[Pap-infos] 362 000 occasionnels et intermittents du spectacle (INSEE)

From : yotogui@... , the 18th July 2004 09:08
  • 2004-07-18 09:08:37 — yotogui@... - [Pap-infos] 362 000 occasionnels et intermittents du spectacle (INSEE)

De : "Cip-Idf" Site internet: http://www.cip-idf.org -----------------------------------   Plus des 2/3 des salariés du spectacle sont des "occasionnels" Plus de 2/3 des salariés du spectacle sont des "occasionnels" qui ont travaillé moins de 500 heures en 2001, selon une étude de l'INSEE publiée vendredi, qui souligne le caractère "discontinu" de leur activité, marquée par des changements fréquents d'employeur, le cumul avec des emplois dans d'autres secteurs et une "probabilité réduite de faire carrière". L'Institut national de la Statistique et des Etudes économiques précise que la source statistique utilisée dans cette étude sur "les entreprises du spectacle de 1995 à 2001" - les DADS, déclarations annuelles de données sociale, remplies par les employeurs - "ne permet pas de repérer les intermittents", mais "livre des informations sur le mode de gestion de la main d'oeuvre" dans le secteur du spectacle, où l'emploi a progressé sur la période de 5,1% par an en volume d'heures et de 6,2% en nombre de salariés. Ainsi, en 2001, le secteur a totalisé 207,4 millions d'heures, l'équivalent à temps complet de 130.000 salariés. Or, dans les faits, 362.000 personnes ont travaillé au moins une heure dans ce secteur au cours de l'année. En moyenne, la durée de travail annuelle d'un salarié est "faible et en diminution" : elle est passée de 611 heures en 1995 à 572 heures en 2001. La même année, 247.500 salariés du spectacle, soit plus des 2/3 du secteur (68,3%), ont effectué moins de 500 heures et 38% des salariés du spectacle a eu au moins trois employeurs différents. Ces "occasionnels" du spectacle sont "plus jeunes que les autres" (43,7% ont moins de 30 ans), "ont très fréquemment travaillé, de manière complémentaire, dans un autre secteur" (61,7% d'entre eux). Ces activités complémentaires s'exercent le plus souvent dans le secteur public et associatif, l'éducation et la santé, le commerce de détail et l'hôtellerie-restauration. Les "occasionnels", qui sont plus souvent employés dans le spectacle vivant (où ils représentent 18% du volume horaire) que dans l'audiovisuel (8%), sont également "les plus affectés" par la "forte saisonnalité de l'emploi", constate l'INSEE. Plus d'un "occasionnel" sur deux exerce une activité artistique (qui ne représente qu'un tiers du volume d'emploi des entreprises de spectacle), tandis que 54% des salariés travaillant plus de 500 heures par an "ne relèvent ni d'une profession artistique, ni d'une profession technique" : ils exercent des activités administratives, commerciales ou de service. En 2001, le spectacle comprenait 24.200 établissements, dont 17.300 dans le spectacle vivant et 6.900 dans l'audiovisuel. Côté rémunération, l'INSEE relève que le salaire horaire est plus élevé dans le spectacle que dans le reste de l'économie, mais que la dispersion des salaires a augmenté entre 1995 et 2001. En 2001, le salaire horaire médian était de 10 euros dans le spectacle vivant et 14,2 € dans l'audiovisuel. Enfin, l'étude souligne qu'il est "difficile de faire carrière dans le spectacle": "plus de 40% des salariés ayant eu un emploi dans ce secteur une année donnée n'y sont plus l'année suivante". La difficulté est encore plus grande pour les "occasionnels", qui ont "beaucoup moins de chances d'améliorer leur situation ou même de se maintenir dans le secteur", conclut l'étude. AFP