[Obs-enfermement] Viste actuellement du CPT en France

From : florence.boreil@... , the 3rd décembre 2010 14:03
  • 2010-12-03 14:03:08 — florence.boreil@... - [Obs-enfermement] Viste actuellement du CPT en France

Bonjour,    Pour info.   Le Comité européen de prévention de la torture, organe du Conseil de l’Europe est actuellement en France depuis le 28/11 pour 15 jours de visite dans différents lieux d’enfermement (http://www.cpt.coe.int/fr/etats/fra.htm). Sa dernière visite remonte à fin 2006. Le programme de ses visites n’est pas connu.   L’ACAT-France et d’autres organisations (Cimade, OIP) l’ont rencontré. Nous avons notamment évoqué avec lui la situations des étrangers retenus et maintenus, les détenus particulièrement signalés (DPS), la disparition de la CNDS (commission nationale de déontologie de la sécurité) absorbée par le futur défenseur des droits ainsi que le taser dont la violence du choc électrique a été qualifiée par le Comité contre la torture de l’ONU comme étant une forme de torture.   Le CPT a indiqué que l’une de ses priorités était de recueillir des informations les plus précises possibles sur l’utilisation dans les lieux de privation de liberté du pistolet à impulsion électrique (tristement d’actualité).    Si des membres du L’OEE auraient des infos à ce sujet, il pourrait être intéressant de les lui transmettre. A plus tard         cid:828035314@27052008-1EFD Florence Boreil  Responsable Programmes France (Asile et Lieux privatifs de liberté) Tél. : 01 40 40 40 28 - Fax. 01 40 40 42 44     ACTION DES CHRETIENS  POUR L'ABOLITION DE LA TORTURE 7 rue Georges Lardennois - 75019 Paris - Tél. : 01 40 40 42 43 - www.acatfrance.fr   Extrait des observations finales du CAT 26/04-14/05/10   30. Le Comité est particulièrement préoccupé par l'annonce faite par l'Etat partie de sa volonté d'expérimenter l'usage du Pistolet à impulsion électrique (« PiE », parfois également appelé "Taser") au sein de lieux de détention. Le Comité note que le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 2 septembre 2009, a annulé le décret du 22 septembre 2008 autorisant son emploi par les agents de la police municipale. Le Comité relève en outre un manque d'information précise quant aux modalités précises de son utilisation, sur le statut des personnes l’ayant déjà utilisée, ainsi que les précautions spécifiques, telles la formation et l’encadrement du personnel concerné. (Articles 2 et 16)  Réitérant sa préoccupation, selon laquelle il s’inquiète de ce que l’usage de ces armes peut provoquer une douleur aigüe, constituant une forme de torture, et que dans certains cas, il peut même causer la mort, le Comité souhaiterait obtenir de l'Etat partie des données actualisées sur l'usage fait de cette arme dans les lieux de détention.