[sanspap-rennes]Mineurs isolés étrangers et tests médicaux

From : happypop-raspo@... , the 26th April 2014 17:16
  • 2014-04-26 17:16:28 — happypop-raspo@... - [sanspap-rennes]Mineurs isolés étrangers et tests médicaux

On se bat depuis un moment contre les tests médicaux pratiqués sur les mineurs isolés étrangers pour déterminer leur âge. En janvier, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a rendu un avis sur la question. Je ne sais pas si tous les détails de cet avis sont passés sur la liste... Donc j'y vais ! Concernant les tests médicaux en général, le HCSP dit que : -la détermination de l'âge d'une personne est toujours imprécise, en particulier aux alentours de 18 ans -l'examen médical ne doit intervenir qu'en dernier ressort => c'est la position du ministère de la justice depuis Taubira, mais ça n'empêche pas les tests ! Il ajoute : -que l'examen ne doit pas être réalisé sans que la personne soit informée sur ses objectifs et donne son consentement. -que le bénéfice du doute doit toujours profiter au jeune. => c'est un peu mieux, même si ça n'empêche toujours pas les tests ! Concernant les tests osseux par radio du poignet, le HCSP dit qu'elle a une importante marge d'erreur et que les critères utilisés pour l'âge osseux datent des années 1930 aux USA, et ne sont pas universels. => ça contribue à nous donner raison, même si on est contre les tests qu'ils soient fiables ou pas ! Concernant l'examen des dents, le HCSP dit qu'il n'est pas fiable, à part celui de la troisième molaire, selon une étude faite sur des Marocains. => c'est un peu glauque comme débat, non ? Concernant l'examen de la poitrine et des organes génitaux, le HCSP dit que : -il n'est pas indispensable et surtout "pas éthiquement concevable". -on peut le remplacer par une question au jeune, en lui demandant de montrer sur une plaquette l'image qui ressemble le plus à ses organes génitaux. -il faut tenir compte des "variations selon l'origine ethnique". => c'est pas glauque non plus, ni raciste d'ailleurs... Le GISTI a déjà prévenu qu'il porterait plainte pour pédo-pornographie si on se mettait à montrer ce genre d'images aux jeunes concernés. Par ailleurs, le texte du HCSP rappelle plusieurs choses, bien connues de certain-e-s abonné-e-s de cette liste, mais c'est quand même intéressant d'y revenir : *Un programme de recherche est actuellement en cours pour recenser les  méthodes dont dispose la médecine et d'analyser leurs résultats. Des médecins continuent donc de chercher comment bien faire ce sale boulot... *Un atelier du CNRS  travaille sur le même sujet, avec des chercheurs de tous horizons :  médecin légiste, paléo-démographe, sociologue, bio-anthropologue,  historien des sciences, mathématicien statisticien... C'est beau le  travail interdisciplinaire au service de la xénophobie d'Etat ! *En 2005, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis critiquant les méthodes employées: -car elles manquent de fiabilité -car elles détournent la finalité de l'expertise médicale -car elles se font sans le consentement des personnes *En 2007, l’Académie nationale de Médecine a rendu un avis qui précise que la méthode osseuse n'est plus fiable au-delà de 15 ans. *En 2010, une sénatrice de droite a fait un rapport sur la question. Il s'agissait d'Isabelle Debré, accessoirement belle-soeur du ministre de l'Intérieur qui réprimait les sans-papiers au milieu des années 1990. Ses propositions : -constituer des pôles de radio-pédiatrie dans chaque région pour faire ce sale boulot -améliorer la "traçabilité du suivi médical" des jeunes concernés (donc une sorte de flicage médical) -procéder plus rapidement à l’expertise, dès l'arrivée des jeunes Outre le revirement local du Conseil Général, on peut considérer que ce rapport à contribuer à aggraver la manière dont ces jeunes sont traités. *En 2012, le Défenseur des droits a aussi critiqué les tests en raison de leur fiabilité, et demandé à ce que le doute profite systématiquement aux jeunes. L'avis complet est là : http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=412