[Mineursisoles] CONSEIL

From : ericdavid@... , the 17th November 2007 12:18
  • 2007-11-17 12:18:52 — ericdavid@... - [Mineursisoles] CONSEIL

Mario, fuyant l’Angola où sa sécurité était menacé, a été pris en charge à 17 ans par l’ASE de Moselle depuis 2002. Depuis, il avait obtenu  un récépissé de demande de titre de séjour lui donnant l’autorisation de travailler. La rupture de son contrat de travail en Moselle lui a valu une OQTF. Depuis, il a retrouvé du travail (temporaire) dans le 94. Recours gracieux et recours au TA ont été faits. Les travailleurs sociaux de Moselle qui ont suivi le jeune sont allés à la Préfecture pour soutenir le recours gracieux. La Préfecture refuse de revenir sur sa décision, mais conseille à Mario de faire une nouvelle demande à Vitry/sur/Seine dans la mesure où il a retrouvé du travail car elle n’est plus « compétente ». Du fait qu’il a un élément nouveau, la Préfecture de Moselle se dit « optimiste «  sur son cas ! (Pourquoi n’a-t-elle pas abrogé l’OQTF alors ?)… Donc la question à poser : est-ce que vous êtes au courant des pratiques de la Préfecture de Vitry/sur/Seine. Si oui, y’a-t-il un risque que les Préfectures de Vitry et de Moselle se renvoient la balle incessament. En d’autres termes, vers où axer notre mobilisation ? Faut-il soutenir la demande d’un nouveau titre de séjour, et si oui, y’a-t-il un relais possible dans le 94- ou continuer à demander l’abrogation de l’APRF ? Merci de vos conseils…   Plus généralement, cela confirme nos craintes et pose le problème des anciens jeunes pris en charge par l’ASE arrivés après 16 ans et qui n’obtiennent pas de titre de séjour vie privée et familiale. Leurs  titres de séjour sont conditionnés par la poursuite d’études et d’ un contrat de travail, (s’ils ont des papiers d’état-civil bien sûr…) et risquent d’être remis en cause en cas de chômage ou d’arrêt des études sans alternative immédiate.  Il faut absolument dénoncer cette aberration, relancer notre mobilisation peut-être sur des cas concrets. Ne serait-il pas judicieux , avec l’accord des jeunes, d’envoyer des courriers s aux Préfectures , voire au Ministère, pour chaque cas concerné et demander que les organisations sensibilisées par la question fassent de même ?