[Obs-enfermement]Réunion publique de l’OEE - Délocalisation des audiences & visio-conférence :,,une justice dégradée pour les étrangers - 4 juin 2018, 19h, à la LDH

From : palun.laure@... , the 17th May 2018 15:00

Invitation à la prochaine réunion publique de l’OEE *Lundi 4 juin 2018 à 19h * *A la Ligue des droits de l'homme* 138 rue Marcadet, 75018 Paris métro Lamarck-Caulaincourt (ligne 12) *Délocalisation des audiences& visio-conférence : * *une justice dégradée pour les étrangers* Quatre ans après l’ouverture de la salle d’audience délocalisée du  tribunal de grande instance (TGI) de Meaux à la porte du centre de  rétention administrative du Mesnil-Amelot, la délocalisation de la salle  d’audience du TGI de Bobigny dans l’enceinte de la zone d’attente de  Roissy a finalement été mise en œuvre en 2017 avec l’ouverture  officielle de l’annexe le 26 octobre dernier. L’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) s’est opposé à ces  projets depuis le début. L’expérience confirme que les atteintes au  droit à un procès équitable, en particulier aux droits de la défense,  ainsi qu’aux principes de publicité des débats et d’indépendance de la  justice, font de la délocalisation une « justice d’exception ». Parallèlement, la visio-conférence est un outil qui tend à se répandre  dans les audiences : d’abord à la CNDA (Cour nationale du droit  d’asile), ou pour les entretiens OFPRA (Office français de protection  des réfugiés et apatrides) à la frontière et pour les audiences du  tribunal administratif de Mayotte, pour les personnes enfermées en  rétention, placées en zone d’attente ou détenues. Les tribunaux  administratifs de Melun et de Montreuil, entendent étendre cette  pratique au contentieux du CRA du Mesnil-Amelot. S’inscrivant dans cette tendance, le projet de loi « asile,  immigration » prévoit de généraliser ce dispositif à toutes les  audiences administratives et judiciaires pour les personnes en rétention  et en zone d’attente. L’OEE propose une rencontre pour cerner les conséquences de ces  dispositifs et souligner les différentes formes d’affaiblissement des  droits au moyen de cette justice dégradée. _Intervenants_ : Anafé, La Cimade, ADDE, Syndicat de la magistrature,  Barbed Wire Britain (Royaume-Uni), Défenseur des droits (sous réserve) _Modération_ : Gisti --  Laure Palun Coordinatrice associative 06 60 79 46 63 Anafé 21 ter rue Voltaire 75011 Paris Tel/Fax: 01 43 67 27 52 www.anafe.org --- L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast. https://www.avast.com/antivirus