[zpajol] 2 depeches: Traffic d'enfants (AFP) & no borders camps a-infos engl)

From : JEANGUYBLEUET@... , the 30th avril 2001 13:46
  • 2001-04-30 13:46:36 — JEANGUYBLEUET@... - [zpajol] 2 depeches: Traffic d'enfants (AFP) & no borders camps a-infos engl)

Etireno: trafic de mineurs établi COTONOU, 30 avr (AFP) - La découverte à la mi-avril d'enfants sur le navire  Etireno entrait bien "dans le cadre d'un trafic sous-régional de mineurs et  d'un réseau de travail clandestin", ont affirmé lundi à Cotonou le  gouvernement béninois, l'UNICEF et l'ONG Terre des Hommes. Selon les premières auditions menées par Terre des Hommes, cinq des 43  enfants et jeunes présents sur le navire "ont déclaré qu'une transaction  financière avec leurs familles avait eu lieu avant leur départ et huit  affirment avoir voyagé avec un intermédiaire inconnu", selon un communiqué  conjoint publié par les trois parties. Les sommes évoquées étaient "de l'ordre de 10.000 francs CFA" (100 FF/15  euros), selon une source humanitaire. L'Etireno était arrivé au port de Cotonou dans la nuit du 16 au 17 avril,  après avoir navigué deux semaines et avoir été refoulé du Gabon puis du  Cameroun. Le nombre d'enfants à bord était toutefois nettement inférieur à ceux parfois  avancés par l'UNICEF et les autorités béninoises, qui allaient jusqu'à 250. Vingt-trois enfants de cinq à 14 ans et 17 jeunes de 15 à 24 ans, ont été  découverts sur le bateau, parmi lesquels ont pu être identifiés 13 Béninois,  17 Maliens, 8 Togolais, un Sénégalais et un Guinéen. Le gouvernement béninois "s'engage effectivement à mener une enquête sur  l'affaire Etireno, avec la participation de tous les partenaires qui le  souhaitent, en vue d'informer l'opinion publique nationale et internationale  et de réparer quelque peu les dommages immenses infligés au Bénin et aux  autres pays de la sous-région, principalement aux enfants et à leurs  familles", indique le communiqué. Après la présentation de ce communiqué conjoint, les représentants des trois  parties n'ont pas souhaité répondre aux questions des journalistes. "Le sensationnel n'est pas notre préoccupation. Nous n'avons et n'aurons rien  à cacher sur cette affaire", a déclaré le ministre béninois des Affaires  étrangères, Kolawolé Idji. Il a cependant regretté que l'affaire avait "fait  apparaître le pays sous un jour qui n'est pas le sien". "Je ne sais sais pas d'où est sorti le chiffre de 250 (enfants). Aucune  piste, aucun élément objectif ne confirme ce chiffre qui paraît peu  vraisemblable", a de son côté déclaré le représentant de Terre des Hommes,  Alfonso Gonzalez Jaggli. Il a souligné que l'ONG, qui travaille en coopération avec la brigade des  mineurs, en était "à l'étape de recherche et identification des adultes qui  accompagnaient les enfants". Le capitaine nigérian du navire, Lawrence Oghototuya, et son équipage, ont  pour leur part été entendus le 23 avril par un juge. Leurs passeports ont été  confisqués et ils séjournent toujours à Cotonou, à bord du navire. De son côté, le propriétaire nigérian du navire, Jonathan Akpoborie,  footballeur au club de football de Wolfsburg (D1 allemande), pourrait être  prochainement entendu. Son club l'a suspendu lundi, afin qu'il puisse "consacrer son temps à faire  la lumière sur les faits qui lui sont reprochés". Le trafic des enfants mineurs - phénomène qui touche plusieurs pays de  l'Afrique de l'Ouest - a pris ces dernières années des proportions  inquiétantes au Bénin. Des parents démunis confient, moyennant des sommes  dérisoires, leurs enfants à des "passeurs" qui promettent de prendre en  charge leur éducation et de leur permettre de gagner de l'argent. Ces enfants sont ensuite cédés à des exploitants agricoles au Gabon, au  Cameroun, au Nigeria ou en Côte d'Ivoire ou servent de domestiques en ville. Très mal ou pas rémunérés, parfois maltraités, ils réussissent pour certains  à accumuler un petit pécule en quelques années avant de rentrer au pays. Le gouvernement béninois demande d'ailleurs dans le communiqué de lundi "à la  Communauté internationale et à toutes les personnes de bonne volonté de lui  accorder leur assistance en vue d'éradiquer ce fléau (...) qui n'est qu'un  produit de la pauvreté et du sous-développement". Le Gabon, d'où l'Etireno avait été refoulé, a formellement démenti toute  implication dans ce genre de réseaux. "Il ne faut pas taquiner le Gabon sur cette affaire", avait déclaré le  président Omar Bongo, précisant que son pays "n'a pas la garde des enfants de  la rue, ni des enfants qui travaillent dans les plantations de cacao et de  café". Une réunion sur la lutte contre le trafic des enfants avait été organisée  l'année dernière à Libreville. ________________________________________________       A - I N F O S  N E W S  S E R V I C E             http://www.ainfos.ca/  ________________________________________________ (en) Call for a Europeanwide Caravan, connecting the Bordercamps with  Counter-Summits.
 From: fewor@...
NO BORDERS - AN EUROPEAN NETWORK The freedom of movement will be worlds big theme of the next century. With the increasingly restriction harmonisation of asylum and immigration  policy in Europe, there have been several attempts in the last few years to  improve the networking between anti-racist grassroots organisations. Under the slogan "more control, more exclusion, more deportations", different European groups called to demonstrate against the  meeting of heads of EU goverments in Tampere/Finland in October 1999, where  the coming into the force of the Amsterdam Treaty was discussed as another  stepping stone towards fortress Europe. In different EU-countries, demonstrations and direct actions were organised  against the European project of deporation and exclusion. On the basis of  this common practical experience and due to the increasing interest in cross  border cooperation the no-border networking began. Two practical campaigns are central to these cross - border activities: 1. Networking and public campaigns A wide and open discussion about the call  for "NO borders" is necessary. The process of neoliberalism and migration  leeds to new terms of production of knowledge. Examples like the Dokumenta  11-Platforms show nowadays need for new political reflexions and visions in  the cultural discurse. A common (english speaking) mailing list has been set up and many grasroot  groups, even from outside Europe, are actively using this networking project  to exchange information and discuss migration and borders. The common webside www.deportation-alliance.com  connects campaigns against airlines that take part in the deportation buisness. 2. Direct Action and bordercamps During the last three years, activists have  created new forms of resistance against the brutal and often deadly border  regime of fortress Europe with different actions and bordercamps. This new  approach has been taken up and developed further in the noborder network, and  this year there will be a chain of bordercamps and political meetings, where  direct actions could support the demands in showing open resistance. Therefore the Austrian noborder-platform decided to set up a European  Publixtheatre-Caravane with the campaignslogan "NO Border - NO Nation - No  one is illegal", which will connect summerplaces of action. Get Connected! Join the caravan! For More Information visit our Webpage: http://www.no-racism.net/nobordertour/index_uk.html GMX - Die Kommunikationsplattform im Internet. http://www.gmx.net _________________________________             ********        ****** The A-Infos News Service ******       News about and of interest to anarchists                        ******         COMMANDS: lists@...         REPLIES: a-infos-d@...         HELP: a-infos-org@...         WWW: http://www.ainfos.ca/         INFO: http://www.ainfos.ca/org -To receive a-infos in one language only mail lists@... the message:                 unsubscribe a-infos                 subscribe a-infos-X  where X = en, ca, de, fr, etc. (i.e. the language code) _____________________________________________ ZPAJOL liste sur les mouvements de sans papiers * abonnement : envoyer a zpajol-request@... un message dont le Subject: est subscribe * desabonnement : envoyer a zpajol-request@... un message dont le Subject: est unsubscribe mot_de_passe (votre mot de passe vous est envoye par mail quand vous vous abonnez) * messages recents, archives, abonnement/desabonnement via le web a http://atlas.bok.net/zpajol/