[sanspap-rennes]tr: Fw: Occupation d'un gymnase à Paris 10e par les mineurs isolés

From : suzy.bossard@... , the 22nd December 2014 18:12
  • 2014-12-22 18:12:01 — suzy.bossard@... - [sanspap-rennes]tr: Fw: Occupation d'un gymnase à Paris 10e par les mineurs isolés

Pour info S
  Date: Mon, 22 Dec 2014 10:35:45 +0100   From:   To: zpajol@...   Subject: [zpajol] Occupation d'un gymnase à Paris 10e par les mineurs isolés      Nous, jeunes réfugiés, âgés entre 12 et 17 ans, sommes depuis deux   mois livrés à nous-mêmes dans Paris. Arrivés de divers pays d’Afrique,   nous vivons et dormons dehors en cette période de grand froid. Pour   faire face à cette épreuve, nous avons décidé de nous regrouper. Ainsi   nous dormons ensemble boulevard de la Villette dans le 19e   arrondissement.         L’Etat refuse de nous reconnaître pour ceux que nous sommes, à savoir   des mineurs isolés en danger. A l’heure actuelle, nous sommes exclus   de tous les droits existants pour nous en tant que mineurs, à savoir   la protection, la santé et l’éducation.            Livrés à nous-mêmes, la seule option qui nous est proposée est de   faire la queue à la Permanence d’accueil et d’orientation des mineurs   isolés étrangers pour une improbable place d’hôtel réservée pour 25   personnes alors que nous sommes plus de 100 à être confrontés à cette   situation d’extrême précarité. De fait, nous sommes alors contraints   de passer la nuit dehors en plein hiver, dans l’insécurité, sans   nourriture, ni vêtement, sans soins ni hygiène.            Dans ce calvaire, nous avons rencontré des personnes, des associations   qui nous soutiennent (nourriture, vêtements…). Ensemble, nous avons   convenu que cette situation ne pouvait plus durer. Compte tenu du   froid et de la fatigue, nous avons décidé de trouver par nous- mêmes   un refuge, vu qu’aucune solution ne nous est proposée. Nous avons   décidé d’investir un gymnase ce dimanche 21 décembre, au 116, quai de   Jemmapes - 75010 Paris,         Comme nous avons compris que pour l’Etat nous n’existons pas, par cet   acte nous interpellons les autorités publiques. Nous exigeons d’être   pris en charge comme la loi l’impose dans le cadre de la protection   des mineurs (hébergement, scolarité).      La Mairie de Paris doit également prendre ses responsabilités et nous   trouver des solutions d’hébergement afin qu’aucun mineur ne reste à la   rue.
 _______________________