[Migreurop]Décès d'un Nigérian avant une expulsion en Suisse

From : nathfessol@... , the 19th mars 2010 12:49
  • 2010-03-19 12:49:43 — nathfessol@... - [Migreurop]Décès d'un Nigérian avant une expulsion en Suisse

http://fr.news.yahoo.com/3/20100318/twl-suisse-deces-nigerian-expulsion-0ef7 422.html  Décès d'un Nigérian avant une expulsion en Suisse Un demandeur d'asile de 29 ans est décédé mercredi soir à l'aéroport de Zurich peu avant son expulsion vers le Nigeria   par vol spécial. Il avait entamé une grève de la faim pour protester contre son expulsion et avait dû être ligoté de force. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du décès. Après le rejet de sa demande d'asile par l'Office fédéral des migrations (ODM), le Nigérian avait refusé de quitter le pays et était détenu en vue de son expulsion à l'aéroport de Zurich, a rapporté jeudi la police cantonale zurichoise. Il devait prendre place mercredi soir à bord d'un vol spécial à destination de Lagos avec quinze compatriotes. Le Nigérian refusait toute nourriture depuis quelques jours et a tenté de se soustraire à son expulsion, explique la police. Il a fallu le ligoter de force. Peu de temps après, son état de santé s'est subitement dégradé. Ses liens ont été déliés et des mesures de réanimation ont été engagées, en vain. L'homme est mort peu après. Dans un communiqué, l'ODM déplore ce "tragique incident" et annonce avoir interrompu les expulsions par vols spéciaux "tant que ce cas n'est pas élucidé". Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause du décès et une autopsie a été ordonnée. Quant aux autres Nigérians qui devaient être expulsés mercredi soir par ce vol, ils ont été renvoyés dans les différents cantons. Amnesty International s'est dite "consternée" par ce décès, "le troisième depuis 1999 en Suisse   lors d'un renvoi avec utilisation de mesures de contraintes". L'organisation de défense des droits de l'Homme demande au Conseil d'Etat zurichois de mettre sur pied une instance d'enquête indépendante et partiale. Elle exige en outre que les renvois forcés soient surveillés à l'avenir par des observateurs indépendants.