[Pap-infos] Forumà la coordination Diffusion programme 24-25

From : dje.t@... , the 22nd April 2004 14:21
  • 2004-04-22 14:21:00 — dje.t@... - [Pap-infos] Forumà la coordination Diffusion programme 24-25

Soyons présent ce week-end pour approfondir les questions qui ont traversées la coordination depuis le début de ce mouvement. à samedi Jérôme ***************** Coordination des Intermittents et Précaires d'Ile de France http://cip-idf.ouvaton.org/ Bien commun Discours majoritaires, pratiques minoritaires à l'initiative de la Coordination des intermittents et précaires d'Ile de France et du réseau Co-errances avec : Stop Pub, Maurizio Lazzarato et Antonella Corsani ( Multitudes), Andrée Bergeron et Christophe Bonneuil(Science citoyenne) Anti-OGM, Jérôme Gleizes (Ecorev), des membres de la Commission Ecole et du groupe Pollen (économistes) de la Coordination des Intermittents et Précaires-IDF, du Collectif des recalculés de Marseille, APEIS, AC, Laurent Guilloteau, Valérie Marange (Anis Gras), Eric Ducoing, Pascal-Nicolas Le Strat, Collectif MacDo , Collectif de femmes de ménage Arcade, Syndicat de la Magistrature,Victoire Patouillard et Isabelle Saint Saens (Act-up, Vacarme). Ariel Kyrou, Olivier Blondeau et Florent Latrive (Logiciel libre, Creative Commons), Christopher Ygddre (Périphériques)        Des discours majoritaires aujourd'hui en Europe tendent à définir la production de richesses à la seule aune de la rentabilité financière, et à considérer comme des coûts l'ensemble des activités, réalités, temps  de vie qui échappent à cette définition étroite. Tout ce qui contribue à produire le bien-être, l'éducation, les savoirs, la culture, la vie tout entière doit s'aligner sur ce système de valeurs, en devenir la "ressource" (externalités "positives" de la nouvelle économie) ou être condamnée comme "variable d'ajustement", cause de "déficits" ou de "dépenses passives" (externalités négatives).        Une telle définition de la richesse est inique, mais aussi fausse et à terme suicidaire. Le productivisme vire à l'"anti-production" dont parlait Félix Guattari. Au lieu d'enrichir la vie individuelle et collective, il condamne des populations grandissantes à l'inexistence, et chacun à un formatage subjectif déresponsabilisant. Elle assujettit la production intellectuelle et sensible aux machines de la "big science"et du spectacle, de la normativité comportementale. A partir de nos pratiques diverses de production/circulation/ usages des savoirs, de la culture et des formes de vie, nous entendons promouvoir d'autres visions de la richesse comme bien commun. Chercheurs, artistes, enseignants, ingénieurs, mais aussi chomeurs, mères de familles, habitants et usagers de territoires et services plus ou moins dégradés, nous savons le prix des gestes souvent non rétribués par lesquels nous rendons possible un vivre et un vivre ensemble sur cette planète . Nous souhaitons partager les possibles qu'ouvrent ces pratiques au-delà de leurs territorialités spécifiques et de leur capture par l'"usine-monde".        Durant ces deux jours pas de présentation magistrale mais des introductions courtes, sur des points précis de débat,discutées dans le cadre d'ateliers ouverts, avec le souhait de mutualiser l'ensemble des paroles.        SAMEDI 24 AVRIL        9h30 - 10h30 / Petit-déjeuner.        Introduction .        10h30 - 13h00        ATELIER : Production des richesses, productivisme de la rareté        (1) La richesse comme bien commun.        L'équation "toujours plus de richesses, toujours plus de pauvres", semble être la logique inflexible de nos sociétés capitalistes. Inversons la tendance, et considérons la richesse comme bien commun.        (2) Aujourd'hui, quelles sont les instances qui décident et formatent les contenus cognitifs et sensibles qui déterminent nos formes de vie? Faisons un premier repérage à travers deux piliers de nos sociétés : la science et la publicité.        - comment sont validées les orientations de la recherche scientifique ?        - comment la violence publicitaire impose des modèles de vie, produit de l'identité ?        (3) Inventions des devenirs. Bouleversant les discours majoritaires sur l'augmentation de la productivité et le creusement des déficits, des plages de productions minoritaires bourgeonnent un peu partout. Que voulons-nous produire ?        13h00 Pique-nique sur les berges du canal        14h30 - 16h30  Emploi discontinu, activité continue        (1) Les dispositifs de valorisation de la discontinuité de l'emploi au        sein des entreprises :        -Le détournement de la notion de discontinuité par le système de production vers la notion de flexibilité.        -Les nouvelles articulations Etat-entreprises dans la régulation des emplois discontinus.        (2) La constitution intermittente de l'activité dans l'art, la recherche et l'intervention sociale :        -Discontinuité de l'emploi et continuité de l'exercice de la compétence.        -Discordance statutaire et concordance de l'exercice du métier. Emploi alimentaire et activité génératrice de sens.        (3) L'emploi mobile, intermittent, précaire, le travail invisible et la constitution des territoires : l' interruption des festivals comme analyseur. 17h00 - 19hOO NOUS SOMMES TOUS DES RECALCULES" Le jeudi 15 avril, le tribunal de grande instance de Marseille donne gain de cause aux collectifs de chômeurs ayant portéplainte contre l'Unedic. D'autres verdicts sont en attente, notamment un recours devant le Conseil díEtat. (1) La rhétorique scientifique du chômage. (2) La constitution politique des recalculés.        19h00  apéro- repas        20h00 Projection de film        Catherine Pozzo Di Borgo, Chômage et précarité, l'Europe vue d'en bas ; 1h20, INA 2003, long-métrage documentaire        21h00  Concert        DIMANCHE 25 AVRIL        11H30 Brunch        13H00 / 18H00 Luttes des précaires  De la dérégulation sociale à la métamorphose des conflits Tranversaliser les expériences        (1) L'expertise des tactiques de l'adversaire, l'intervention dans les champs de savoir et de communication        (2) Pratiques résistantes et limites des luttes légales. La question de la grève.  (3) Autovalorisation des "minorités" et refondations de valeurs collectives (4) Tactiques : expérience d'une lutte de précaires, entre usages des corps et usage des savoirs, formes de vie et politiques internationales .Act-up        (5) Outillages Logiciel libre, coopératives de diffusion/distribution. banques de semences, bases de recherche en libre accès, savoirs partagés et partageables, lieux de vie et de production"autres" ...Le bourgeonnement et parfois l'inter-connexion des pratiques minoritaires suscite de nouvelles richesses.  .        18h00 Echanges et appréciations sur le dispositif mis en place pour le week-end. Perspectives        Coordination des Intermittents et Précaires d'Ile de France        0140346023        14, 16 quai de la Charente, 75019 Paris        Métro Corentin Cariou, ligne 7.        http://cip-idf.ouvaton.org/