[Pap-infos] Pogo against StarAc (intermutin, nov.2003)

From : precairesassocies@... , the 18th November 2003 04:33
  • 2003-11-18 04:33:38 — precairesassocies@... - [Pap-infos] Pogo against StarAc (intermutin, nov.2003)

Pogo against Star Ac Les actionnaires de TF1, Endemol, Arthur, Delarue  nous doivent des milliards d�euro. Plus ennuyeux : ils nous s�parent de nous-m�mes et, via leurs gouvernements,  d�clarent vouloir nous appauvrir jusqu�au d�nuement. Jusqu�� l�emploi comme seule source d�acc�s au revenu. La force de travail livr�e nue au patronat des plateaux, des fast-food, des centres d�appels, des mairies, des conseils g�n�raux. Surnum�raires des march�s des corps, des cerveaux, des d�sirs. En CDD. Au cachet. A la rue. L�exigence cette fois-ci d�une abdication compl�te de soi-m�me. La r�forme des 8 et 10, de l�ASS, du RMI, des retraites� L�invasion de la StarAc a �t� une action radicale contre cet �tat de fait. Contre le dispositif kapitaliste de pr�dation du sensible et d�exploitation du commun (g�n�rateur de dividendes toujours plus grandes pour les actionnaires,  et d�angoisse et de pr�carit� pour des millions d�autres). Qui en t�l�-r�alit� g�n�re la publicit� ? C�est nous. Qui sont les acteurs non r�mun�r�s des talk-shows, des  journaux t�l�vis�s, des programmes de t�l�-r�alit�? Qui composent les segments client�laires de publics, propri�t� des transnationales ? Encore nous. Qui cr�e les musiques, les go�ts, les langages bient�t conditionn�s dans les r�gies de Vivendi, M6, Lagard�re puis commercialis�s � travers  leurs cha�nes, leurs interfaces, leurs stations de radio, leurs journaux ? Qui par son travail enrichit Time-Warner, Microsoft, TF1 ? Nous qui regardons h�b�t�s ou constern�s le d�chet de notre  pr�sence s�afficher pixelis� sur l��cran cathodique, sur les produits d�riv�s, sur les murs des villes, dans les JT, les magazines, � travers les c�bles et les ondes, dans les paysages urbains pli�s au management des marques, dans nos vies soumises aux OPA et � la valorisation des firmes. Ce qu�on peut voir dans la StarAc c�est � l�usine-club � � produire des stars manufactur�es emboit�e dans l�entreprise (Arthur, TF1, Endemol) affair�e � produire de la valeur � partir de langages, de go�ts, d�aptitudes, de comportements, de modes de vie, de sentir � communs �. A notre intention, sous leur tyrannie : nous leurs acteurs de concours, leur public de clients.  Les employ�s intermittents de leurs entreprises. Les faire-valoir de leurs �conomies locales. Les pr�caires intern�s sur leurs march�s C�est la lutte pour de nouveaux droits sociaux qui rend visible, et vuln�rable, la r�alit� du dispositif de pr�dation. De management. Qui nous lib�re de nos r�les. Qui nous donne � vivre. Qui nous fait prolif�rer, parce que je suis nombreux, jusqu�au collectif. C�est la lutte pour de nouveaux droits sociaux qui forme la seule critique pertinente de ces programmes, des entreprises qui les con�oivent, de leurs actionnaires : la mis�re globale int�gr�e.                            Nous, nous nous agencons avec les puissances de la po�sie, d�un amour illimit�, du d�ploiement sans fronti�res de notre force de cr�ation multiple.  De la vie.                                                                                                                         L� o� commence la bataille pour la libert� d�bute l�implosion du march� des publics, de l��conomie de l�information, des brevets, du copyright. Du Kapital-r�alit�. Le retour vers soi. La sensation d�un possible commun.   Arthur, Endemol, Delarue, assist�s par leurs vigiles, leur Medef et sa discoth�que, prosp�rent en pr�levant la rente sur nos d�sirs et  nos savoirs.                                                                  Nous, dans des d�cors de publicit� r�duits �  l�exposition de la banalit� nue. Dans les studio-ch�teaux scolaris�s � apprendre le vedettariat pour tous. A faire tourner la roue pour tenter  d��chapper aux huissiers, � l�ANPE, aux fers du contrat.                                                                      Le temps qui vient. La critique de la propri�t� intellectuelle : la socialisation enti�re du revenu et de la richesse, de la connaissance et du vivant, de l�information et du savoir. Le grand retour du bonheur.                                         Dans le m�me moment o� sont d�mantel�s les droits collectifs du fordisme �merge le paradigme de la t�l�-r�alit�. Telle une image pieuse de l��conomies des brevets et du copyright.  Avec son vainqueur r�mun�r� forfaitairement � l�audimat, au talent, au droit d�auteur.  Comme un programme de ce qu�on nous administre jour apr�s jour dans nos existences, sur nos lieux de travail, dans les ANPE, � l�Unedic. Rapport ins�cable entre le durcissement des conditions d�acc�s � l�existence et l�exploitation syst�matis� du r�el-laboratoire, des simulacres  de la sensibilit�, avec leur cort�ge d��nonc�s sur � la proximit� �, de culte de l��motion, de l�intime, de � l�authenticit� �. Par les entreprises de marketing des formes de vie, de conditionnement sous �cran des go�ts, des opinions, des �motions, leurs cha�nes de sous-traitants, leurs prestataires de cerveaux, de services. La t�l�-r�alit� : mode d�exploitation-pollution de ce commun que nous avons commenc� de construire depuis le d�but de notre lutte. Du formatage de cette mati�re � le langage et les aptitudes � produire du sensible, de la sant�, de l�intelligence, de la coop�ration � Arthur et consorts extraien la survaleur. Cette survaleur est le produit exploit�-d�grad� de notre pr�sence hautement qualifi�e, mortelle, fragile, inquantifiable, insondable, derri�re et devant l��cran. Dans la Star Ac : � conformer son comportement aux consignes de l�entreprise. A �faire semblant que ce n�est pas un emploi�. L�exposition d�une simulation-v�rit� de soi � un million d�euro la partie. Devant l��cran : s�par�s de nous-m�me, dans le ressentiment de la passivit�. R�duit au vote d��limination de Richard ou Marie. Au-del� de la solitude. A moins de 6.000 francs par mois. Sans savoir jamais de quel revenu demain sera fait. L�ersatz  de �r�alit�� (� base de � formes de vie, de r�ductions d� � exp�riences ��), mati�re premi�re et en m�me temps force productive,  nourrit l� extraction de la valeur diffuse, sans centre ni circonf�rence, partout pr�levable dans la soci�t�-entreprise, litt�ralement � l��tat de gaz.  Venez confier votre viol avant la publicit�, vos enfants autistes en moins de deux minutes trente, votre d�pression, ne soyez pas trop longue, d�autres malades attendent�. Nous, nous placerons ces r�cits sur le second march�, l� o� se multiplient nos dividendes grossies des r�formes de l�assurance ch�mage, de l�assurance maladie, des r�gimes de retraite. Entrez dans le Loft, venez concourir sous l�objectif de nos cam�ras, nous investirons vos simulacres de vie en commun dans nos fonds de pension, nous valoriserons sur le Nasdaq vos ann�es de formation concr�tis�es par un emploi en centre d�appels, nous placerons en actions vos aptitudes artistiques � chanter, � jouer la com�die, vos larmes, vos rires, vos �motions, vos chagrins si c�est possible, votre sexe bien s�r, nous vendrons ce programme � nos clients parqu�s devant nos �crans, endett�s, et ce magma cristallis� en publicit� ira nourrir la valeur boursi�re de nos entreprises, et ce travail  cristallis� en spot sera activ� par nos RMA, nos temps partiels, nos polices, nos CDD, nos Interim, nos huissiers, nos guerres.   Mais qui sont-ils ces �tranges t�l�op�rateurs rivalisant au centre du dispositif, cette figuration du commun � jouant le jeu � : lofters de la Plaine St Denis ou des Iles, petits chanteurs des ch�teaux en kleenex : ce qui reste de nous lorsque nous avons �t� usin�s dans les rouages de l�industrie culturelle. Pr�caris�s sur son march� du travail. Pass�s au crible du management et de la discipline des formations acc�l�r�es. Appauvris jusque sous le smic. Inhib�s jusqu�au mim�tisme de la plus infantile performance. Litt�ralement pr�t � tout livrer de soi pour se soustraire � l�angoisse du salariat. De l��viction.  La t�l�-r�alit� : le d�chet de notre pr�sence commune. Une bouffonnerie manag�e, sous contr�le de psychiatres, d�un �tre ensemble de laboratoire. Ayant int�rioris� les normes de l�emploi par projet, flexible, modul� par la concurrence, d�muni de protection, requis de simuler l�adh�sion, la joie, la passion. La partie de la pr�sence compatible avec la valorisation : la force de travail post-fordiste, son march� des publics, son industrie des simulacres de vie. Sa vertigineuse s�paration d�elle-m�me. Jusqu�au reniement tourn� en folie, en bestialit�.  En concurrence de tous contre tous. Jusqu�� la peur panique.  Ce qui est donn� � voir dans la StarAc : la forme privatis�e d�acc�s � l�image public d�un Nous. Le totalitarisme de l�emploi post-fordiste. Sa religion de la libert� par l�asservissement � ses normes. L�attaque massive contre tous les droits qui pourraient en nuancer l�empire. Le resserrement de la grille polici�re, s�alimentant de la r�forme de l�ASS, de la retraite � 75 ans, de la dictature du contrat, alentours du Loft. Lorsqu�un Nous surgit de l�image num�rique, que la pr�sence se r�tablit dans son int�grit�, la substance privatis�e est instantan�ment refoul�e. C�est alors le moment de la beaut� et de la tension :  le tremblement de la pr�sence� la fugitive apparition d�un Autre. Samedi 18 octobre.  Ce soir l� nous avons fabriqu� un moment d�acc�s � nous, une contre-expertise-en acte du mode de production et de management kapitaliste  du sensible, � ce moment l� nous avons rendu visible le contre-champ de notre lutte pour de nouveaux droits sociaux, et c�est �a qui a effray�, que l�on ose, et c�est �a qui a �t� condamn� � travers les violences et les poursuites engag�es contre nos camarades. Nous precaires associ�s de paris L'intermutin, materiaux pour le pr�cariat novembre 2003 http://pap.ouvaton.org __________________________________ Do you Yahoo!? Protect your identity with Yahoo! Mail AddressGuard http://antispam.yahoo.com/whatsnewfree