[Resf.info] RESF URGENT ET IMPORTANT

From : resf.info@... , the 18th juin 2009 15:03
  • 2009-06-18 15:03:24 — resf.info@... - [Resf.info] RESF URGENT ET IMPORTANT

** *Deux objets à ce RESF.info* *1° Alae Eddine, garçon de 19 ans, en France depuis l'âge de 14 ans expulsé vers le Maroc moins de 48 heures après son interpellation.* Arrêté une première fois  en octobre 2007, la mobilisation de son lycée le fait sortir du CRA. Arrêté encore en aût 2008, il est libéré par le juge de libertés et de la détention. Il avait été parrainé le 30 mai 2009 par Georges Gumpel, ancien enfant caché pendant la guerre. On fait savoir ce qu'on en pense au minisère et à l'Elysée. Idée de plus : relayer sur facebook ? 2° *rafle orchestree en Corse* * * *Expulsion express pour Alae Eddine, un symbole de la politique du gouvernement. * * * Mardi 16 juin 2009, vers 21 h : arrestation lors d’un contrôle sans raison apparente de deux jeunes ayant l’air maghrébin. Alae Eddine El Jaadi est « en situation administrative irrégulière ». Garde à vue de 24 h. Mercredi 17 juin vers 21 h : transfert au CRA de Lyon Saint Exupéry. La routine. Jeudi 18 juin avant l’aube : transfert en voiture en direction d’un aéroport parisien et à 8 h 30 embarquement sur un avion de la Royal Air Maroc en direction de Casablanca. Les faits, rien que les faits. Qui est Alae Eddine pour qu’on l’expulse avec une telle hâte et un tel mépris du droit, et au-delà des formes, du droit humain le plus élémentaire ? Alae Eddine, 20 ans, est un jeune homme discret, un peu timide, dont le visage s’éclaire d’un sourire quand on lui parle. Il est venu en France, il y a cinq ans pour faire de bonnes études. Sa tante française l’a accueilli et adopté par kafala. Hé oui, nos liens anciens avec nos ex-colonies font que bien des familles ont des membres ayant des nationalités différentes ! C’est le poids de l’histoire. Mais ce que chacun de nous pourrait faire pour ses gosses, l’envoyer étudier à l’étranger, est impossible pour nos ex-colonisés. Alae Eddine a pu aller à l’école en tant que mineur, mais devenu majeur, sa présence est apparemment insupportable pour le gouvernement et son éminent représentant le Préfet du Rhône. Qu’importe que ce jeune homme ait réussi sa formation, qu’il trouve un apprentissage, qu’il apporte finalement son talent à notre pays, qu’importent toutes ces réalités quand le gouvernement dédie un ministère spécialisé dans l’expulsion à tout prix. Alors malgré les demandes, la préfecture n’accorde pas de titre de séjour, et  en cas d’arrestation inopinée fait pression pour que l’expulsion se fasse en express. En expulsant le plus vite possible, on évite le passage devant le juge des libertés qui apprécie des conditions de l’interpellation, de la validité de la mise en rétention. Nous laissons la justice juger du mépris dans laquelle la tient l’exécutif. Nous laissons le simple citoyen juge de la brutalité des faits et de l’énergie dépensée pour « réussir » cette expulsion. Il a fallu que dès mercredi matin des fonctionnaires cherchent des places sur un vol en urgence, que des forces de polices soient mobilisées dans la nuit pour un transfert à Paris puis pour accompagner le « délinquant » dans son expulsion. Alae Eddine est parti avec 80 € que nous lui avons fait passer, avec les vêtements de son arrestation, il n’a pu saluer ni sa famille, sa tante qui s’est déplacée à la PAF, ni son parrain, ni ses amis. *Viré comme un malpropre pour la gloire de qui ? * ** *Nous demandons le retour immédiat et un titre de séjour Vie privée et Familiale pour Alae Eddine* ** *écrire* en franchise postale *à* *Monsieur le Président de la République* *Palais de l'Elysée* *55 rue du Faubourg Saint Honoré* *75 008 Paris*** Merci de faxer et mailer votre indignation, à Matignon : *jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr*, *antoine.gosset-grainville@premier-ministre .gouv.fr *, * arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr*, * myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr*, * igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr* Elysée : *claude.gueant@...*, *franck.louvrier@...*, * maxime.tandonnet@...* *Rappel du communiqué précédent* Signataires :   RESF, UJFP, FSU 69, SE-UNSA 69, SGEN-CFDT 69, SUD Education 69, CGT Educ 69  Mardi 16 juin 2009, vers 21 h,  Alae Eddin a été arrêté pour contrôle alors qu'il était assis sur un muret à Mermoz avec son cousin. ! ! ! ! Deux véhicules de police étaient stationnés à proximité, et deux jeunes en train de discuter cela doit sans doute paraître suspect. Et en effet, Alae Eddine, 20 ans, est un « délinquant » puisqu’il est « en situation administrative irrégulière ». Arrivé mineur en France, scolarisé, il demande en vain des papiers depuis qu’il est majeur. Interpellé, il a été placé en garde à vue à l’hôtel de police où il a passé la nuit. Il devait être transféré à la Police de l’Air et des Frontières (PAF) ce matin 17 juin. Dès la nouvelle de son arrestation, son parrain et les amis d’Alae Eddine se sont retrouvés devant l’hôtel de police. Un fonctionnaire nous a informé de son transfert probable à la PAF. Alae Eddine est un jeune homme discret et souriant mais dont la vie est comme suspendue parce qu’il n’a pas de papiers. *Il est en état de mort sociale par décision préfectorale.* Il ne peut pas poursuivre une formation en alternance, il ne peut pas travailler alors qu’une entreprise lui propose un apprentissage, il ne peut pas passer le permis de conduire……Il ne peut pas discuter en plein air un soir d’été sur un muret ! Alae Eddine a sa vie et ses amis ici : *Samedi 30 mai 2009, Alae Eddine était parrainé par** *Georges Gumpel, ancien enfant caché parce que juif, fils de déporté, partie civile au procès de Klaus Barbie, membre de l’UJFP, *et Christiane Demontès, sénatrice du Rhône. *  Ses amis, son entourage, son avenir sont ici. Son parrainage, la qualité des liens qu’il a su tisser, le nombre de gens qui l’entourent au moment de cette nouvelle arrestation en sont la preuve vivante. *Alae Eddine doit pouvoir retrouver le droit de vivre et de rêver, celui de travailler comme tout jeune de ce pays. Il doit être libéré et régularisé. * * * *Rappel* Alae Eddine El Jaadi est arrivé en France en 2004 à l'âge de 14 ans, Il a été confié à une tante par kafala (adoption), chez qui il réside à Lyon. Immédiatement scolarisé, il apprend le français et fait des études de plâtrier-plaquiste couronnées par un CAP en 2008.   Devenu majeur en janvier 2007, la Préfecture refuse de lui donner un titre de séjour et l’enferme en centre de rétention (CRA ) en octobre 2007. La mobilisation de son lycée lui permet d'éviter l'expulsion et de terminer son année scolaire. En juin 2008, Alae Eddine souhaite se perfectionner dans son métier en poursuivant sa formation par un apprentissage, mais pour cela il lui faut un titre de séjour "salarié" ou "vie privée et familiale" que la Préfecture lui refuse. Il est de nouveau enfermé en centre de rétention en août 2008. Assigné à résidence par le Juge des Libertés, il doit vivre caché pour éviter une nouvelle arrestation. Malgré cette grande précarité, Alae Eddine reprend une année scolaire en maçonnerie. Mais pour quoi en faire, s’il ne peut un jour travailler et vivre sereinement ?   Alae Eddine est depuis 5 ans en France, soit un quart de sa vie ! Une expulsion serait catastrophique, les liens avec sa famille au Maroc se sont forcément distendus, puisque un sans-papiers ne peut voyager, et surtout il a construit sa vie ici. 2°   RAFLE ORCHESTREE EN CORSE Lundi en fin de journée , au cours d'une vaste opération savamment orchestrée , 14 personnes en situation irrégulière ont été arrêtées dans des conditions inédites à ce jour (présence des caméras, arrestation en pleine journée , 80 policiers, photos publiées des personnes à visage découverts mais menottes floutées, arrestations en pleine rue, sur la passerelle d'embarquement du bateau, etc...).
 La couverture médiatique de cet évènement les a présentés (au mépris de
toute présomption d'innocence) comme faisant partie d'un réseau (le mot est-il anodin ?) organisé de clandestins fournisseur de faux impliquant un médecin et un avocat Bastiais.
Après la visite des personnes habilitées de la cimade et d'un avocat au centre de rétention de Borgo (créé pour l'occasion dans la journée par arrêté préfectoral ! ) , la réalité semble toute autre: il s'avère en fait que toutes ces personnes , si elles ont un lien avec l'avocat mis en cause, ont toutes un dossier de demande de régularisation en cours à la préfecture. Certaine d'entre elles ont même un RDV prévus dans les jours et semaines à venir (bien que la préfecture s'en défende ...).  Aucune de celles visitées à ce jour ne détient dans son dossier de fausse déclaration comme il leur est reproché. (faux usage de faux , aide au séjour irrégulier en bande organisée etc..)  Cependant , elles passeront toutes devant le JLD demain et après demain ,et leur expulsion sous 48h a d'ores et déjà été annoncée à plusieurs reprises dans différents médias.
Il est insupportable , outre les conditions invraisemblables de leurs arrestation et le traitement médiatique clairement orienté, que des personnes victimes de profiteurs peu scrupuleux au regard de leur situation, puissent être ainsi doublement accablés. C'est pourquoi nous demandons la libération de ces personnes et leur régularisation immédiate.
 Merci de bombarder la préfecture de fax et de mails  Vous pouvez copier /coller la lettre , la modifier , ou en écrire une autre si vous le souhaitez.
Monsieur le préfet,
14 personnes en situation irrégulière ont été arrêtées lundi à Bastia dans des conditions inacceptables. Elles sont actuellement en rétention au centre de Borgo créé spécialement pour l'occasion. Le traitement médiatique de cette affaire au mépris de toute présomption d'innocence a laissé entendre qu'elles faisaient partie d'un "réseau de sans papiers organisé".
 Il n'en est rien, et toutes ont actuellement un dossier en cours dans
votre administration (certaine ont même des RDV prévus dans les jours et semaines à venir.)
 La méthode autant que les buts de cette vaste opération de communication
plus que contestables sont indignes de notre démocratie.
 Nous en appelons donc à votre pouvoir pour rétablir dans les plus bref
délais la justice et la dignité de notre pays en les libérant et en rééxaminant leur dossier dans le but d'une régularisation rapide.
 Dans cette attente, veuillez croire, monsieur le préfet, en la confiance
que nous portons dans les valeurs républicaines que vous représentez.
 Cordialement,  Fax de la pref : 04 95 34 06 82  bureau des étrangers: 04 95 34 50 69  Secrétariat général : 04 95 34 52 84  prefecture.haute-corse@haute-corse.pref.gouv.fr  Secrétariat général : Mr Jean-Marc Magda : 04 95 31/34 64 81 </blockquote>jean-marc.magda@haute-corse.pref.gouv.fr