[sanspap-rennes] DE LA NECESSITE DE SORTIR DE LA CONCEPTION DE L'ETAT-NATION

From : chrisdelarue@... , the 26th February 2007 09:14
  • 2007-02-26 09:14:31 — chrisdelarue@... - [sanspap-rennes] DE LA NECESSITE DE SORTIR DE LA CONCEPTION DE L'ETAT-NATION

DE LA NECESSITE DE SORTIR DE LA CONCEPTION DE L'ETAT-NATION Ma conférence sur le Manifeste à Rennes "Aller vers une autre  démocratie, citoyenne et populaire" ( * ) ne pouvait être qu'une  introduction  relativement brève au regard de l'ampleur du sujet. (*) http://www.local.attac.org/35/Introduction-ALLER-VERS-UNE-AUTRE J'ai notamment volontairement occulté la problématique de la citoyenneté  issue de l'histoire de l'Etat-nation pour m'en tenir à  un définition de  la démocratie issue du peuple. En fait je pense comme d'autres issus du  mouvement de lutte pour l'insertion des immigrés que le mouvement  altermondialiste doit sortir du modèle de l'Etat-nation. Daniele LOSCHAK  a passé de longues années à expliciter cette nécessité. Cependant les  propos qui suivent doivent beaucoup à Michel Terestchenko (1) I - UNE COMPREHENSION ISSUE DU MILITANTISME EN DEFENSE DES MIGRANTS * La situation présente et historique L'immigration est une manière de vivre, une manière douloureuse d'être  au monde. La condition d'immigré au plan juridique et social - donc  existentiel - est un mélange d'être et de néant. Plus précisément il est  un être en chemin, en chemin vers la naturalisation, l'insertion,  l'intégration. Du coup l'immigration peut se définir à la fois comme  transition et comme fragilité. La conception de la nationalité comme condition de la citoyennté fait de  l'immigré un être illégitime : il n'est pas le national dans lequel  l'immigration l'a placé et l'a amené à vivre. Il est présent exclus. * Le mouvement pour en sortir Le national est le produit historique de l'Etat-nation. Au national le  mouvement antiraciste et pour l'égalité oppose le résident, celui qui  vit sur un territoire donné, qui produit et paie des impôts. Le résident  a vocation a disposer des droits étendus de la citoyennté.Il circule  librement, il s'installe et passé un certain temps - de 3 à 5 ans - il  devient pleinement citoyen . C'est une revendication que les citoyens  rabougris que nous sommes aussi ont intérêt à soutenir (cf  l'altercitoyen 2) II - DE L'ETAT-NATION A LA CITOYENNETE * Etat-nation à nationalité : C'est l'Etat qui confère la nationalité et donc l'étrangeté soit en  vertu du jus sanguinis, soit en vertu du jus solis. Le droit du sang  détermine l'appartenance à la communauté sociale et politique par la  filiation. Le droit du sol opère cet effet d'appartenance -exclusion par  la naissance de l'individu sur le territoire (français). * Nationalité à citoyenneté L'attribution de la nationalité confère des droits civiques et  politiques qui caractérisent la citoyennté stricto sensu. Mais la  citoyenneté lato sensu comprends trois niveaux distingués par D. Loschak : - Citoyennté-égalité dans l'exercice des droits - Citoyenneté-participation à la vie sociale - Citoyenneté-exercice de la souveraineté nationale Christian DELARUE 1 Note de lecture de "Philosophie politique, tome 2 : Ethique, science  et droit" de Michel Terestchenko Note de Christian DELARUE sur chrismondial http://www.blogg.org/blog-44839-date-2007-02-11.html 2 ALTERCITOYEN. Citoyen confiné, séparé, exclus ou citoyen d'émancipation http://www.local.attac.org/35/spip.php?article731