[sanspap-rennes] CR AG 27/09

From : camille.gir@... , the 28th September 2011 11:26
  • 2011-09-28 11:26:41 — camille.gir@... - [sanspap-rennes] CR AG 27/09

28 personnes en AG hier soir, dont 11 migrant-e-s.  Une personne nouvelle donc on commence par présenter le collectif, délit et le conseil des migrants. On enchaîne sur le problème du non-renouvellement du récépissé des personnes demandeuses d'asile. Pour rappel : pour renouveler le récépissé au bout de 3 mois, la préfecture exige désormais que les personnes soient domiciliées ailleurs qu'à la Croix-Rouge. A elles de se trouver une autre domiciliation sinon pas de récépissé. Des personnes du Conseil des Migrants ont rencontré quelqu'un à la préfecture qui leur a confirmé cette nouvelle procédure et l'impossibilité d'y déroger, ajoutant que l'Ille-et-Vilaine serait le dernier département à appliquer ce truc dégueulasse. Selon cette personne, l'objectif est de permettre à la PAF de localiser plus facilement les demandeur-se-s d'asile, notamment ceux-celles ayant reçu une OQTF : sachant que c'est la raison officiellement invoquée, on imagine même pas quels pourraient être les objectifs cachés de cette mesure... Il n'y aurait cependant aucune note officielle à ce sujet, il s'agirait d'un simple ordre verbal du préfet, et ça on trouve ça très bizarre.  Deux migrant-e-s présent-e-s à l'AG témoignent que la prèf a effectivement refusé de renouveler leur récépissé, et qu'on leur a également supprimé l'Allocation Temporaire d'Attente ! Et hop de nouvelles économies pour l'Etat ! Le Conseil des Migrants souhaiterait rendre le problème visible, par le biais d'une action avec le collectif. On décide de continuer à se renseigner et de solliciter un rendez-vous en tant que collectif avec des avocat-e-s de Rennes, afin de voir si des actions juridiques sont envisageables (ce qui impliquerait que des personnes concernées portent plainte).  On pourrait aussi parler avec les avocat-e-s d'un problème du même ordre, celui de l'exigence d'un titre d'identité avec photo pour déposer un dossier d'étranger malade : de nouvelles conditions dont on ne sait même pas bien quelles peuvent en être toutes les conséquences tordues, mais qui en tout cas, empêchent très efficacement les personnes d'accéder à leurs droits !  On fait le point sur la situation de la famille de Saint-Aubin du Cormier : les parents s'organisent, les initiatives se multiplient et la solidarité est impressionnante. Une nouvelle réunion des parents d'élèves est prévue jeudi. Pour le moment, la famille est logée dans un camping-car, et une solution un peu plus confortable se dessine mais rien de sûr pour l'instant.  On évoque la nécessité dans ce genre de cas de combiner de manière la plus cohérente possible la mobilisation militante et le suivi juridique du dossier par un-e avocat-e. On constate que ce n'est pas toujours facile, et on rappelle l'existence du groupe de défense des étrangers, un groupe d'avocat que le collectif pourrait rencontrer.  A 19h30, petite entracte : on va faire coucou aux foules rennaises qui se rendent au meeting de F. Hollande, à la Halle Martenot. On n'est visiblement pas les seul-e-s à avoir des choses à dire, vu le nombre de personnes, banderoles, pancartes, tracts qui sont là ! Tracts écoulés comme des petits pains, puis arrivée de Hollande qui aura lui aussi son tract (bravo G.), à moins qu'il ne l'ait perdu dans la bousculade parce que les gens dehors étaient quand même pas mal énervés...  On laisse le PS occuper sa soirée et on retourne à la MIR, où on constate que le problème des actions en cours d'AG, c'est qu'on perd quasiment tou-te-s les migrant-e-s et quelques autres personnes aussi.  G. nous dit qu'elle a été sollicitée pour parler dans le documentaire que le Conseil des Migrants diffusera lors de la soirée du 8 octobre : ça ne nous pose pas de problème.  E. et I. nous informe que le Conseil de l'ISTIC, unité de formation et de recherche informatique et électronique, a adressé une motion au président de l'Université de Rennes 1. L'ISTIC dénonce le fait que plusieurs étudiant-e-s étranger-e-s non ressortissant-e-s de l'UE, diplômé-e-s en informatique et électronique à Rennes I, se sont vus refuser leur permis de travail sous prétexte que les métiers de l'informatique et l'électronique ne sont plus dans la liste des métiers ouverts à tou-te-s sans condition. Ça va dans le même sens que l'augmentation des seuils de ressources pour les étudiant-e-s étranger-e-s et  la restriction de l'accès au travail pour les étranger-e-s. E. nous tient au courant en cas de réponse du président de l'Université, dont on espère d'ailleurs qu'il se prononcera pour tou-te-s les étudiant-e-s, pas seulement ceux-celles de l'ISTIC... On réfléchit à la multiplication des placements de familles en rétention, aux procédures non-légales de sorties de logement qui sont mises en œuvre... on ne sait pas encore ce qu'on peut/va faire, mais on est d'accord sur le fait qu'il faut trouver ! On discute et valide un tract sur le droit au travail des personnes demandeuses d'asile. Une action est à venir. On termine sur l'action pour la semaine du 8 au 15 octobre, comme prévu lors de la coordination régionale : on a plein de trucs à dénoncer (la liste s'allonge chaque semaine, Sarko se rend pas compte à quel point il alimente la lutte !), plein d'idées, on ne va pas s'ennuyer !  A compléter, modifier...