[Pap-infos]Radiations ASS : appel à té moignage (AC!)

From : yotogui@... , the 17th February 2005 00:13
  • 2005-02-17 00:13:51 — yotogui@... - [Pap-infos]Radiations ASS : appel à té moignage (AC!)

---------- De : nadmat@no-log.org Date : Wed, 16 Feb 2005 16:01:42 +0100 (CET) À : ac-forum@... Objet : [ac-forum] Radiations ass: appel à témoignage Ce texte constitue un premier témoignage sur les radiations ASS. La commission RMI ASS IDF se propose de récolter d'autres témoignages de "radiés" ou en voie de l'être afin dans un premier temps de constituer un dossier de presse conséquent . Envoyez-nous vos textes et vos coordonnées, soit en passant par forum soit en nous écrivant à AC!Commission RMI-ASS IDF 23, bis rue Mathis 75019 Paris jean-pierre et nadia -------------- Pas de roses pour les radiés Depuis plusieurs mois, des allocataires de plus de 50 ans de l’ASS [1] se voient radiés par la DDTE [2] de Paris dans le plus grand secret sans que la presse ou les pouvoirs publics n’en fassent état ni s’en émeuvent, eux pourtant prêts par ailleurs à faire jouer la corde des bons sentiments quand elle peut leur servir. La DDTE de Paris justifie ces coups bas par des motifs simples : « Insuffisance d’actes positifs de recherche d’emploi (Article R351-28 du Code du Travail) » et « Absence de motivation ». Comme par hasard, ces radiations s’effectuent souvent quelques mois avant que l’allocataire n’atteigne 55 ans, moment où il peut demander une dispense de recherche d’emploi. La discrimination par l’âge pèse déjà de plus en plus sur les chômeurs de 35-40 ans. Demander de chercher du travail sur un marché de l’emploi qui ne veut guère (ou pas du tout) des quinquagénaires, voilà une situation cynique que veut ignorer la DDTE tout en l’imposant. En d’autres termes, cette noble institution, sûre du bien-fondé de ses actions, ne tient pas compte de la réalité du marché du travail, mais aussi se tait avec zèle sur les consignes de radier qui lui viennent d’en haut, c’est-à-dire du Ministère du Travail et de son ministre. Et quelle drôle de coïncidence, n’est-ce pas , que de radier pour des motifs légaux un allocataire de l’ASS juste avant qu’il puisse obtenir cette dispense de recherche d’emploi. [3] ? Connaissez-vous des bateaux qu’on coule systématiquement juste avant d’arriver au port après un long périple ? Eh bien, cela se pratique avec un bic dans les bureaux feutrés de la DDTE. Mais plutôt que la galère comme on le dit souvent, le chômage de longue durée n’est-il pas une drôle de navigation en solitaire dont personne ne parle et sans sponsors ? L’ASSEDIC ou la DDTE comme sponsors, est-ce possible ? Et vous, partis de gauche, si enclins à vous apitoyer sur le sort du faible ou de l’air pur, vous n’en dites rien ou presque, comme d'habitude ! Et vous, Président de la République, cette suspension de la réforme de l’ASS que vous aviez annoncée après les élections régionales, c’était un poisson d’Avril à double tranchant agité au-dessus de la tête des chômeurs électeurs ! Savez-vous au moins qu’on radie certains de vos compatriotes que vous traitez tous de « Chers » dans vos allocutions télévisées ? Dans un sens, la suspension de la réforme est finie, les régionales sont déjà loin et le tranchant continue d'agir . Mieux vaut se refaire une virginité avec le Tsunami. La DDTE pourrait répondre : « Moi, couler des bateaux, couper des têtes, vous n’y pensez pas! Je ne suis qu’un contrôleur du travail mué en contrôleur du chômage. J’ai la bonne conscience professionnelle d’un fonctionnaire obligé de prouver chaque jour son utilité pour gagner son pain. Je ne fais que vous enlever l’ASS pour mieux vous mettre au RMI. C’est normal, vous faites preuve d’absence de motivation. Vous aviez un corps, on vous le raccourcit. Vous aviez une barque, vous aurez une coque de noix. » Excepté ceux qui militent, l’immense majorité des chômeurs, sans doute parce qu’ils n’ont pas voix au chapitre, se réfugie dans le mutisme, et laisse les faussaires parler à leur place. Pour entamer cette loi du silence, puisque les radiations se font « en douce », pourrait-on envisager une procédure en justice sur ces bonnes œuvres de la DDTE et peut-être du Ministère du Travail ? Qu’en pensez-vous ? Évidemment, pour ce faire, il faudrait être un certain nombre à se sentir touchés de près par cette affaire, je ne vous le fais pas dire ! Une petite vingtaine pourrait suffire pour commencer, pour faire savoir à d’autres ce qui est arrivé à notre ASS, et arriver à des témoignages utiles pour tous. Cela pourrait faire un article dans la presse. On en a grand besoin. Rameurs de longue durée, radiés ou non, de Paris et d’ailleurs, quittez pour un temps votre silence. Qu’elle radie, cette chère DDTE, d’accord ! Qu’on ne puisse pas faire grand-chose, peut-être, car le droit du plus fort est bien là. Mais qu’au moins, cela se sache, on peut en parler, et pas dans le vague, comme dans un bulletin météo, les télé-débats mêlasse ou les statistiques pointues. A partir de cas vivants, des chômeurs touchés au vif, et sommés de chercher ce qui n’existe pas. Mais ce qui n’existe pas pour des chômeurs existe pour la DDTE et son ministre. Là est la fracture. Alors, où se trouve la vérité ? Chez les croyants ou ceux qu’on fait passer pour renégats et qui pourraient bien expliquer ce à quoi ils sont confrontés ? En tout cas, même s’ils se cachent, les supposés renégats sont plus nombreux que les croyants du Ministère. (JP) [1] Allocation Spécifique de Solidarité (426 euros/mois) [2] Direction Départementale du Travail et de l’Emploi. [3] Le rédacteur du Code du Travail, n'a-t-il pas aussi sa part de responsabilité?