[Pap-infos]Appel au blocage des lycéen-ne-s de Rennes

From : precairesassocies@... , the 22nd February 2006 09:27
  • 2006-02-22 09:27:34 — precairesassocies@... - [Pap-infos]Appel au blocage des lycéen-ne-s de Rennes

Manifestation pour le retrait du CPE jeudi 23 à 14h30 Place d'Italie   et un peu partout ailleurs ! ------------------------------------------------- Appel des lycéen-ne-s de Rennes Nous, lycéen-ne-s de Rennes, réunis en assemblée générale le lundi 20   février, sommes déterminés à poursuivre jusqu’au bout le combat   contre le Contrat Première Embauche (CPE). Nous dénonçons une attaque sans précédent en direction des jeunes de   moins de 26 ans et de tous les salariés de ce pays. Nous estimons que   cette mesure constitue une précarisation inacceptable de nos   conditions de travail et un cadeau fiscal pour le patronat (par les   exonérations de charges). Nous, lycéen-ne-s de Rennes, refusons d’être une main d’œuvre   corvéable et jetable. Nous exigeons le retrait pur et simple du CPE. Malgré l’offensive gouvernementale (procédure d’urgence, 49-3,…), la   mobilisation ne faiblit pas, au contraire, elle s’amplifie ! Depuis   le 7 février (plus de 300 000 manifestants en France), l’université   de Rennes 2 est en grève avec blocage. Aujourd’hui, sans compter les   IUT, c’est plus d’une dizaine d’universités qui sont en grève. Les manifestations du 7 et 14 février ont réuni respectivement 15 000   et 10 000 jeunes et salariés dans les rues de Rennes. Les lycéen-ne-s   représentaient environ la moitié des cortèges. S’en est suivi toute   une série de blocages de lycées. Sur les 15 lycées publics que compte   la ville, 11 ont été bloqués au moins une journée. Sur certains   d’entre eux, le blocage décidé en assemblée générale a été reconduit   pour plusieurs jours ! Ces actions sont le reflet de notre   détermination à combattre la précarité institutionnalisée. Ces dernières années, les mouvements sociaux ont connu de nombreuses   défaites illustrant le coup de force libéral du gouvernement. Avec le   CPE, le gouvernement détruit le droit du travail et la sécurité de   l’emploi. C’est dire si la réponse que nous devons apporter doit être   à la hauteur des enjeux.           C’est pourquoi, les manifestations, bien que très utiles,   ne permettent pas d’instaurer un rapport de force suffisant. Les   blocages décidés démocratiquement en assemblée générale permettent à   tous les lycéen-ne-s de participer au mouvement. Ainsi, il est   possible d’organiser des débats, des AG, de distribuer des tracts, de   participer aux manifestations, de s’informer,…sans être pénalisé par   les cours manqués. De plus toute une partie du système éducatif est   bloqué. L’année dernière, les blocages de lycées, mis en place pour protester   contre la loi Fillon ont manqué de coordination. Malgré tout, ce sont   plusieurs centaines de lycées qui ont été bloqués à travers la   France. Cette année, contrairement à l’année dernière, les blocages   ne sont pas le signe de l’essoufflement d’un mouvement mais   démontrent la maturité de l’expérience acquise. Cela illustre la   nécessité de mettre en place ce type d’action immédiatement, mais   aussi la possibilité de le faire comme en atteste l’exemple de   Rennes. En outre, pour que cela soit réellement efficace, les   blocages doivent être coordonnés au niveau national.                    En ce sens, nous appelons l’ensemble de la   jeunesse et des salariés de ce pays à se mobiliser avec détermination   et à poursuivre le combat jusqu’au bout. Nous relayons les appels de   la coordination nationale réunie le samedi 18 février à Rennes :   blocage des lycées là où c’est possible et manifestation le jeudi 23   février et coordination nationale à Toulouse le samedi 25 février.