[sanspap-rennes]acharnement à l'école pablo picasso (35)

From : resf35@... , the 29th March 2007 17:21
  • 2007-03-29 17:21:00 — resf35@... - [sanspap-rennes]acharnement à l'école pablo picasso (35)

Ce mardi 27 mars, au retour de l'école Pablo Picasso vers 16h30, un  petit garçon devait fêter ses six ans avec ses deux parents. Cela ne  s'est pas fait sans la venue de 4 membres de la PAF de Rennes. La PAF,  la famille les connaît depuis le mois de novembre, car ils étaient venus  pour une femme enceinte vivant dans l'appartement au-dessus. Et comme en  novembre, ils se retrouvent devant la PAF, pas les mêmes mais presque.  Mais la situation change pourtant parce qu'ils ne vont pas pouvoir les  arrêter, alors qu'ils ont l'enfant à portée de main (en novembre, la PAF  était aller jusqu'à entrer dans l'école pour récupérer en vain l'enfant,  mais ça, la préfecture le nie!). Car l'histoire ne se répète pas ici, un  membre du collectif de l'école Pablo Picasso passe dans la rue, sent le  danger et ayant le courage d'une directrice d'école rue Rampal se  précipite dans la maison. Un échange vif a lieu entre notre héroïne, "gaulée comme trois pommes"  et les représentants de l'identité nationale. Ils viennent pour une  femme enceinte (elle doit accoucher le 21 avril!) Mais s'intéressent  toujours à cette famille qu'ils n'ont pu arrêter. Ils reçoivent un appel  de la préfecture (tiens, tiens!); ils signalent que l'enfant a six ans  (l'âge de l'obligation de scolarisation) et qu'ils ont en face d'eux un  membre du collectif. Les 4 repartent seuls en affirmant qu'ils  reviendront le lendemain ou le samedi ou plus tard... il est étonnant qu'ils aient la volonté d'arrêter une femme qui va  accoucher ( elle ne pourrait prendre l'avion!) Mais nous savons qu'ils  continuent à surveiller les alentours de l'école: les R.G sont toujours  présents lors des rassemblements de soutien. Mais ils ont affaire à un collectif dynamique qui s'organise devant le  silence des pouvoirs académiques et le mépris de la préfecture.  L’exemple de l'école rue Rampal était dans l'esprit des membres de la  PAF. La directrice était insultante et brutale. Ils sont en fait confrontés à des citoyens déterminés et qui ne plieront  jamais devant l'injustice même lorsqu'elle apparaît sous le masque de la  loi ni devant la violence, surtout lorsqu'elle apparaît sous l'uniforme  des forces de l'ordre. Jean-Claude RESF35