  formulé la demande. « Les Etats membres nous ont d'ores et déjà soumis  un nombre considérable d'offres, ce qui constitue une bonne base. Or,  nous nécessitons encore davantage de moyens d'intervention, et nous  espérons donc que les Etats membres nous accorderons encore de plus  amples contributions », a commenté M. Laitinen. Ce besoin est notamment souligné par la pression migratoire aux  frontières extérieures méridionales qui est susceptible de s'accroître  au printemps prochain. « Les citoyens attendent de l'Europe qu'elle  assure une protection efficace des frontières extérieures communes. La  mise en place de l'inventaire technique central ne renforcera pas  seulement l'agence européenne de gestion des frontières FRONTEX, mais il  s'agit là également d'un témoignage fort de la solidarité de l'ensemble  des Etats membres dans la lutte contre la migration illégale à l'échelle  européenne », a souligné M. Altmaier, rajoutant au sujet de l'engagement  de l'Allemagne : « La Police fédérale allemande a d'ores et déjà signalé  les moyens suivants pour intégration dans l'inventaire central de  l'agence européenne de gestion des frontières : quatre hélicoptères  destinés à la surveillance des frontières terrestres et maritimes, un  navire pouvant intervenir dans la zone de la mer du Nord et de la mer  baltique, dix caméras à imagerie thermique portables ainsi que les  effectifs respectivement nécessaires à la manipulation de ces matériels. » http://www.eu2007.de/fr/News/Press_Releases/February/0222BMIFrontex.html