[zpajol]RE !/ enfant 8 en ZAPI / refus d'embarquement et présentation au JLD!

From : wsol@... , the 1st avril 2016 18:58
  • 2016-04-01 18:58:19 — wsol@... - [zpajol]RE !/ enfant 8 en ZAPI / refus d'embarquement et présentation au JLD!

VALLS inaugure et se surpasse! L'exécutif tout puissant , les mineurs enfermés avec des adultes! dans cette zone de fiction , dite "zone internationale" dans les aéroports ou ZAPI.  Depuis quand un mineur de 8 ans peut il être présenté devant un  JLD sans passer par le parquet des mineurs avec représentant ad hoc!  Sa tante était bien présente pour attendre l'enfant à son arrivée, mais après 10 jours de retenu violant ainsi toutes les conventions internationales il a été remis dans l'avion " avec " FERMETE mais humanité " selon les principes de ce gouvernement.  Le commandant de bord a refusé d'embarquer l'enfant remis de force dans l'avion qui se débattait et hurlait.... direction le JLD!! ( pas présenté en correctionnelle encore pour le refus d'embarquement ... à quand de nouvelles lois pour les moins de 13ans?) C'est chouette la France de HOLLAND/VALLS : c'est une première mais Valls ne recule jamais Alors oui les justes révoltes qui grondent et montent sont les bienvenues , et la flicaille armée contre les jeunes , que ce soit DS les aéroports ou dans la rue devra partir... S. Un enfant de 8 ans retenu depuis dix jours en zone d’attente à Roissy LE MONDE | 31.03.2016 à 19h52 • Mis à jour le 01.04.2016 à 13h27 Jeudi 31 mars, cela fait dix jours qu’un enfant de 8 ans est dans la « zone d’attente » de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Envoyé par sa mère, il était arrivé le 21 mars en avion, muni du passeport d’un cousin. Sa tante l’attendait à l’aéroport, mais il n’a pas réussi à passer le poste de contrôle. Le préfet a décidé de le placer en « zone d’attente ». La zone d’attente pour personnes en instance (ZAPI) est un endroit où sont habituellement placées des personnes sans papiers qui ne sont pas admises à entrer en France. L’enfant risque d’être expulsé vers les Comores, d’où il est originaire. Le 24 mars, le juge des libertés et de la détention de Bobigny a décidé de prolonger son maintien en zone d’attente « dans l’intérêt même de protection de l’enfant ». Une décision confirmée le lendemain par la cour d’appel de Paris, au grand dam d’associations de défense des enfants. « Mesure de dernier ressort » Le maintien d’un enfant jeune en ZAPI, isolé de ses parents, est exceptionnel, mais l’an dernier déjà deux fillettes, une Ivoirienne de 3 ans et une Française de 6 ans, avaient notamment été retenues respectivement cinq et quatre jours à ce même endroit, avant d’être relâchées. Me Isabelle Thieuleux, avocate de l’association La Voix de l’enfant, interrogée sur TV5, dénonce notamment qu’aucune autre solution que l’enfermement n’ait été recherchée. La convention internationale des droits de l’enfant veut qu’aucun enfant « ne doit être privé de liberté de façon illégale ou arbitraire » et que toute détention doit « n’être qu’une mesure de dernier ressort ». Vendredi 31 mars, l’enfant doit repasser devant le juge des libertés et de la détention de Bobigny, qui doit soit l’autoriser à entrer sur le territoire français, soit le maintenir en zone d’attente avant de le renvoyer aux Comores. En savoir plus sur http: //www.lemonde.fr/societe/article/2016/03/31/un-enfant-de-huit-ans-retenu-dep uis-dix-jours-en-zone-d-attente-a-roissy_4893561_3224.html#XxftQQldsMPylQeF. 99/ http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/03/31/un-enfant-de-huit-ans-reten u-depuis-dix-jours-en-zone-d-attente-a-roissy_4893561_3224.html/