[Pap-infos] [ac-forum] Le PS régional contre l'utilisation intensive des transports en commun

From : yotogui@... , the 17th June 2004 10:29
  • 2004-06-17 10:29:03 — yotogui@... - [Pap-infos] [ac-forum] Le PS régional contre l'utilisation intensive des transports en commun

De : "eric"  Date : Tue, 15 Jun 2004 15:29:08 +0200 À : "AC! FORUM"  Objet : [ac-forum] Le PS régional contre l'utilisation intensive des transports en commun Le PS régional contre l'utilisation intensive des transports en commun. +++++++++++++++++++++++++++++++++ Le Parisien , vendredi 11 juin 2004 : 260 000 amendes sont distribuées chaque année. 30 euros : prix de l'amende qui passe à 52 euros si vous ne payez pas tout de suite et à 180 euros au-delà de deux mois. 15 000 à 20 000 saisies sur comptes bancaires sont effectuées chaque mois pour cause de non-paiement d'amendes. (De plus la RATP a obtenue des condamnations de voyageurs sans tickets grâce à la LSQ, peines de TIG et peines de prisons probablement par défaut (note du maileur)) ET SI LA LUTTE contre la fraude passait par la gratuité des bus ? Idée farfelue ? La gratuité a un prix. Autrement dit, il faut bien que quelqu'un règle la note. Et si ce n'est pas le voyageur (aujourd'hui, il ne paie directement que 28 % de son ticket, le reste étant pris en charge par ses impôts d'une part et les employeurs d'autre part, 50 % pour ces derniers), cela risque d'être... le contribuable. Selon le Syndicat des transports d'Ile-de-France Stif, qui gère métro, bus et RER en région parisienne, l'accès gratis aux seuls bus coûterait à peu près 500 millions d'euros par an. Une étude du conseil régional d'Ile-de-France a d'ailleurs, l'année dernière, évalué la gratuité dans les transports collectifs y compris métro et RER à 2 milliards d'euros. (Le coût de la tarification : tourniquets, porte anti-fraude, fabrication de titres de transports de plus en plus sofistiqués, infalsifiables, controleurs... reviens plus chère mais le STIF, le conseil régionnal, ou le ministère des transports, refusent unanimement de faire une étude sur le sujet (idem)) Une somme suffisamment importante pour que Serge Méry, vice-président PS chargé des transports au conseil régional, y soit opposé : « C'est absurde, il faudrait considérablement augmenter les impôts locaux. Et puis cela pose un problème d'infrastructures. Les transports sont déjà surchargés, où mettrait-on tous les gens ? Ça exploserait. » En revanche, comme cela se pratique déjà dans certaines communes, le conseil régional va ces prochains jours demander la gratuité des transports pour les chômeurs sous réserve d'un plafond de ressources ,ainsi que l'application du demi-tarif à la carte orange (ce qu'ont les salariés depuis 20 ans(idem)) et non plus seulement au billet à l'unité pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle CMU. En attendant, les partisans de la gratuité ne manquent pas. A commencer par le délégué parisien de la Fédération nationale des usagers des transports Fnaut, Jean Macheras : « Tout le monde y gagnerait. Il y aurait moins de gens coincés dans les embouteillages, et les contrôleurs pourraient être employés à d'autres tâches, commente-t-il. Et je ne pense pas que cela ferait augmenter les impôts autant qu'on le dit... » ******************** (Le Racket Attitude) Inciter les fraudeurs à payer leur billet avant de monter dans le bus. Voilà le nouveau pari de la RATP avec son nouveau plan, la Bus Attitude, en Ile-de-France. L'urgence est réelle, la fraude représente un trou de 75 millions d'euros par an, payé au final par la collectivité- Etat, région, voyageurs, entreprises. Le taux de resquille est de 16 % sur le réseau bus. Il comprend la fraude « d'habitude » 11 % de voyageurs ordinaires et la fraude « dure » 5 % pratiquée par des marginaux que rien ne dissuade. « L'objectif de l'opération Bus Attitude est de faire chuter de 6 % la fraude dans le bus d'ici à 2006 », explique Anne-Marie Idrac, PDG de l'entreprise. « Nous visons la fraude pratiquée par tout un chacun qui monte dans le bus par n'importe quelle porte, ignore le conducteur, omet d'acheter un ticket, persuadé que personne ne lui dira jamais rien et qui parie sur le fait qu'il ne croisera pas de contrôleur. » Obliger les voyageurs à monter à l'avant (ce qui ralenti la vitesse moyenne des bus(idem)). Des équipes de deux ou trois agents arborant des gilets estampillés Bus Attitude (BA) seront postées dans les bus et auront pour mission d'inciter les gens à présenter leur titre de transport ou... à ne pas oublier d'en acheter un. « Il ne s'agit pas d'un plan antifraude bêtement répressif », prévient Elizabeth Matthieu, qui pilote le projet à la direction de la RATP mais d'un programme qui vise à « améliorer la relation de service entre l'entreprise et l'usager ». Les équipes Bus Attitude ne verbalisent pas. Mais, alors, que se passe-t-il quand elles tombent sur des récalcitrants ? « Nous sommes munis de talkies-walkies reliés à des équipes de contrôleurs qui peuvent nous rejoindre en dix minutes pour verbaliser immédiatement », explique Stéphane Lalanne, agent Bus Attitude Coût de l'opération : 11 millions d'euros. « Cinquante lignes seront aux couleurs de la Bus Attitude d'ici à la fin du mois. Elles seront repérables aux pastilles de couleur sur les fenêtres et aux bulles vertes et rouges sur les portes en fonction du sens de montée et descente, détaille Anne-Marie Idrac. Et à la fin de l'année, nous aurons équipé 235 des 320 lignes que compte le réseau. » Une opération autofinancée (!) pour un montant de 11 millions d'euros par an, soit un gain de près de 20 millions d'euros si les objectifs sont atteints. D'ici à la fin de l'année, 450 bus seront entièrement réaménagés, et 240 personnes seront recrutées pour étoffer les équipes. Les syndicats mitigés. Reste que l'opération est loin d'être du goût de la majorité des 15 000 agents de la régie. « Entre 1980 et 1999, la direction a toujours répété aux conducteurs que le prix d'un ticket ne valait pas une agression, rappelle Thierry Babec, secrétaire général du syndicat Autonomes Bus. On a laissé monter tout le monde dans le bus. Puis, en 2000, devant l'explosion de la fraude, on est passé à une répression renforcée. Dès qu'un voyageur refusait d'acheter un ticket, on le faisait descendre manu militari. Aujourd'hui, la direction propose une journée de formation aux agents pour qu'ils travaillent leur relation au client et fassent preuve de persuasion pour diminuer la fraude. Cela ne convainc personne. » --  AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC!                  'ac-forum' est la liste de débats d'AC!               Les textes diffusés n'engagent que leurs auteurs. - Pour s'inscrire ou se désinscrire, envoyer un message sans texte à   ac-forum-request@... avec 'subscribe' ou 'unsubscribe' en Sujet. - Pour tout problème ou question concernant les listes,   écrire à : ac-listmaster@... Autre liste de diffusion d'AC! : - 'ac-info' diffuse les messages officiels d'AC! (lecture uniquement) Agir ensemble contre le Chômage !    23 rue Mathis  75019 Paris Tel: +33 1 40 09 27 49  -  Fax: +33 1 40 05 05 10 Web: http://www.ac.eu.org  -  e-mail: ac@...