[sanspap-rennes]bilan Week-End : sarkozy a encore gagné (pour cette fois) !

From : dunezat.xavier@... , the 23rd April 2006 21:16
  • 2006-04-23 21:16:24 — dunezat.xavier@... - [sanspap-rennes]bilan Week-End : sarkozy a encore gagné (pour cette fois) !

Comme prévu, nous étions une bonne vingtaine vendredi 21 avril à partir  de 17 h pour installer le camping, dans le cadre de l'action régionale  décidée par la coordination Bretagne / Pays de Loire. La date était bien  choisie puisque, le 21 avril 2002, Le Pen arrivait au 2nd tour et Lionel  se retirait de la vie politique. Elle était bien choisie (sans faire  exprès) compte tenu de ce qui s'est passé. Voici un résumé : 17 h = les premières tentes sont montées et la place de la mairie est  largement décorée par nos affiches, banderoles et tracts. 17 h 30 = la police municipale (4 agents) se présentent et nous  demandent nos intentions : nous déclarons une installation pour la nuit  ou le WE. Les policiers repartent en nous souhaitant un bon WE. Tout  s'annonce bien. 17 h 40 = les mêmes policiers reviennent et nous annoncent, un portable  à la main, qu'il est hors de question de nous installer car vu ce qui  s'est passé avec le village étudiant "contre le CPE" patati patata. Mr  Préault (PS) serait disposé à recevoir une délégation. Nous acceptons et  3 personnes se préparent. 17 h 45 = la police nationale arrive, façon cowboys. Echanges de paroles  entre les deux polices et, visiblement, les cowboys ne sont pas les  bienvenus aux yeux des policiers municipaux avec lesquels nos échanges  sont courtois. 17 h 50 = les cowboys nous disent de plier. On refuse. Contrôle  d'identité. 3 personnes donnent leurs papiers. On trouve les cowboys  désagréables et on leur dit. Au même moment, un policier municipal nous  dit que Mr Préault ne nous recevra que si les tentes sont pliées en  préalable. Nous envoyons notre bienaimé camarade socialiste sous les  roses. Nous contactons quelques élu-e-s de diverses tendances pour  qu'ils-elles interviennent. 18 h = de plus en plus de policiers arrivent. Cela nous donne une  certaine visibilité et beaucoup de gens s'arrêtent pour découvrir nos  proses. On décide de monter deux tentes de plus. Un policier vient nous  dire qu'on va se fatiguer pour rien. On les monte quand même. Puis  longue attente avec un RG et des policiers qui nous disent clairement  qu'ils vont intervenir car village étudiant patati patata. 18 h 40 = les policiers, qui sont maintenant au nombre de 40,  s'habillent et s'alignent en haut de la place de la mairie (une partie  restant en retrait). Un commissaire vient et nous somme d'enlever les  tentes sinon ils vont s'en charger. Nous demandons qui ordonne cela et  nous comprenons qu'il y eut alliance entre Edmond et Bernadette. Nous  exigeons une AG pour décider et nous l'obtenons. Une discussion d'une  dizaine de minutes s'engage entre nous 25 avec les 40 flics à quelques  mètres. Plusieurs sont pour refuser de défaire les tentes. Plusieurs  autres sont pour refuser et les défaire nous-mêmes dès qu'ils les  approchent. Les dernier-e-s sont pour accepter ce que demande la police.  Compte tenu de la présence de quelques personnes sans-papiers, nous  fonctionnons comme d'hab et nous nous alignons sur la position qui  permet de garder le plus de personnes présentes, donc la 3è. 19 h 15 = les tentes sont défaites. Les flics évacuent en nous  conseillant de pas rejouer aux con-ne-s une fois qu'ils seront partis.  Nous décidons de maintenir l'AG, le pique-nique, la soirée. L'AG  rassemble une quanrataine de personnes et nous échangeons sur ce qu'il  faudrait faire pour changer cette société de merde. Nous décidons de  remonter une tente dès le jour suivant à 17 h. Des personnes de passage  nous conseillent d'informer davantage sur le collectif et sur les lois  Sarko car tout ceci est ignoré. Une personne nous invite à organiser des  sketches pour rendre plus dynamiques nos actions, qui sont un peu molles  selon une autre personne. Une personne nous invite à faire des diffs  massives dans les boîtes aux lettres et à changer nos lieux de  rassemblement en nous déplaçant dans les quartiers où les étranger-e-s  sont plus présent-e-s. 21 h = pique-nique joyeux avec un peu d'alcool parce que, après tout,  quoi merde hein... 23 h = on plie et on rentre. _BILAN: _beaucoup de gens sont très fâché-e-s et très choqué-e-s par  l'attitude de nos élu-e-s de gauche. Tout le monde s'accorde sur le fait  que ras-le-bol du décalage entre pratique et discours (on vous soutient  gnagnagnagna). Le PS a été plus particulièrement désigné comme le parti  responsable de ce qui s'est passé. Nous n'avions déjà pas aimé la  manière dont il nous avait reçu-e-s lors d'une visite à sa permanence en  mars (pour un soutien à C qui n'a jamais eu lieu alors que même l'UMP  avait fait un geste). Nous avons encore moins aimé les 40 flics pour nos  25 gueules dont tout le monde sait à Rennes qu'elles ne se caractérisent  pas par un usage fréquent de la violence. Et je parle même pas de  l'absence de toute visite de la part des élu-e-s pour venir nous  convaincre verbalement d'enlever les tentes. Et la victoire de Sarkozy,  c'est celle-là : c'est qu'on a même plus besoin d'être de droite pour se  comporter comme les plus lâches des répressifs. Beaucoup d'entre nous  sont des gens qui feront tout pour empêcher Sarko d'arriver au pouvoir,  y compris au moment des élections de 2007. La grande erreur du PS (à mon  avis très personnel) est de croire que pour cela les gens comme nous  voteront automatiquement PS (s'ils-elles votent). Y a des traces qu'on  oublie jamais et ça, Lioségojackdomi auraient tout intérêt à s'en  préoccuper au plus vite sinon y en a d'autres qui vont devoir annoncer  leur retrait de la vie politique d'ici un an... Samedi, 3 personnes se sont d'abord rendues à la fac à 13 h 30 suite à  l'invitation à un débat sur l'immigration, dans le cadre d'un forum  local rennais qui devait rassembler plusieurs autres universités. Une  fois de plus, c'était une pseudo-invitation puisque tout était annulé.  On nous a dit d'attendre une heure et demie de plus, d'inscrire une  annonce de débat sur un tableau je sais pas où et de discuter avec les  gens qui viendront. Comme on n'a pas que ça à foutre, on a dit au revoir  tout le monde et j'ai pensé très fort "convergence, mon c.." (une fois  de plus). Toujours samedi, de 17 h à 19 h 30, nous avons tenu notre rendez-vous  hebdomadaire. Nous étions une bonne vingtaine et une petite centaine  d'étudiant-e-s nous ont rejoint. Gros succès de nos affiches (surtout  sarko dégage !) et tracts puisque beaucoup de passant-e-s s'arrêtaient.  A 18 h, nous avons fait une AG de rue et nous étions une cinquantaine.  C'était assez chouette, en particulier un débat sur la convergence des  luttes avec plusieurs étudiant-e-s. On se disait que ça avait permis  d'avancer mais, manque de pot, celles et ceux qui restaient venaient  d'autres villes (grenoble, montpellier) et les rennais-es n'étaient plus  là. Donc faudra envisager une vraie explication locale un jour sur la  convergence quand les invitations qu'on nous fait à la fac ressembleront  à autre chose qu'à du faux-semblant (avis personnel bien sûr mais comme  je me suis tapé tous les déplacements à la fac, je commence sérieusement  à en avoir ras-le-bol). Allez, bises, amour et paix.