[sanspap-rennes]Compte-rendu de l’assemblée générale d’hier mardi 29/09/15

From : karenjeuland@... , the 30th September 2015 15:15
  • 2015-09-30 15:15:56 — karenjeuland@... - [sanspap-rennes]Compte-rendu de l’assemblée générale d’hier mardi 29/09/15

Compte-rendu de l’assemblée générale d’hier mardi  29/09/15 Nous étions une quarantaine à MIR hier soir. Nous étions ravi.e.s parce qu’il y avait des nouvelles personnes, venues à l’assemblée générale grâce à la manif de samedi ou au rassemblement du mardi place de la République. Comme quoi, être dans la rue, ça attire des gens !  On a donc commencé par présenter le collectif et son fonctionnement, en espérant que ça ne ferait pas fuir les nouveaux venus. (elles et ils sont resté.e.s ...) Réunion assez intense : des discussions, des débats, des colères, des prises de décisions, des autosatisfactions, des tracts, des rires, des poussettes, etc.  Plusieurs choses, donc : 1.    Dispositif C.A.S.N.A.V (Centres académiques pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs)  L’Académie de Rennes ne possède pas de CASNAV. Certes, un réseau de personnels au niveau de chaque département a été mis en place, mais il semblerait que ce ne soit pas suffisant. Une personne, spécialiste de cette question, est venue nous parler de ce problème à l’AG de la semaine dernière. Plusieurs enseignant.e.s ont témoigné des difficultés liées à cette situation. Nous avions décidé de faire une petite visite collective à l’Inspection académique de Rennes, ce mercredi, histoire d’éclaircir les choses et de comprendre pourquoi pas de CASNAV ici. Malheureusement, à main de levée, nous n’étions pas assez nombreu.ses.x pour cette action. Mais on ne lâche rien, on se recompte mardi prochain.  Des syndicats enseignants, des assos, etc doivent être informés. Une réunion doit être organisée sur ce sujet.  2.    La manif de samedi  - Globalement on s’est dit que c’était une belle réussite en ces temps souvent bien gris : 1500 personnes ; une manif animée ; avec de chouettes slogans (De l’air, de l’air, ouvrons les frontière, la Méditerranée est un cimetière ! ; Qu’est-ce qu’on veut ? des papiers ! ; Et les murs : Y’en a marre !) ; pas mal d’orgas, d’assos, de syndicats, de collectifs réunis ; en amont, beaucoup de petites mains pour faire le travail de distribution de tracts ; quelques médias.  - On a ensuite entamé une discussion sur la signature des tracts. (Si ce débat, ne vous intéresse pas, passez au point 3).  Certain.e.s souhaiteraient que le collectif signe avec d’autres organisations des tracts et ont trouvé la position du collectif, pour l’organisation de la manifestation, pas très claire. Les arguments de celles et ceux qui refusent la signature des tracts avec d’autres : compliqué de signer avec des organisations avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord sur les revendications (par ex, samedi tout le monde n’était pas sur la ligne « Régularisation de toutes les personnes sans-papiers ») ; certes, on a pas signé de tract commun, mais cela ne nous a pas empêché de nous retrouver tou.te.s dans la rue et c’est ça l’important; s’il avait fallu se mettre d’accord sur les mots d’ordre, on aurait certainement été moins nombreu.ses.x ; ne pas signer nous a aussi par exemple permis, dès notre tract finalisé, de commencer à differ sans attendre, or le temps des orgas est plus long ; nous tenons au fait de pouvoir collectivement parler, rédiger des tracts, les rediscuter, etc, ce qui n’est pas possible avec des orgas (on ne va débarquer à 40 ans dans une inter-orgas !) ; etc. Certain.e.s ont l’impression que ce principe de non signature de tract n’est pas assez discuté au collectif.  Compliqué de se mettre d’accord, hier soir, d’autant plus qu’on avait pas mal de choses à voir. Du coup, nous avons décidé qu’on reviendrait sur ce sujet la prochaine fois que la question se présentera pour une action ou autre.  Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au collectif, les principes peuvent bien-sûr se discuter et se changer quelqu’ils soient. Cependant certaines personnes tiennent à ces principes, non pas en soi, mais parce que, d’après ces gens, ils permettent au collectif d’être ce qu’il est sur le fond et sur la forme. Évidemment le collectif est ce que celles et ceux, qui y sont, en font. À rediscuter, donc.  3.    Rassemblement à la Préfecture pour dire STOP au harcèlement préfectoral contre les migrant.e.s et le racisme institutionnel Le collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes appelle à un rassemblement le mercredi 7 octobre à 12h devant la préfecture Beauregard, à Rennes pour dénoncer le harcèlement préfectoral que subissent les personnes étrangères qui demandent l’asile politique ou une carte de séjour. Le collectif parle de racisme institutionnel car, d’après ce que nous observons, ce sont les personnes étrangères originaires d’Afrique subsaharienne qui sont la cible privilégiée de la Préfecture. Pour plus de précisions, il faut se référer au mail de X daté d’hier soir qui développe les différentes formes d’harcèlement que nous dénonçons.  On a discuté un tract sur ce sujet. Il doit être finalisé et validé à la prochaine AG. Mais en attendant, pour diffuser l’info, il faut se servir du message de X. Diffusons tout azimut ! Ras-le-bol de cette préfecture qui rend les gens fous !  4.    Plusieurs sujets à discuter la semaine prochaine parce qu’on était fatigué et qu’on avait envie d’aller boire un verre ensemble :  - Bilan du colloque « Luttes de l’immigration, luttes antiracistes » qui s’est déroulé à Paris et auquel 3 personnes du collectif ont participé. Elles doivent nous dire ce qui s’y est dit…  - Réunions mensuelles d’information pour les personnes sans-papiers qui arrivent à Rennes : on les reprend ? Sous quelle forme ? Ciao, karen.