[sanspap-rennes] occupation mairie de Rennes

From : dunezat.xavier@... , the 26th February 2004 11:47
  • 2004-02-26 11:47:01 — dunezat.xavier@... - [sanspap-rennes] occupation mairie de Rennes

Nous avons occupé hier la mairie de Rennes pour commencer à réagir par rapport aux mises à la rue de bien des sans-papiers et par rapport aux risques de mise à la rue de familles déboutées du droit d'asile par le foyer Guy Houist (avec action en justice pour les personnes qui refusent de partir de leur logement). Il s'agissait donc de réclamer le logement pour toutes et tous, avec ou sans-papiers. La cible "mairie" se justifiait par le fait que c'est bien sur le territoire rennais que des gens sont à la rue ou vont l'être, qu'il y en a ras-le-bol que personne ne réagisse (notamment les élu-e-s) et qu'une occupation mairie a l'avantage d'être plus cool qu'une occupation préf au moment de rendre public le problème, notamment quand l'occupation voyait la participation d'une quinzaine de personnes sans-papiers... L'occupation a débuté à 15  heures, nous étions environ 25 et nous avons été jusqu'à une bonne quarantaine. Réussite donc. Grosse couverture médiatique (locale bien sûr). Dès notre arrivée une élue de permanence (PCF) a longuement parlé avec nous (seule au milieu de notre assemblée) sans demander de délégation. Dès le début, le ton était donné : "Nous ne pouvons pas faire grand chose, vous n'êtes pas sur la bonne cible car c'est l'Etat qui est responsable de tout ça, ceci dit, on vous soutient mais vous auriez pu nous avertir avant pour qu'on prépare". De notre côté, nous avons tout de suite fonctionné en décision collective : une proposition de leur part, réunion collective, décision collective, réaction de leur part, etc. Nous exigions les choses suivantes :     1) Assurance d'un logement pour toutes les personnes en risque d'expulsion du foyer, actuelles et à venir.     2) Prise de position publique (médias) de la mairie ou des élu-e-s sur la diminution du budget ALT qui permettait jusques-là de loger les familles.     3) Envoi d'un courrier par la mairie à toutes les administrations concernées (préf, DDASS, etc). Nous avons obtenu le 3 et peut-être le 2. Pour le 1, a priori, "ils" ne peuvent rien faire. Après leurs propositions (il est alors plus de 18 heures), nous nous sommes réuni-e-s et avons demandé aux personnes sans-papiers de dire ce qu'il fallait faire, étant entendu que ce sont elles les concernées. Elles nous ont dit qu'il fallait attendre la réponse des administrations aux courriers de la mairie et voir ensuite, donc qu'il fallait stopper l'occupation. Ce qui a été fait vers 18 heures 30, dans la joie et la bonne humeur (et le froid car il caille drôlement dans cette mairie, faudrait l'occuper pour dénoncer les conditions de travail des employé-e-s). Cependant, nous avons souligné que, dès qu'une famille serait expulsée, nous reviendrions avec sacs de couchage pour occuper définitivement. La prochaine action par rapport au logement sera sans doute au Conseil Municipal du 8 mars, car nous voulons notamment avoir les élu-e-s de droite (que nous négligeons trop dans nos actions) en face de nous pour qu'ils-elles s'expliquent, dénoncent ou justifient l'action de leur cher gouvernement de merde (excusez, ça m'a échappé). En tout cas, on lâche pas. NB 1: Nous avons été contacté-e-s par une famille de Saint-Brieuc (2 enfants) qui vit exactement la même situation là-bas et à qui les travailleur-se-s sociaux ont dit de nous contacter pour trouver un logement (???). Y a des moments, on comprend pas tout... A mardi NB 2: Il n'y a pas eu de compte-rendu de l'AG de mardi car elle avait essentiellement consisté à préparer l'action de la mairie. Nous avons juste adopté une lettre aux élu-e-s leur demandant de prendre leurs responsabilités et de faire quelque chose.