[sanspap-rennes] 10 ans: bref CR+photos

From : gabriellejarrier@... , the 30th April 2012 13:56

Samedi nous avons crié contre le racisme et pour l'immigration, contre les expulsions, la rétention, le cas par cas, les contrôles au faciès... Nous étions à peu près 150, avons traversé la gare puis marché jusqu'au marché du blosne, avec nos silhouettes symbolisant les expulsé-e-s du CRA de Rennes dans le dos. Au marché, nous avons décoré le début de la place zagreb avec nos silhouettes et nos banderoles. Le collectif a pris la parole pour expliquer son action, le cass papiers de brest (seule ville à représenter la coordination régionale!), puis les partis et orgas (PC, gauche unitaire, UDB, PS) se sont également exprimés, avant la prise de parole du conseil des migrants, puis d'individus. Beaucoup d'"historiques" du collectif, avec ou sans papiers, étaient présents, et ça, c'était chouette. On a ensuite pique-niqué tous-tes ensemble (merci à N et S pour le pain et le breizhella), avant de rejoindre l'aéroport puis le centre de rétention, où ô surprise nous avons pu faire un parloir sauvage, nous approcher des grilles, sans qu'aucun déploiement policier massif ne nous en empêche... (=nouvelle stratégie de l'ennemi, nous signifier par leur non présence que notre nombre est tellement dérisoire qu'on ne leur fait pas peur? et donc nous déprimer un petit peu plus ?). Qu'à cela ne tienne, à une petite centaine, nous avons échangé avec les retenus, sous la surveillance quand même de la police aux frontières. Des musicien-nes nous ont offert quelques morceaux, puis nous avons terminé la journée par des prises de parole, collectif, conseil des migrants, collectif sur les libertés publiques (?). Départ en slogans, puis musique... Avis strictement personnel, on peut se réjouir de deux choses: avoir (grâce à une voiture sono hyper puissante) crié haut et fort dans les rues de rennes et du blosne (qui ne voient pas très souvent de cortège de manifestant-e-s), notre colère face au déferlement croissant d'idées et de paroles racistes, notre dégoût face à la politique d'immigration, notre volonté sans faille d'en découdre, de virer sarkozy, de virer le pen, et surtout de virer leurs idées dégueulasses. Nous étions audibles et visibles.  Ensuite, il n'a quand même pas tant que ça plu, et ça c'était pas gagné! Je pense que certain-e-s voudront compléter modifier, n'hésitez pas. Quelques photos en pj (si vous les voulez en HD, faites signe). Gabrielle