[Pap-infos] RDV mercredi 2 juillet : UNEDIC, ne nous laissons pas éliminer !

From : ac.paris-lundi@... , the 27th June 2003 17:42
  • 2003-06-27 17:42:49 — ac.paris-lundi@... - [Pap-infos] RDV mercredi 2 juillet : UNEDIC, ne nous laissons pas éliminer !

Plan d¹Aide au Retour à l¹Emploi se prononce PARS ! Ne nous laissons pas éliminer !
Rassemblement Mercredi 2 juillet à 10H
UNEDIC, 80 rue de Reuilly, 75012 PARIS Métro Montgallet
À l'appel d'AC!, APEIS, MNCP Tout comme on s'est attaqué au droit à la pension de retraite, à augmenter la durée d¹emploi exigée, à diminuer la durée et le montant des allocs, on programme l¹éviction des chômeurs et travailleurs précaires du droit à une allocation. L'accord UNEDIC du 27 juin 2003, si il était entériné tel quel, exclurait pour sa part de nombreux intermittents du spectacle d'une indemnisation dont la durée serait amputée d'un tiers. Comme à Besançon, Paris, Le Havre, Lyon, Caen, Marseille, il est urgent de converger partout où c'est possible avec les manifestations de refus de ces mesures d'élimination (occupations, zap, visites des signataires UNEDIC, etc.) impulsées par des intermittents du spectacle. Un autre UNEDIC antérieur, celui du 20 décembre 2002, agréé par le gouvernement Raffarin, s'applique au "règime général" (comme on continue de le dire d'un racket qui n'ouvre des droits qu'à une minorité des demandeurs). Il va exclure plus de 800 000 chômeurs et précaires de l'assurance chômage sur les 2 millions d'indemnisées UNEDIC comptabilisés fin avril, chiffre lui-même en baisse depuis janvier. Beaucoup n'auront donc plus aucun revenu : le RMI est interdit aux jeunes de moins de 25 ans ; cette allocation, tout comme l'Allocation Spécifique de Solidarité (ASS), dépend des revenus du foyer, elles seront donc refusées à la plupart des chômeur-e-s dont le/ la conjoint-e dispose d'un revenu. Cette nouvelle dégradation des droits, décidée par le MEDEF, la CFDT et leurs complices, s'inscrit dans la sordide logique d'assistance aux employeurs qui caractérise le Plan d¹Aide au Retour à l¹Emploi, agréé en 2001 par le gouvernement Jospin. Depuis lors, les radiations se multiplient. Elles risquent de se multiplier encore : pour masquer les dégâts sociaux de ces mesures, les Assedic vont convoquer les chômeurs et tenter de provoquer des retours à l'emploi non choisi sous menace de radiation. Les dirigeants actuels continuent en effet de " valoriser le travail " en faisant du chômage un enfer, en dévalorisant et culpabilisant le/la chômeuse. Ils prévoient d'attaquer le RMI pour" activer les dépenses passives ", c¹est à dire verser directement aux employeurs les allocations dues aux chômeurs et précaires, renforçant ainsi un modèle que pratique déjà l'UNEDIC. L¹insertion se résumerait strictement à l¹emploi. Avec le Revenu Minimum d¹Activité (RMA), un nouveau contrat offrirait aux entreprises une assistance financière et une main d¹¦uvre au rabais tandis que les allocataires devraient se faire employer pour un demi SMIC mensuel, soit 180 euros de revenu supplémentaire sous peine de disparaître eux aussi du dispositif (radiations). Les intermittents en lutte  le disent, maintenant c'est action ou disparition Pour l'indemnisation de toutes les formes de chômage et de précarité, la revalorisation des revenus des chômeurs : - pas d'allocation inférieure au SMIC mensuel - libre choix de son emploi et de sa formation.