[zpajol] Quand les chiens deviennent loups - Résistons Ensemble no 157 - novembre 2016

From : janosb@... , the 14th novembre 2016 11:26
  • 2016-11-14 11:26:25 — janosb@... - [zpajol] Quand les chiens deviennent loups - Résistons Ensemble no 157 - novembre 2016

Bonjour, Voici dans le texte, le No 157, novembre 2016, du petit journal mobile  recto-verso A4 "RESISTONS ENSEMBLE" du réseau contre les violences policières et  sécuritaires. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa  rédaction, à se joindre à l'équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ... à bientôt. L'équipe de rédaction Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/spip.php?article567 Quand les chiens deviennent loups C’est Hollande qui a donné le signal de départ. « La justice est trop  lâche » a-t-il déclaré aux journalistes ajoutant ainsi une nouvelle  couche à sa politique « ultralibérale » et ultra-répressive (dotation de  fusils d’assaut à la police, installation de l’état d’urgence permanent,  fichage général de toute la population…) Les policiers ont capté le  message, une semaine plus tard ils se sont mis à occuper la rue. En 2012  déjà, les flics avaient aussi bloqué les Champs-Elysées contre la mise  en examen de Damien Saboudjan (le policier qui a tué Amine Bentounsi  d’une balle dans le dos) mais ce mouvement de protestation « extra-légal  » n’avait pas duré. Aujourd’hui les manifs de flics se succèdent partout  dans le pays, minoritaires, mais soutenues avec sympathie par des  milliers de policiers.Leurs collègues dispersent, souvent violemment,  les contre manifestations. La « base » policière met en cause la  soi-disant « tolérance » de la justice, veut le doublement des peines  pour « outrage et rébellion » et avant tout, exige que le pouvoir aille  plus loin en accordant aux policiers la présomption de légitime défense  c’est-à-dire le droit de tirer, de blesser voire de tuer librement, sans  explications à fournir, ni entraves d’aucune sorte. Il n’y aura même pas  de saisons comme pour la chasse. Le pied, pour des fans de la gâchette. A part quelques gesticulations de forme, (genre pas pendant les heures  de service, avec des gyrophares…) toute la classe dirigeante comprend et  se solidarise des pauvres policiers esseulés dans la tempête des «  violences des quartiers » et des « violences sociales ». Alors qu’est-ce qui se passe avec ces défenseurs de l’ordre qui défient  l’ordre ? Il s’agit d’ un mouvement spontané, de ras le bol des flics de  « base », de « terrain », qui se réjouissent de toutes les lois  répressives instituées par le pouvoir actuel, mais craignent que cela ne  suffise pas à contenir les réactions que cette politique violemment  inégalitaire déclenchera dans les quartiers populaires, dans les manifs,  dans la rue… Ces flics constatent qu’il n’est plus possible de mater «  tout ça » sans l’évolution de la république actuelle en une nouvelle  chose où on leur donne carte blanche. Le message que les flics dans la rue délivrent aux possédants est là : «  on veut bien défendre votre droit à exploiter les pauvres, mais le temps  de jouer aux démocrates est révolu. Laissez nous faire ! ». Pendant combien de temps encore le manteau de la Ve République  pourra-t-il contenir le corps de la démocratie bourgeoise gonflé par des  gaz de décompositions ? L’avenir nous le dira. La différence entre une meute de chiens de chasse et une meute de loups  ce n’est pas au début, ni pendant l’attaque, c’est dans sa fin. Les  chiens obéissent à leur maître, alors que les loups prennent leur  indépendance et dévorent leur proie. Hollande a lancé la meute et elle  est bien partie. Seul un mouvement populaire de masse pourra siffler la  fin de la chasse sauvage qui s’annonce. « Déportation » des migrants calaisiens et parisiens C’est en ces termes que des témoins ont parlé de l’évacuation des  migrants à Calais qui a débuté le 25 octobre au petit matin. 70 cars de  police. Pour s’assurer que les migrants ne bénéficieraient d’aucun  soutien militant, et sous couvert de la loi sur l'état d'urgence, la  préfecture a adopté un arrêté de « zone de protection ». À 14h, 1051  personnes étaient déjà parties en bus rejoindre des CAO (centres  d’accueil et d’orientation) disséminés dans toute la France où rien n’a  été anticipé pour les accueillir dignement (ni prise en charge médicale  des malades, ni scolarisation des enfants…). Pour ajouter à l’indignité,  leurs sièges de bus avaient été recouverts de plastique. Restaient  encore 2500 personnes, dont 1800 mineurs isolés, triés au faciès,  entassés dans le « camps des containers » au mépris de toute légalité  (en l’absence des parents, les mineurs ne peuvent être placés dans des  centres ou même simplement déplacés qu’avec l’accord d’un administrateur  nommé comme tuteur légal). Le 26 à 16h a commencé la destruction totale  du bidonville. Les centaines de migrants ayant refusé de quitter les  lieux ou ayant été dans l’incapacité de monter dans un bus, ont été  expulsés à coups de gaz lacrymos et contraints à l’errance dans les  villes voisines. Durant les 3 jours qu’a duré la terrible opération, des  rafles dans Calais et des contrôles au faciès dans ses gares ont causé  des dizaines d’arrestations et placements en rétention. À Paris Hidalgo hausse le ton et met comme condition à l’ouverture de  son centre de transit et de tri de La Chapelle, l’évacuation des  campements de Jaurès et Stalingrad. Survivent là près de 3000 personnes  qui s’auto-définissent dans un tract comme « fuyant les guerres et la  misère » et « réfugiés sur les terres françaises à Paris». Le 31 octobre  une première expulsion va échouer face à une certaine résistance des  migrants. Le 2 novembre des centaines de personnes solidaires se  rassemblent aux cris de « no police, no border, no nation, stop  déportation» mais cela n’empêchera pas l’évacuation et la destruction  des campements le 4 novembre. Dès 5h du matin, 600 flics, souvent  équipés des masques blancs comme s’ils avaient à faire à une zone  contaminée, embarquent tous les migrants, le tri se fera loin des  regards. Parmi les militants présents le sentiment d’impuissance est  grand mais les liens tissés avec les migrants donnent la force de ne  rien lâcher. « On n’est pas (des) sous-lycée(s) » A-t-on pu lire sur une banderole de lycéens de Saint Denis. Depuis la  rentrée, de nombreuses agressions ont eu lieu à l’encontre de personnels  travaillant dans des lycées de quartiers populaires, notamment dans le  93 : agression d’un surveillant à Saint Denis, cocktails Molotov jetés  et proviseure frappée à Tremblay en France, agression de profs au Blanc  Mesnil mais aussi à Calais et près de Toulouse Du côté des politiques la  réaction est toujours la même, Valls par exemple : « l’Etat poursuivra  sans relâche ceux qui s’en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos  forces de l’ordre ». Du côté du rectorat de Créteil, aux profs qui ont  eu « a chance d’être reçus » (ceux du lycée Suger à saint Denis ont pour  cela dû cesser le travail pendant 6 jours !), on n’a rien de plus à  offrir qu’un nouveau type de personnel, des « volontaires au service  civique » qui auraient entre 16 et 25 ans et seraient payés 500 euros.  Comme le déclare une prof de Tremblay : « s’attaquer à un lycée c’est  s’attaquer à l’Etat, Etat qui laisse à l’abandon toute une frange de la  jeunesse ». En effet que penser d’un Etat qui entend résorber la hausse  démographique due au baby boom des années 2000 en casant des classes  dans des préfabriqués, sans moyens supplémentaires alloués ? Que penser  d’un Etat qui retire tout classement en zone d’éducation prioritaire  (ZEP) aux lycées, mêmes professionnels, faisant disparaître tous les  dispositifs visant à encore tenter de lutter contre l’inégalité scolaire  ? Un tel Etat court à sa perte. C’est ce constat qui est à l’origine des  attaques qui prennent pour cible les lycées par des jeunes gens qui n’y  trouvent plus ou pas leur place mais aussi de la naissance d’un  collectif de professeurs issus de plus de 60 lycées luttant pour le  reclassement en ZEP  et plus largement pour enrayer la violence de la  politique inégalitaire de l’Etat. Ils manifesteront pour la 3ème fois le  17 novembre.
 [ C h r o n i q u e d e l ' a r b i t r a i r e ]
Face au armes de la police, pas de paix Le 8 juillet 2009, à Montreuil, la police tirait au flashball sur la  foule venue manifester contre l’expulsion de « La Clinique », un lieu  d’organisation ouvert sur la ville. Six personnes ont été blessées,  l’une d’elle a perdu un œil. Pour le collectif du 8 juillet constitué  depuis, le procès, qui aura lieu du 21 au 25 novembre prochain à  Bobigny, sera l’occasion de dénoncer les violences policières dans les  quartiers populaires et dans les manifestations, l’usage du flashball et  de toutes les nouvelles armes et le déni de justice qui les entourent.  Soyons nombreux ! Infos :  https://collectif8juillet.wordpress.com/2016/10/10/pas-de-paix/ En novembre 2007, lors du mouvement contre la loi LRU, Pierre Douillard,  à l'époque lycéen avait lui aussi perdu un œil, touché par un tir  policier au flashball (LBD 40). Depuis le policier a été relaxé mais  Pierre a aussi déposé un recours au tribunal administratif, examiné par  le tribunal de Nantes le 21 octobre. Cette démarche, contournant la  responsabilité individuelle des policiers, interroge directement la  responsabilité de l’État dans les blessures provoquées par les armes  dites à « létalité réduite ». Le délibéré sera rendu le 25 novembre. Toujours dans cet objectif de dénoncer les crimes policiers, les guerres  coloniales, la répression policière et les armes mutilatrices fabriquées  entre autre par l’armurier Verney Caron à St Etienne, un « Forum pour le  désarmement de la police et la démilitarisation des conflits » a eu lieu  dans cette ville les 22 et 23 octobre. Sont intervenus entre autre des  victimes de mutilations (collectif du 8 juillet) et des proches de  victimes de crimes policiers (Hawa Traoré, Farid El Yamni). La « manif  carnaval», interdite sous prétexte d’état d’urgence, a quand même eu  lieu et entre 300 et 500 personnes ont défilé dans les rues. La police  étant trop occupée à protéger Verney Carron, certains manifestants se  sont vengés sur du mobilier urbain ciblé et sur le siège du parti  socialiste, c’est ce que retiendront de l’évènement les médias trouvant  cela beaucoup plus insoutenable que la violence de la police et de  l'ordre injuste qu'elle protège... La BAC tue au fusil d’assaut Le 28 octobre au soir, 5 agents de la BAC interviennent à Echirolles à  côté de Grenoble, pour un différent de voisinage. Selon les flics : ils  auraient trouvé un homme « visiblement éméché et très excité », qui  aurait « sorti une arme de derrière son dos. [un pistolet d’alarme]  C’est alors que les policiers ont tiré au fusil d’assaut HK G36 et au  pistolet automatique ». L’homme de 51 ans est mort sur le coup. Depuis  sa famille émet de sérieux doutes sur cette version policière et décide  de porter plainte. C’est la première fois que les forces de l’ordre tuent au fusil  d’assaut, arme dont la BAC est dotée depuis les attentats de novembre  2015. Les médecins expliquaient à l’époque la difficulté de soigner les  blessures causées par de telles armes de guerre, les projectiles  quand  ils pénètrent le corps à haute vitesse entraînent de graves lésions  intérieures : aucune chance de s’en sortir. « Soit on nous donne un coup de main, soit nous allons tous en prison. » C'est l’appel des habitants de la vallée de la Roya située entre  l’Italie est la France est un nouveau lieu de passage pour les migrants  depuis la fermeture de la frontière à Vintimille, poussés vers des  moyens de passer toujours plus dangereux. Le 9 octobre, une adolescente  érythréenne est décédée, fauchée par un camion à quelques mètres de la  frontière française. Une centaine d’habitants de la vallée, révoltés par  la situation, se sont organisés en association pour leur venir en aide  .Mais, à la situation critique s’ajoute la pression des autorités :  interdictions de distribuer de la nourriture aux réfugiés, fermeture des  squats les hébergeant, poursuites judiciaires. Le 23 novembre deux  habitants de la vallée comparaîtront au tribunal de Nice pour aide à  l’entrée, à la circulation et au séjour de clandestins. Ils risquent  jusqu’à cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende. « La Grande Marche pour Adama » 1500 à 2000 personnes ont marché le samedi 5 novembre à Paris autour de  la famille d’Adama. Moment d’émotion : les trois sœurs dont les frères  ont été tués par les « forces de l’ordre », Ramata Dieng, Amal Bentounsi  et Assa Traoré ont égréné la longue liste des victimes du 17 octobre  1961 jusqu’à aujourd’hui. Assa tirait la conclusion : « Aujourd’hui on  marche pour Adama, pour la justice, pour la vérité… Demain il faut  marcher pour la révolution » … Le « combat est face aux gendarmes »,  mais aussi « face à l’État qui n’a pas réagi » dans cette affaire. Coup de flashball à Argenteuil À l’occasion du tournage d’un clip, une quarantaine de motos venues du  92, traversent Argenteuil et arrivent à la Cité Champagne. Les habitants  de la Cité sont nombreux au bas des barres, femmes et enfants compris.  La police voulant « mettre fin aux nuisances sonores », tente  d’interpeller un jeune du quartier :2 blessés par flashball, dont un  grave (fracture ouverte de la mâchoire) hospitalisé. Les habitants  étaient choqués par les violences policières « on aurait cru que c’était  la guerre ! » Solidarité en actes Comme souvent, Air France a collaboré avec la police des frontières pour  expulser un homme d’origine guinéenne. Quatre passagers de l’avion se  sont levés pour protester contre cette déportation et sont parvenus à  l’empêcher. L’avion a décollé sans le Guinéen et sans les quatre  personnes solidaires. Pour des faits similaires en octobre, deux femmes  ont été condamnées, dont une à deux mois avec sursis.
 [ A g i r ]
Babacar Gueye abattu par la police (voir RE, n° 148, janvier 2016) Rennes, marche commémorative 1 an déjà,  le samedi 3 décembre départ à 14h30 de la place du Gast à Maurepas.  Venez en nombre pour dénoncer et rendre visible ce drame passé sous  silence et pour exiger vérité et justice pour Babacar Gueye. Contact :  justicepourbabacar@..., facebook : Collectif Justice pour Babacar. Contre l’expulsion de l’Attiéké ! Tous.tes à saint-denis… Le samedi 26 novembre, de 15h à minuit, grande  fête d’anniversaire de l’Attiéké (3 ans ça se fête) ateliers, goûter,  repas, concert ! Le lundi 28 novembre, procès, en plein cœur de la trêve  hivernale, 9h au tribunal d’instance de St-Denis, place du Caquet (métro  Basilique, l. 13). Contacts : 31marcelsembat@... /  collectifattieke.wordpress.com