[Pap-infos]18/01/07 Universit é Ouverte - Rencontre avec Arlette Farge,

From : precairesassocies@... , the 16th January 2007 17:44
  • 2007-01-16 17:44:48 — precairesassocies@... - [Pap-infos]18/01/07 Universit é Ouverte - Rencontre avec Arlette Farge,

JEUDI 18 janvier 2007 au 14-16 Quai de  Charente, 75019 Paris, M° Corentin cariou / cip-idf.org Université Ouverte  Rencontre avec Arlette Farge Précédée d¹une  projection-atelier du film "Image du monde, inscription de la guerre" de Harun  Farocki La  coordination des intermittents et précaires propose un cycle de rencontres sur  une année et à un rythme mensuel, qui tenteront de pointer et d¹analyser les  zones du conflit dans ce qui est nommé "néo libéralisme". Ceci, dans une  approche singulière qui est celle des savoirs "situés" de la Coordination des  Intermittents et Précaires en s¹appuyant notamment sur les cours (1978-79), de  Michel Foucault récemment publié, « Naissance de la biopolitique  ».  3ème séance  16h : "Image du monde, inscription de la guerre" de Harun Farocki,  75mn/1988 18h30 :  rencontre avec Arlette Farge "Du singulier au  collectif. Les mots et les paroles des classes populaires à travers les  archives du XVIII siècle". Suivie d¹une soupe !  "Comment retrouver la trace de ceux que la discipline  historique a toujours négligés, et qui pourtant formaient « le peuple » ?  Comment percevoir aujourd¹hui encore quelques fragments de la vie concrète  d¹une multitude d¹hommes et de femmes que les documents officiels et l¹enseignement relèguent dans une marge invisible ? C¹est pour tenter de connaître ce « sujet sans voix »  qu¹est « le peuple » qu¹Arlette FARGE, historienne, explore les archives de la  Police parisienne du 18ème siècle. A travers ces documents oubliés, soi-disant  mineurs ‹ procès-verbaux, comptes-rendus d¹incidents urbains, de faits diversŠ  ‹ elle met au jour une mine de témoignages et d¹informations sur un peuple  citadin foisonnant que le pouvoir redoutait et surveillait sans  relâche.   Vivre dans la rue à Paris au 18ème siècle et  Le Désordre des Familles écrit avec Michel FOUCAULT, témoignent ainsi  de la richesse de ces sources et inaugurent une manière différente d¹écrire  l¹histoire : en faisant des « sans voix » un objet incontournable de la  recherche.   Mais Arlette FARGE n¹est pas seulement une spécialiste  du 18ème siècle ; l¹histoire, selon elle, n¹a de sens que dans le présent et  peut permettre d¹agir. C¹est pourquoi ses travaux revendiquent un engagement  dans des luttes telles que le féminisme ‹ participation à l¹Histoire des  femmes, De la violence et des femmes, Séduction et société,  etc. ‹ ou la réflexion sur la pauvreté et la précarit頋 entre autres  Fracture sociale et Sans visages, l¹impossible regard sur le  pauvre.   C¹est donc dans un aller-retour permanent entre passé  et présent que l¹histoire devient ici un précieux outil de réflexion et  d¹action politiques. "  Jean-Christophe Marti