[MRAP-Strasbourg] Tous les enfants comptent-ils vraiment ?

From : comite@... , the 11th June 2015 13:55
  • 2015-06-11 13:55:19 — comite@... - [MRAP-Strasbourg] Tous les enfants comptent-ils vraiment ?

Cet email ne s'affiche pas correctement ?   Voir cette Infolettre dans votre navigateur (http://mrap-strasbourg.org/Tous-les-enfants-comptent-ils-vraiment-14).  --------------------------------------------------------------------------- MRAP-STRASBOURG  --------------------------------------------------------------------------- # Tous les enfants comptent-ils vraiment ? Dans un bois dans les Yvelines, dans un centre urbain à Lille,   tous les enfants comptent-ils vraiment ?    "Chaque enfant compte. Partout, tout le temps" est le titre du rapport remis mardi par UNICEF France au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, qui évalue l’application de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dans différents pays. Il souligne qu’en France, "l’accès aux droits les plus fondamentaux est loin d’être assuré" pour les enfants des bidonvilles, au nombre de 9 000 environ, que "malgré des initiatives multiples, notamment de la société civile, il n’y a toujours pas de réponse coordonnée assurant une protection minimale et un accès durable à l’éducation et à la santé pour ces enfants"   Une petite fille de cinq ans, un petit garçon de quatre ans, morts dimanche et lundi derniers sont parmi ceux dont il faut rappeler qu’ils doivent compter. David vivait dans un bidonville installé depuis deux ans à Lille, dont l’évacuation était demandée par le Conseil départemental, et la petite fille dans l’une des cabanes construites dans un bois, à Carrières-sous-Poissy (Yvelines), dont l’installation n’était pas connue et dont les habitants avaient probablement été expulsés d’un bidonville évacué depuis peu. Ces enfants sont morts des conditions de précarité dans lesquelles ils ont été maintenus, et que les expulsions répétitives aggravent sans apporter aucune solution, se contentant de déplacer le problème. L’UNICEF dont le rapport fait état, à la suite du collectif « Morts de la rue », de 10 enfants Roms décédés en 2013 dans les bidonvilles, recommande de "favoriser une stabilisation des familles vivant en bidonvilles en mettant un terme aux démantèlements erratiques et successifs des campements, en appliquant à la lettre la circulaire interministérielle d’août 2012, et en permettant l’accès aux dispositifs sociaux de droit commun respectueux des droits de l’enfant".    Le MRAP exige que cette recommandation soit entendue, pour que jamais plus en France, des familles ne soient déchirées par la perte d’un enfant dans ces conditions atroces.    Paris, le 10 juin 2015 * * * Gens du voyage. Le livret de circulation, c’est fini !   http://www.ouest-france.fr/gens-du-voyage-le-livret-de-circulation-cest-fini-3466293#reactions   Les députés ont voté dans la nuit de mardi à mercredi la suppression du livret de circulation imposé aux gens du voyage, ainsi que des mesures pour plus d’aires d’accueil.   L’Assemblée nationale a ainsi adopté en première lecture une proposition de loi socialiste sur « le statut, l’accueil et l’habitat » des quelque 350000 à 400 000 gens du voyage, dont 100 000 voyagent toute l’année. Tous les groupes de gauche l’ont soutenue tandis que le groupe Les Républicains et l’UDI se sont prononcés contre.   Le texte, présenté par le député PS Dominique Raimbourg, abroge la loi de 1969 qui faisait obligation aux gens du voyage de détenir un livret de circulation, sous peine d’amende, et qui n’avait été que partiellement abrogée en 2012.   En novembre dernier, le Conseil d’État avait donné deux mois au gouvernement pour abroger les deux articles prévoyant encore cette obligation, dénoncée jusqu’à l’ONU.   Autre disposition de la loi de 1969 supprimée par la proposition de loi qui doit maintenant être débattue au Sénat : l’obligation d’être inscrit dans une commune de rattachement pour pouvoir voter, et le seuil de 3% de la population au-delà duquel le maire peut refuser leur inscription.   Construction des aires d’accueil   Par ailleurs, la proposition de loi renforce les pouvoirs du préfet en matière de construction d’aires d’accueil. Actuellement, 65% des 41 500 aires d’accueil prévues depuis la loi Besson de 2000 dans les communes de plus de 5 000 communes ont été installées.   Après une mise en demeure aux communes et intercommunalités défaillantes, le préfet pourra consigner, dans les budgets locaux, les sommes nécessaires, puis après une nouvelle mise en demeure se substituer à elles, avec ces fonds.   Plus de pouvoir au préfet   L’Assemblée a rejeté, par 35 voix contre 24, des amendements de suppression de cette mesure présentés par des députés du groupe Les Républicains.   Le texte favorise aussi une diversification des terrains d’accueil des gens du voyage, avec notamment le développement des terrains familiaux locatifs pour ceux qui souhaitent se sédentariser.   Enfin, pour lutter contre les occupations illicites de terrains par les gens du voyage lorsqu’existent des aires d’accueil, la proposition de loi prévoit que la mise en demeure d’un préfet contre une occupation illicite continuera de s’appliquer si les intéressés procèdent à un nouveau stationnement illicite dans un délai de sept jours. Elle réduit aussi à 48 heures, contre 72 heures actuellement, le délai laissé au tribunal administratif pour statuer sur un recours déposé contre une mise en demeure. --------------------------------------------------------------------------- *© MRAP-STRASBOURG (http://mrap-strasbourg.org/) — 2015*  Cet email a été envoyé à : mrap-strasbourg@...   Me désinscrire de cette Newsletter (mailto:mrap-strasbourg-request@...?subject=UNSUBSCRIBE)